Rotonde Ferroviaire Pautrier, le Donut sauvé de justesse Boulevard Isidore Dagnan, 13004 Marseille
5339
Arrondissement : 4ème

Bâtie en 1889, elle fait partie d’une génération de rotondes qui accompagnaient la ligne Paris-Lyon-Marseille, colonne vertébrale des chemins de fer français. Par sa forme circulaire, elle permettait d’assurer l’entretien des locomotives à vapeur en utilisant une plaque tournante centrale qui permettait de déplacer les locomotives en direction des différents ateliers. Si la rotonde a servi jusqu’en 2008, elle est tombée dans l’obsolescence jusqu’à qu’un nouveau projet de 25 M€ prévu pour 2020 ne la sauve d’une destruction initialement prévue en 2014. Les travaux ont débuté en juillet 2017 et permettra d’accueillir le remisage des TER et les opérations légères de maintenance.

rotonde-pautrier-le-donut-marseille-3Circulaire alors que beaucoup de rotondes françaises étaient en demi lune, le « faisceau » Pautrier comporte 32 emplacements avec des fosses d’entretien éclairées en lumière zénitale.

Elle est dotée de hottes d’aspiration rapide des fumées par d’ingénieux déflecteurs. Sa charpente métallique associe la pierre, la fonte, le bois et la tuile. C’est un véritable mécano de colonnettes, d’arbalétriers et de sous-arbalétriers. Sa coupole centrale a par contre été détruite dès 1923.

Selon Marsactu.fr, « qu’on l’appelle le donut ou la soucoupe volante, la rotonde Pautrier est devenue en 2014 un objet public encombrant dont le devenir intéresse la SNCF qui en est propriétaire mais veut la détruire, la Région en charge des TER, la Ville saisie d’un permis de démolir, et le ministère de la culture qui espère la voir classée ».

La Ville ne donnera pas suite au permis de démolir déposé au mois de mai 2014 par la SNCF. Au contraire, elle a saisi la direction régionale des affaires culturelles pour demander son classement au titre des monuments historiques.

Le caractère unique du lieu suscite des vocations. Principal artisan de Yes we camp, le graphiste Eric Pringels s’est pris de passion pour le lieu et rêvait de lui offrir un nouvel usage. il avait donc lancé sur Facebook un appel à projets le plus large possible.

En mai 2016 on apprenait que le site serait bel et bien sauvegardé avec des travaux de rénovation prévus sur une durée de 32 mois de juillet 2017 à février 2020 avec le réaménagement du site de remisage et de maintenance du matériel roulant ferroviaire (TER et Intercités) à Marseille-Pautrier.

Le site accueillera 24h/24 et 7j/7 les opérations de remisage (garage) d’au maximum 15 rames TER, le nettoyage intérieur des rames, des opérations logistiques (vidange WC, remplissage en eau et en sable), et une maintenance mécanique et de confort dans les voitures. Le pont-tournant ne sera pas conservé pour permettre le remisage des TER sur 6 voies de stationnement et l’aménagement de 4 quais.


La ligne de Paris-Lyon à Marseille-Saint-Charles

Appelée aussi « Ligne PLM » d’après le sigle de l’ancienne Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée qui correspond aussi aux initiales des plus importantes villes traversées, ou encore « artère impériale » ou « ligne impériale » parce qu’elle fut empruntée par Napoléon III en 1852, est une ligne de chemin de fer longue de 863 km qui relie les trois premières agglomérations urbaines françaises : Paris, Lyon et Marseille.

Exploitée depuis 1857 par la compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée (le PLM), puis après 1938 par la SNCF, elle est historiquement l’artère maîtresse du réseau ferroviaire français. Elle traverse successivement quatre régions : Île-de-France, Bourgogne, Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Elle constitue la ligne 830 0002 du réseau ferré national.

Elle est aujourd’hui presque entièrement doublée par une ligne à grande vitesse et de ce fait est délestée de l’essentiel de son trafic de grandes lignes. De 1997 au 31 décembre 2014, elle fut, comme le reste du réseau national, propriété de Réseau ferré de France (RFF).

Avant l’arrivée des TGV, le train phare de cette ligne était Le Mistral qui reliait Paris à Marseille en 6 h 40.


SOURCES Wikipédia Marsactu.fr & cgedd.developpement-durable.gouv.fr
PHOTO Google Maps / Cheminot.net

Avis
Soyez le premier à donner votre avis !
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches