Statue de Vincent Scotto par André Arbus Place aux Huiles, 13001 Marseille
3937
Statue de Vincent Scotto par André Arbus
Arrondissement : 1er

Ce buste en bronze signé en 1965 de l’architecte, décorateur et sculpteur toulousain André Arbus, rend hommage à Vincent Scotto, compositeur né le 21 avril 1874 à Marseille, mort le 15 novembre 1952 à Paris.

Statue de Vincent Scotto par André Arbus, MarseilleVincent Baptiste Scotto de son nom complet, est le dernier-né de Pasquale Scotto d’Aniello et de Antonia Intartaglia, originaires de l’île de Procida, située au nord du golfe de Naples.

Il débute comme chanteur à Marseille en 1906 en s’accompagne à la guitare. L’une de ses toutes premières compositions est adaptée par Henri Christiné pour devenir un succès du chanteur Polin : La Petite Tonkinoise.

Fort de cette réputation, il monte à Paris. C’est le début d’une production abondante, comme J’ai deux amours, Prosper (Yop la boum), Le Trompette en bois, Marinella (Émile Audiffred et Geo Koger) créé par Tino Rossi, Le Plus Beau Tango du monde créé par Alibert ou Sous les ponts de Paris (Jean Rodor) Créé par Georgel.

Vincent Scotto est le compositeur de 4 000 chansons, et de 60 opérettes, jouées, produites ou écrites entre autres par Émile Audiffred, interprétées par Henri Alibert (son gendre), Paulette Merval, Marcel Merkès… Nombre de ses chansons ont été des succès internationaux, en Europe et aux États-Unis.

La série des « opérettes marseillaises » produites par Émile Audiffred, sur des livrets de René Sarvil et Audiffred (notamment Un de la Canebière), a beaucoup fait pour répandre à Paris, sinon dans le monde entier, une certaine image de Marseille et des méridionaux, parfois caricaturale.

Statue de Vincent Scotto par André Arbus, MarseilleSa popularité actuelle est aussi due aux nombreuses musiques qu’il a composées pour le cinéma. On ne dénombre plus de 200 films à son actif, dont ceux de son ami Marcel Pagnol. Ce dernier lui confia également le rôle-titre dans Jofroi en 1933. Marcel Pagnol lui écrivit cet hommage :

« Mon cher Vincent, quand tu partiras, tu laisseras cent ou deux cents chansons, des sentiments à toi, des idées à toi, qui feront encore du bien à des gens qui ne sont pas nés. »

Scotto meurt à Paris, à l’âge de 78 ans, un an avant la création de son dernier ouvrage, Les Amants de Venise, au théâtre Mogador. Il repose au cimetière Saint-Pierre de Marseille. Son épouse Marguerite Monier, née en 1879, est morte en 1962.

Depuis 1948, un Prix Vincent-Scotto est décerné annuellement par la SACEM pour récompenser la meilleure chanson populaire qui s’est révélée dans l’année.

Il existe des rues Vincent-Scotto à Paris, Valras, La Rochelle, Goussainville, Baillargues et à Illkirch-Graffenstaden; une impasse Vincent-Scotto à Montpellier. Un collège marseillais porte son nom, tandis que la série télévisuelle Plus belle la vie en fait l’éponyme du lycée auquel sont rattachés les habitants de son quartier fictif de Marseille.


André Pierre Léon Arbus

Statue de Vincent Scotto par André Arbus, MarseilleIl était un architecte, décorateur et sculpteur du xxe siècle, né à Toulouse le 17 novembre 1903, mort à Paris le 12 décembre 1969.

Après des études de droit il étudie à l’École des beaux-arts de Toulouse puis travaille dans l’atelier d’ébéniste de son père et, dès 1925, il participe à l’Exposition internationale des Arts Décoratifs et industriels modernes, puis régulièrement, aux Salons des artistes décorateurs ainsi qu’au Salon d’Automne.

En 1932 il s’installe à Paris, reçoit la Bourse Blumenthal et fait une exposition particulière à la Galerie des Quatre chemins.

À l’Exposition internationale de 1937, il présente « Une demeure en Île-de-France », « La maison d’une famille française », un restaurant au Centre régional et plusieurs ensembles mobiliers.

En dehors d’importantes participations aux Salons des décorateurs et aux Expositions, il présente en 1939, la section française à l’Exposition internationale de New York.

À partir de 1950, il expose ses œuvres de sculpteur aux Salons des Tuileries et d’Automne. Il est élu en 1965 à l’Académie des beaux-arts.

Il a également fait œuvre d’architecture, comme le phare de Planier

Il appartient à une vieille famille d’ébénistes toulousains


SOURCES Wikipédia
PHOTOS Dominique Milherou Tourisme-Marseille.com & Archives

Avis
Soyez le premier à donner votre avis !
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches