Statue le Dresseur d’Ourson Esplanade de la tourette, 13002 Marseille
4731
Arrondissement : 2ème

Cette création de 1911 signée Louis Marcel Botinelly, récompensée d’une médaille de bronze, trône sur l’Esplanade de la Tourette. L’oeuvre représente un jeune saltimbanque vêtu d’un pagne qui joue du tambourin, le pied posé sur un ballon. Il enseigne à deux oursons un numéro d’équilibriste. C’est un italien du nom de Vincent, rencontré aux halles, chargé de débarquer les marchandises qui servit de modèle au sculpteur.

Les oursons ont un même modèle, Nénette, louée à un ami dompteur. Selon le site Marseillesculptée, l’animal, logé dans l’atelier, reste à l’origine de nombreuses anecdotes :

lorsque l’artiste suspend du pain enduit de miel afin qu’il se dresse sur ses pattes, l’astucieux plantigrade préfère pousser un escabeau pour atteindre sa friandise ; une nuit, bien qu’enchaîné au mur, il renverse une selle et fait tant de bruit qu’il attire l’attention de la concierge, laquelle, terrifiée, découvre inopinément son bruyant locataire…

La fonte a été financée par l’épouse du sculpteur. Lors de son exposition, l’oeuvre, présentée sous le numéro 3139 au Salon de 1911 est saluée par des encouragements spéciaux de l’État et une prime de 1000 francs est allouée à Botinelly.

La ville de Marseille l’acquiert moyennant 25 000 francs en août 1927. En 1943, l’armée d’occupation allemande ayant décidé de récupérer le bronze du mobilier urbain fit enlever plusieurs statues dont celles de Berryer, Lamartine, Victor Gelu, l’Aveugle et le paralytique et le Dresseur d’oursons.

Cette dernière statue put être sauvée grâce à l’intervention de Louis Botinelly et remontée sur son socle le 25 février 1945 et installée place du Général de Gaulle jusqu’au percement du parking. A la suite des travaux, le dresseur d’oursons est érigé place de la Tourette.


Louis Marcel Botinelly

est un sculpteur français né à Digne le 2 janvier 1883 et mort à Marseille le 26 mars 1962, c’ est le fils d’un marbrier et tailleur de pierre, originaire du canton du Tessin (Suisse) et établi dans cette ville au moment de la naissance de Louis. La famille s’installa ensuite à Marseille, rue Saint-Pierre, dans un atelier dont le père de Botinelly avait hérité à la mort de son frère.

Grâce à une bourse de la ville de Marseille, Louis Botinelly put séjourner en Italie en 1902 où il travailla dans l’atelier de Jules Coutan. En 1905 il fut reçu premier à l’école nationale des beaux-arts de Paris.

Il s’installa dans la capitale en 1906, où il réalisa un grand nombre de ses œuvres. Il épousa une demoiselle Jeanne Gaillard, à Riez, en 1908. Il fut mobilisé en 1914 au 7e régiment du génie à Avignon.

Après la guerre, il divorça le 27 mai 1921 pour se remarier avec Madeleine Nicolet, à Marseille, le 21 décembre 1921.

Il s’installa au 14 de la rue Buffon où il eut son atelier qu’il réaménagea en 1933 à la naissance de sa fille. Comme de nombreux sculpteurs français de l’époque, il reçut commande d’un Monument aux morts, à la mémoire des combattants de la ville d’Avignon, pour lequel il reçut une somme de 30 100 francs.

Le style de Botinelly est un mélange de tradition figurative et de modernité. S’il n’innove pas, il sait évoluer avec l’esprit du temps.

Les Colonies Asiatiques et Colonies Africaines conçues pour le concours lancé par la ville de Marseille en 1911, mais dont la réalisation est différée jusqu’1925 en raison de la guerre de 1914-1918, témoignent encore du style Beaux-Arts tandis que Le Docker (1936), sur la façade de la bourse du travail de Marseille, est influencé par l’art nouveau. Botinelly ne cessera d’évoluer, abandonnant la taille aux points pour la taille directe et travaillant des matériaux modernes comme le béton

Louis Botinelly mourut le 26 mars 1962 dans son logement de la rue Buffon ; il repose au cimetière de Plan-de-Cuques.


SOURCES Wikipédia & marseillesculptee.blogspot.fr
PHOTOS Dominique Milherou Tourisme-Marseille.com

Avis
Soyez le premier à donner votre avis !
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches