Camoins-les-Bains, Marseille Ville Thermale 50 Route de la Treille, 13011 Marseille
2693

Marseille ville thermale encore de nos jours ? on a parfois tendance à l’oublier ! Et pourtant Camoins est connu depuis l’Antiquité pour ses sources…Elles ne furent guère exploitées et ce n’est qu’au xixe siècle que différents propriétaires tenteront d’installer la première station avec baignoires. Ce sera ensuite l’installation d’un « pavillon des boues », vers 1811, année où le roi d’Espagne Charles IV, déchu et en exil à Marseille, viendra prendre les eaux de Camoins pour soigner sa goutte et ses rhumatismes.

La source des Camoins

L’administration du département s’y intéresse et distribue de l’eau des thermes dans les hôpitaux de Marseille pour les personnes atteintes de maladie de peau. Le docteur Maxime Durand-Fardel (1815-1899) la définit comme une source d’eau sulfureuse calcique.

Elle était vendue en pot d’une contenance d’un demi-litre dans les pharmacies, pour la somme de quatre sous. Les indigents la recevaient gratuitement, ainsi que les gens qui venaient le boire sur place. On l’appelait Aqua Cambresiana du nom du marquis de Cambrai, propriétaire des terres, qui passeront à son neveu, M. d’Heureux.

En 1839, le chevalier Alphonse Louis Joseph d’Heureux, commissaire de la Marine et nouveau propriétaire, y installe une maison de santé prenant pour enseigne « Les Bains impériaux des Camoins ».

Il y installe un « pavillon des boues » et transforme le vieux château en hôtel-restaurant à l’enseigne de l’hôtel de Cambrai, entouré d’un grand parc arboré avec des plans d’eau ou s’ébattent cygnes et canards.

Il fait restaurer la chapelle qui est rendu au culte par Mgr Eugène de Mazenod. En 1847, Alphonse de Lamartine et son épouse viennent prendre les eaux. En 1860, Napoléon III, qui se trouve à Marseille pour inaugurer le palais de la Bourse, crée l’année suivante une commission chargée d’analyser les eaux de Camoins.

Les résultats l’amènent à signer le décret du 17 novembre 1862, reconnaissant cette source d’utilité publique.

La concurrence va voir le jour avec l’ouverture en 1875 de la station thermale de Le Roucas Blanc sur le site d’une source minérale salée, par M. Calvo. L’établissement périclitera rapidement.

Les travaux ne sont pas en reste aux Camoins : cabines de douches, salles de repos, décor dans un style gothique.

La station devient connue. Elle est reliée par un omnibus qui fait la navette entre la gare Saint-Charles et la station thermale qui devient la propriété d’un parent du peintre Félix Ziem, qui la transmet à un autre membre de la famille, Armand Duplessis, qui va mener d’importants travaux de réaménagement des lieux, non seulement au niveau de la décoration mais sur le plan technique, faisant rehausser de plusieurs mètres le niveau de sortie de la source afin de bénéficier de la gravitation pour sa distribution.

Des baignoires en marbre équipent les cabines se trouvant dans la galerie du bâtiment central. Du fait de ces travaux, on ne pouvait plus boire gratuitement à la source qui était inaccessible. Puis le 13 octobre 1907, le tramway dessert Camoins.

La Première Guerre mondiale éclatant, l’établissement est réquisitionné et se transforme en hôpital militaire.

En 1926, Armand Duplessis revend l’établissement à M. Colgate de la famille de William Colgate, qui laissera la gestion à une société d’investissements dont son épouse est actionnaire. L’objectif de cette société est de remplacer l’hôtel de Cambrai par un grand hôtel de luxe de cinquante chambres.

Le succès escompté de l’hôtel n’aura pas lieu, mais suite aux nouvelles installations de soins concernant le traitement des voies respiratoires, ceux-ci verront leur nombre de curistes augmenter, devenant plus nombreux que ceux de la rhumatologie. En 1932, le nom du village des Camoins devient officiellement « Camoins-les-Bains ».

Sa population s’élève à 3 125 habitants en 1931 (La population atteint 395 habitants en 1876 et 361 en 1901). L’hôtel abritera les équipes cinématographiques de Marcel Pagnol, venues filmer les collines que le cinéaste affectionne. Des vues du parc figurent dans son film La Fille du puisatier (1940).

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, les lieux redeviennent un hôpital militaire, puis les Allemands y installent également un quartier général de la Wehrmacht.

Ensuite les Américains y installent leur soutien logistique jusqu’à la fin des hostilités.

Le véritable essor viendra après la Seconde Guerre mondiale. En 1947, M. Rambaudy et son gendre M. Masse rouvrent la station thermale après réaménagements.

Les nouveaux propriétaires revoient les salles de repos, les installations ainsi que le parc, et établissent une navette de cars reliant le centre de Marseille à la station thermale.

La recherche médicale ayant fait de grands progrès, des perfectionnement sont apportés aux installations existantes et d’autres sont mises en place (salle de brouillard collectif, piscine avec eau chaude).

La famille Aubert, au travers de sa société qu’elle a constituée pour exploiter les thermes, acquiert la station en 1978.

En 2018, elle devient la propriété de la Société SOCOMA qui la rénove, avec notamment la mise en place d’une baignoire pour les personnes à mobilité réduiteet des navettes mises à disposition.

La gestion en revient à la Société nouvelle des thermes de Camoins-les-Bains. La population avoisine les 7 500 habitants. L’école du village a deux classes et une maternelle.

La Ville de Marseille a adhéré par délibération du conseil municipal du 30 juin 2008 à l’Association des villes thermales. Elle est ouverte de mars à début décembre.

La médecine thermale est très efficace sur de nombreuses pathologies, telles que les pathologies respiratoires, rhumatologiques, dermatologiques, digestives…Bien qu’elle complète souvent un traitement classique, elle peut également être une alternative à la prise de médicament et de traitement chirurgical.

Les 550 000 patients qui suivent une cure thermale chaque année ainsi que les milliers de médecins qui la leur prescrivent, témoignent des bienfaits du thermalisme.

La plupart du temps, une cure de 18 jours suffit pour que les effets bénéfiques du traitement thermal s’exercent au mieux ; il est cependant recommandé de faire le traitement 3 années de suite. Cette efficacité est scientifiquement prouvée par des études qui tendent à mieux cerner l’efficacité du thermalisme.


SOURCES Wikipedia
PHOTOS Camoins les Bains & Cartes postales anciennes

FICHE A SUIVRE
Avis
Soyez le premier à donner votre avis !
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches