Caserne Audéoud et les Allées du Souvenir 111 Avenue de la Corse, 13007 Marseille
5435
Arrondissement : 7ème

Cette grande caserne militaire du 19ème siècle qui occupe 2,3 hectares sur l’ancien domaine de la vieille infirmerie des Catalansporte le nom du Général René Audéoud, officier et explorateur français. Le site abrite un monument inauguré en 2014, Les allées du souvenir, une colonnade de cubes supportant 27 tables de marbre sur lesquelles sont gravés les noms de 3228 soldats marseillais et provençaux morts pour la France durant la Première Guerre mondiale…un lieu de mémoire également créé pour laver l’honneur des soldats du Midi diffamés à l’époque pour leur lâcheté face à l’ennemi. La caserne accueillera dans ses murs le 12e régiment de tirailleurs sénégalais de 1920 à 1946, le 72e bataillon d’infanterie de marine de 1958 à 1961 et des troupes de marine…et aujourd’hui le groupement de soutien de la base de défense Marseille-Aubagne.

René Audéoud

Né à Buxières-sous-les-Côtes (Meuse) le 7 septembre 1854, René Audéoud sort de Saint-Cyr en 1874 et sert en Indochine, au Sénégal, à Madagascar et au Soudan avant d’être chargé en 1887 par Joseph Gallieni d’explorer le Baoulé dans le haut Sénégal pour rallier le peupple Bambaras à la France contre le souverrain Ahmadou Tall.

Audéoud conduisit ainsi une compagnie de tirailleurs de Siguiri, sur le Niger, à Benty, en Mellacorée, accomplissant ainsi, sans tirer un coup de fusil, une démonstration « utile et féconde », la jonction des postes français du Niger à ceux des rivières du sud.

« Cette expérience, accompagnée d’un rapport très remarquable, mit son auteur au rang des explorateurs militaires« .

Nommé gouverneur par intérim du Soudan français (1897), il participe aux dernières campagnes contre Samory Touré, fondateur de l’empire Wassoulou, résistant à la pénétration et à la colonisation française en Afrique de l’Ouest.

Audéoud dirige le siège de Sikasso (actuel Mali) en avril 1898 et les opérations qui aboutissent à la capture de Samory en septembre. René Audéoud décédera à Paris le 10 mai 1909.

Raymond Aubrac

Raymond Aubrac

Le 23 août 1944, Raymond Aubrac, célèbre résistant français, crée les Forces Républicaines de Sécurité (FRS) pour assurer, provisoirement, le « maintien de l’ordre et de la sécurité publique dans les territoires libérés ».

Ces unités, dont les effectifs sont puisés parmi les FFI, ont pour vocation d’assurer certaines missions comme le contrôle du ravitaillement et du marché noir, la lutte contre les collaborationnistes, etc. ; elles sont à la disposition des préfet.

Le 7 septembre 1944, Raymond Aubrac reçoit, à la caserne Audéoud, les premiers engagements de jeunes gens provenant des différents groupes de résistants. Dans le département, les FRS sont placées sous l’autorité du général Guillot, résistant affilié à l’Organisation de Résistance de l’Armée (ORA), qui, arrêté en 1943 par les Allemands et torturé, est pavenu à leur échapper.

Raymond Aubrac est nommé à la Libération commissaire de la République à Marseille.


Les allées du souvenir

La Caserne Audéoud abrite Les allées du souvenir, un monument initié par le général Grisolle, commandant la base de défense Marseille – Aubagne. Il a été inauguré le 10 juin 2014 par le général de division Léonard, gouverneur militaire de Marseille de l’époque, accompagné du préfet de région et du colonel Godfrin, commandant la base de défense Marseille-Aubagne.

Situé dans le prolongement d’une large voie au cœur de la caserne Audéoud, avec une architecture volontairement austère, le monument est fait d’une colonnade de cubes supportant 27 tables de marbre sur lesquelles sont gravés les noms de 3228 soldats marseillais et provençaux morts pour la France durant la Première Guerre mondiale.

Au total ce seront plus de 15 000 marseillais qui vont périr pendant le conflit et 50 000 provençaux.

Le monument des Allées du Souvenir  a pour objet de rappeler les sacrifices considérables consentis par une population provençale que l’opinion de l’époque considérait injustement comme volage et futile, allant jusqu’à mettre en doute son courage et son amour de la patrie.

Ces plaques en marbres, aujourd’hui revisitées sous la forme de cubes étaient à l’origine fixées à l’intérieur de la caserne du Muy sur les murs du bâtiment 07.

Elles avaient été inaugurées en mars 1925.


Le groupement de soutien de la base de défense pilote de Marseille

Cet organisme interarmées relevant du chef d’état-major des armées et une formation administrative a été créée au 1er janvier 2009 pour soutenir, dans le domaine de l’administration générale et du soutien courant, la base de défense expérimentale de Marseille comprenant toutes les unités militaires de l’armée française stationnées à Marseille, à l’exception de celles de la Légion étrangère (situées à Aubagne qui sont intégrées dans son périmètre le 1er janvier 2011).

Son état-major, initialement situé sur le camp de Carpiagne (provisoirement), est depuis septembre 2009 au sein de la caserne Audéoud. Il est le gardien des traditions et du drapeau du 72° RIMa.


SOURCES Wikipedia & webmaster2010.org & Plaquette de présentation de la Base de Défense Marseille-Aubagne
PHOTOS JP LARDIERE & Archives & Google Street View

FICHE A SUIVRE
Avis
Soyez le premier à donner votre avis !
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches