Square Aspirant Versini Boulevard Merle, 13012 Marseille
3316
Arrondissement : 12ème

Cette agréable oasis de verdure, proche de Saint-Barnabé, offre aux promeneurs une belle végétation : pins, cyprès, frêne, tilleul, chêne, grenadier. Petits et grands peuvent y jouer en liberté : pétanque, ballon, vélo, skate.

Square Aspirant Versini MarseilleQuant à l’homme à qui ce square rend hommage il s’agit du sergent corse Jean Versini né le 18 mai 1912. De janvier 1938 à septembre 1939 Jean Versini est engagé dans l’armée d’Afrique et il est affecté à la construction de la route Transgabonaise, de Lambaréné à Fougamou. En octobre 1939, il est affecté au Tchad pour construire la route fort Archambault- Fort Lamy (Djaména)

Pendant cette période, les accords de Munich sont signés, le pogrom de la nuit de cristal a eu lieu, Félix Eboué est nommé administrateur par le ministre des colonies pour contrer les risques HITLER qui revendique le CAMEROUN, auparavant allemand, et l’Italie de MUSSOLINI, implantée en LYBIE, convoite le TCHAD.  » Qui tient le TCHAD, tient l’AFRIQUE » dit on dans l’empire. Apprenant la nomination d’Eboué, la presse nazie et fasciste se déchaîne : « nommer un gouverneur noir… c’est nommer de la boue ».

Les officiers Larminat, Leclerc et l’administrateurs Félix Eboué vont, dès juillet 1940, rallier à la France Libre avec quelques-uns uns des pays de l’Empire. Le Tchad, Le Cameroun, le Congo, l’Oubangui. Mais le Sénégal restera sous l’autorité de Pétain. Peu après, au Gabon, c’est une première « petite guerre » entre Français qui permet le ralliement de ce territoire. Ce que les soldats ont appelé « la guerre du Gabon » entre Français pétainistes et Gaullistes en juillet 40. Jean Versini décide de quitter son RTS au Tchad et il rejoint Brazzaville, le 28 Aout 1940.

Le 2 sept 1939 il est mobilisé au Gabon, où il travaille, en civil, pour le ministère des travaux publics en qualité de conducteur des travaux publics. Le 6 sept 1939 il est intégré dans le bataillon des tirailleurs du Gabon. Puis est affecté, 10 jours plus tard, au RTS du Tchad le 18 sept de 1939.

En août 1940 il rejoint Brazzaville et à partir d’octobre 1940 il est chargé du dépôt de guerre du moyen Congo de l’armée libre des FFL. Affecté à la CMOAX à Brazzaville le 6 juillet 1941. Nommé brigadier chef le 15 septembre 1941; nommé maréchal des logis le 22 aout 1942; affecté à la batterie N°16 le 21 août 1942; l’unité fait mouvement sur FORT LAMY le 23 aout 1942; cette unité est dirigée vers la Tunisie le 10 février 1943;rejoint la colonne « LECLERC » en Tunisie le 2 avril 1943; la 16eme batterie devient 5eme batterie du 3eme RAC le 1er juin 1943 et dirigée sur la Tripolitaine.

Dirigé sur le Maroc il arrive à RABAT le 10 septembre 1943; il est affecté à l’AD de la 2eme DB le 12 novembre 1943; affecté au C.A du R.A.C.M.le 9 juin 1944; rattaché à la classe de mobilisation de 1927 (père de famille) il rejoint la Corse en juin 1944; il sera démobilisé le 15 octobre 1945;

le FFL Jean versini, a été condamné, le 16 novembre 1942, par le tribunal militaire de Clermont-Ferrand, par contumace, à la peine de 5 ans de travaux forcés, dégradation militaire, confiscation au profit de la nation de tous ses biens présents et à venir, et au frais envers l’état, pour intelligence avec une puissance étrangère et actes de nature à nuire à la défense nationale.

Un mandat d’arrêt du 25 juin 1942 a été lancé contre lui par le tribunal militaire de Clermont-Ferrand au motif : « inculpé de trahison ». Ce mandat a été relayé par la gendarmerie et les mairies de France.

La cour d’appel de Riom, par arret du 8 mars 1945, à l’audience de la chambre de révision va réhabiliter le FFL Jean Versini : « considérant que les faits qui ont motivé cette condamnation se rapportent soit à la reprise de la guerre par la France, soit à des faits de prise de services dans les armées françaises ou alliées, soit à des services rendus à la résistance française, et aux puissances alliées, dit que cette condamnation disparaîtra du dossier judiciaire de l’intéressé, ordonne la restitution de tous les biens confisqués, des frais… »

Les FFL ont été considéré comme des « traitres à la patrie »; « des mercenaires autour d’un micro » comme les appelaient Pétain.

Jean Versini a été décoré de La médaille coloniale avec agrafe « Afrique Française Libre » du 3 octobre 1946. La médaille commémorative des services volontaires dans la France Libre du 18 avril 1946, La médaille commémorative de la guerre 1939-1945 avec barrettes « AFRIQUE LIBERATION » du 29 Mai 1946.


SOURCES francaislibres.net

FICHE A SUIVRE
Avis
Soyez le premier à donner votre avis !
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches