Siège de Léon Raynaud et le Rhum Manikou 3-5 rue Commandant Mages 13001 Marseille
639

Dans les années 1780, on comptait pas moins d’une vingtaine de fabriques de liqueurs à Marseille, impulsées par les relations nouvellement entretenues avec les territoires caraïbes devenus français. L’âge d’or du rhum marseillais s’étendra de 1854 à 1922. Après la deuxième guerre mondiale on ne comptait plus que cinq importateurs de rhum dans la Cité phocéenne : le Comptoir marseillais des rhums, Saint-James, Vernet, Vian & Viel et enfin Léon Raynaud dont le nom et son produit vedette “Rhum Manikou”, sont encore gravés dans la pierre de son ancien siège du 3-5 rue Commandant Mages près du Collège Longchamp.

Le célèbre rhum marseillais Manikou fut un temps importé exclusivement de Martinique par Léon Raynaud et embouteillé ici dans le quartier Longchamp. Ce breuvage, le premier de la sorte créé dans la Cité phocéenne, est l’oeuvre en 1877 de la maison Gérard Frères, fondée en 1838 en Martinique.

Ayant tout perdu lors de l’éruption de 1902, la famille transféra toutes ses activités à Marseille autour du sigle CMR, Comptoir Marseillais des Rhums. Le breuvage qui obtint le Grand Prix de l’Exposition coloniale de 1906 à Marseille est aujourd’hui relancé par le sixième de la génération, le petit fils d’André Gérard ! Un retour à découvrir sur rhummanikou.fr.

Selon la CCI de Marseille, le « Rhum Manikou » (tirant son nom du marsupial de l’ordre des opossums), garanti « Pur Martinique », fut d’abord importé directement par H. Leydet à Marseille depuis 1893, puis par H. Barlatier vers 1910. Emile Meynadier, dont la maison avait été fondée vers 1895, se présentait fièrement comme le seul importateur en France de l’« Old Manada Rum ». Vernet & Cie, au boulevard Camille-Flammarion, proposaient outre leurs « Rhums et tafias de toutes provenances », notamment cubaine, une « Crème de rhum pailleter d’or, liqueur exquise composée de rhums vieux ».

Le « Rhum Martinica » était une spécialité de la Distillerie Mirabel fondée en 1885 au boulevard Chave. Enfin, le Syndicat des débitants de boissons de Marseille proposait à ses membres le « Rum Saint-Dyck », marque déposée.

Selon le site Rumporter, “entre 1865 et 1884, Marseille importe en moyenne chaque année 750 000 litres de rhum. Entre 1888 et 1901, ce chiffre tombera à 353 000 litres. Dans les années 1870, les exportations du rhum de Marseille se dirigent principalement vers les colonies d’Afrique”.

Mais revenons à Léon Raynaud. Même si la façade du 3-5 rue Commandant Mages arbore encore fièrement ce fameux “Rhum Manikou”, l’entreprise produisait également une eau de vie “rétro” à 45° “d’une finesse et d’un velouté incomparables” qui se vantait de terminer “très agréablement le repas et facilite la digestion”.

L’ancien siège de Raynaud n’embaume plus aujourd’hui le vieux Rhum et est utilisé pour des activités bien différentes et des associations.


SOURCES infos-patrimoinespaca.org & rhummanikou.fr & Rumporter & CCI Marseille
PHOTOS Publicités & Dominique Milherou Tourisme-Marseille.com

Avis
Soyez le premier à donner votre avis !
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches