Le Pont Transbordeur du Vieux-Port Vieux-Port, 13002 Marseille
12125

Le pont transbordeur de Marseille, inauguré en 1905 et détruit en 1944 par les nazis, était un ouvrage de franchissement du Vieux-Port de Marseille construit par l’architecte Ferdinand Arnodin. Depuis 2008, l’architecte nantais Paul Poirier tente de relancer un nouveau projet de pont…une rue aérienne. Un projet qui ne devrait finalement jamais voir le jour.

pont-transbordeur-marseille-3On accorde l’invention du pont à transbordeur à Ferdinand Arnodin. Ce système de pont a pour intérêt de ne pas perturber le trafic maritime. Il consistait à faire passer d’une rive à l’autre une nacelle suspendue à l’armature métallique du pont.

Le transbordeur de Marseille était du type « à contrepoids et articulations ». Il fut construit en dix-neuf mois pour relier les quais du Port et de Rive Neuve et fut inauguré le 15 décembre 1905.

Le transbordeur était composé de deux pylônes de 86,60 mètres de haut et de 240 tonnes chacun.

A 50 mètres au-dessus de la mer, le tablier de 239 mètres reliait les deux pylônes. Une nacelle de 120 m² et de 20 tonnes effectuait la navette entre les rives en 1 minute 30.

En haut se trouvait un restaurant de poissons où bouillabaisse et langoustes étaient au menu. Dans les années 1930, il ne servait plus que de décor de cartes postales, faute de moyens pour assurer son entretien.

pont-transbordeur-marseille-4Le 22 août 1944, l’armée allemande fait sauter le pont pour obstruer le port lors de la bataille de Marseille, mais seul le pylône nord s’abat dans les eaux. Le reste s’écroule le 1er septembre 1945, à la suite de la mise à feu de 400 kg d’explosifs.

Dans l’esprit des Marseillais de l’époque, le pont transbordeur était la Tour Eiffel de la ville.

D’autres le considéraient comme un gâchis, et on vit certains peintres omettre de représenter cet « amas de ferraille » sur une peinture illustrant le Vieux-Port.

Mais il subsiste dans la mémoire collective et sa renaissance est évoquée régulièrement. En l’an 2000, une reconstitution avec deux immenses grues posées à l’entrée du Vieux Port donne lieu à des festivités mémorables.

Les derniers vestiges du Pont Transbordeur se trouvent encore sur l’Ile du Frioul, il s’agit notamment d’un banc, une des quatre embases du pont, en pierre de Cassis.


Le projet de reconstruction

Perspective signée Paul Poirier

En 2008, l’architecte nantais Paul Poirier propose de moderniser le concept de pont à transbordeur. Il crée en 2010 avec les ingénieurs Xavier de Champs et Timothée Paulin la Nantaise des Ponts et Pylônes international (NPPi).

En novembre 2013, Jean-Claude Gaudin, sénateur-maire de Marseille, propose de reconstruire un nouveau pont à transbordeur sur le Vieux Port et une pré-étude est votée pour étudier le nouveau franchissement au Conseil Municipal du 9 décembre 2013.

Ce serait selon l’architecte « non pas de monstre de fer cette fois mais un pont transbordeur qui épouserait son temps « construit avec un béton performant, le Bfuhp.

Perspective de nuit signée Paul Poirier

Plus qu’un pont, il serait bâti « une rue aérienne », selon les propres termes du concepteur, de 14 m de large, 230 m de long, installé à 60 m au-dessus de la mer. Des ascenseurs et des escaliers sont imaginés sur chaque rive. Le pont transbordeur ferait aussi la part belle aux… commerces. Un restaurant y est annoncé.

Son ouvrage, qui coûterait autour de 70M€, serait autofinancé. Et la société se rembourserait par un droit de passage (1€ la montée).

En 2017, l’architecte Paul Poirier lance une pétition sur le site Change.org adressée au maire de Marseille présentant ses arguments pour la construction du pont et lui rappelant sa promesse électorale :

Terrasse haute de 2000m², pouvant accueillir plus de 1000 personnes

Selon lui le pont permettra :

« – De relier efficacement les quais de rive Neuve et de l’Hôtel de Ville, le Mucem et le Fort Saint-Jean au Pharo, le Panier au quartier Saint-Victor. Et cela, dans l’esprit de Marseille qui gagne et se développe tout en se réconciliant avec son passé.

– Toutes les mobilités : Sa nacelle peut transporter des cars de tourisme, des bus, des cyclos, des piétons, des voitures (pas trop !), en 1 minute de traversée avec un départ de chaque rive toutes les 3 minutes.

– L’activité maritime : Le Pont laisse passer tous les bateaux, en permanence. Mais aussi laisse passer la vue…

– L’attractivité internationale : Marseille retrouve son icône ! Le Vieux Port redevient le plus beau théâtre urbain du monde, la porte vers le monde.

– Le développement touristique : plus de 1500 personnes accueillies sur son tablier haut, il redonne une vue imprenable sur le Vieux Port, sur Marseille et sur la Méditerranée ! Ce sera la Tour Eiffel retrouvée de Marseille.

– Les plus belles fêtes de nuit avec un espace urbain capable d’accueillir plus de 100000 personnes.

Ce Pont relancera la dynamique de Marseille 2013, vers les Jeux Olympiques de 2024 et l’exposition universelle de 2025 ! »

En juillet 2017 la mairie a définitivement dit non au projet privilégiant le téléphérique de Notre-Dame de la Garde.


SOURCES Wikipedia & La Provence (Jean-Jacques Fiorito)
PHOTOS Archives Wikipedia / Maquette Huni / Paul Poirier

FICHE A SUIVRE
Avis
3
Moyenne 4 AVIS
VOTRE NOTE:
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches