Ruines du Jas d’Henry Vallon de Luinant, 13011 Marseille
3835

Situé dans le vallon de Luinant, iI ne reste plus grand chose de ce « Jas », un terme provençal signifiant « gîte » et servant à désigner les grandes bergeries construites à l’écart des fermes et hameaux, au milieu des terres de dépaissance. Souvent les jas étaient bâtis en pierres sèches.

Ruines du Jas d'Henry, Vallon de la Barasse, MarseilleLe terme français « jas », désignant un abri couvert pour les troupeaux de chèvres et de moutons en Provence, correspond à l’occitan jaç (masculin), lui-même issu du bas latin « jacium », mot désignant le « gîte », c’est-à-dire le « lieu où l’on gît, où l’on est couché ». Dans les Alpes du Sud (Hautes-Alpes et Alpes-de-Haute-Provence) et dans l’actuelle Provence (dont le Comtat Venaissin), le mot est utilisé dès le Moyen Âge.

On rencontre aussi le féminin « jasse », correspondant à l’occitan jaça (féminin), pour désigner la même chose dans d’autres régions. Paul Cayla, dans son Dictionnaire des institutions, des coutumes et de la langue en usage dans quelques pays de Languedoc de 1535 à 1648 (il s’agit de l’Aude), indique que la jasse est une « bergerie s’élevant d’ordinaire au milieu des terres ou des lieux de dépaissance ».

En Provence, le jas ne doit pas être confondu avec le mas, qui est un type particulier de ferme.

Si certains domaines agricoles actuels portent le nom de « jas », c’est qu’ils l’ont été d’abord avant de devenir exploitation agricole. Ainsi le Jas d’Esclans à La Motte en Provence (Var) a été d’abord une bergerie de transhumance (dont il reste encore les bâtiments), avant de devenir magnanerie puis domaine viticole.


SOURCES Wikipédia
PHOTOS Dominique Milherou Tourisme-Marseille.com

Avis
Soyez le premier à donner votre avis !
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches