Ancienne léproserie Saint-Lazare Avenue Camille Pelletan, 13003 Marseille
507
Ancienne léproserie Saint-Lazare
Arrondissement : 3ème

Le nom de Saint-Lazare était donné au faubourg où est construite l’église Saint-Lazare car une léproserie mentionnée dès le xiie siècle y était implantée approximativement à l’angle des rues Camille-Pelletan et Desaix jusqu’en 1699.

Ancien emplacement de la léproserie

Cette maladrerie était tenue par les chevaliers de Saint-Lazare, ou Lazaristes, qui avaient pour mission de s’occuper des lépreux qui étaient rassemblés dans des ladreries afin que le mal ne se propage pas, car on en ignorait la thérapeutique à l’époque.  Au début du xiiie siècle, le testament du roi Louis VIII dénombre 2 000 léproseries dans le Royaume de France, c’est-à-dire sur un territoire plus restreint que celui de la France moderne.

On trouvait ces léproserie au bord des routes et leurs chapelles étaient souvent dédiées à Saint Lazare ou à Marie-Madeleine.

Deux lépreux demandant l’aumône, d’après un manuscrit de Vincent de Beauvais (xiiie siècle)

L’ordre de Saint-Lazare de Jérusalem, ou ordre des hospitaliers de Saint-Lazare de Jérusalem, était un ordre hospitalier fondé à Jérusalem aux xie ou xiie siècle pour accueillir les pèlerins atteints de la lèpre, il ouvrira ses portes aux croisés et chevaliers lépreux pendant les croisades nommés Lazarites. Certains de ses chevaliers lépreux participent à la défense des états latins d’Orient.

Après la perte de la Terre sainte, l’ordre se regroupe en France autour de son grand maître à la commanderie de Boigny-sur-Bionne jusqu’à la confiscation de tous ses biens en France à la Révolution. Il subit bien des aléas du fait de ses protecteurs jusqu’au moment où Louis XVIII dilapide les derniers biens restants pendant son exil.

En 1699, l’établissement marseillais, situé approximativement à l’angle des rues Camille-Pelletan et Desaix, est acheté par la ville pour y soigner les malades mentaux ou « insensés ».

L’asile sera transféré en 1844 à l’ancien hôpital de la Timone.


SOURCES Wikipedia
PHOTOS Google Street View & Deux lépreux demandant l’aumône, d’après un manuscrit de Vincent de Beauvais (xiiie siècle) & Victimes de la lèpre recevant la parole d’un évêque. Omne Bonum, de James le Palmer, Londres, 1360-1375

Avis
Soyez le premier à donner votre avis !
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches