Rio Cinéma, Pic Télémaque 36 Montée Antoine Castejon, 13016 Marseille
2392
Arrondissement : 16ème

Ce petit cinéma de proximité créé au début des années 1900 par le négociant en vin Jacques Dogliani affichait toujours complet durant son âge d’or. Avec l’essor de la télévision il fermera ses portes en 1968 comme bon nombre des 6 cinémas du bassin de Séon et des 120 cinémas que comptera Marseille. Son nom « Rio » était apparemment un clin d’œil avec son quartier Les Riaux, signifiant tout deux « petit ruisseau ». Depuis 1999 son nouveau propriétaire, le comédien David Burztein, souhaitait lui donner une nouvelle impulsion, ce sera chose faîtes en 2013 avec sa réhabilitation pour l’accueil de la Compagnie Télémaque, un ensemble spécialisé dans la musique contemporaine.

Cette salle fut construite autour de la copropriété du négociant en vin Jacques Dogliani qui comprenait sa maison, une échoppe et ses cuves à vin ainsi qu’un buffet et le Chalet des Roses. Avec ce cinéma, Jacques Dogliani joua un rôle de mécène pour son quartier.

Le Rio se situait à l’époque Place du Centre entouré par une quinzaine de commerces, dont un bar, une épicerie, une boulangerie, une maison de la presse…aucun n’a subsisté à la fermeture progressive des grandes usines environnantes. A une époque où peu de gens possédaient une voiture, le cinéma était LE lieu de rendez-vous du quartier.

La salle d’un seul niveau possédait trois classes, à l’avant pour les enfants sur des bancs, ensuite sur des chaises de jardin sans accoudoirs et enfin sur des fauteuils au fond dont ont dit qu’ils étaient les places privilégiées des amoureux en quête de tranquillité et de confort.

Le cinéma qui faisait partie d’une petite chaîne de salles « Rio » proposait au delà des films et des actualités, des prestations de chansonniers, des spectacles de danse classique, des soirées de gala et même des meetings politiques lors des grèves générales que connurent les industries du secteur en 1936…Le Rio était un lieu de fête et de partage où tout le monde se connaissait.

La famille Bettini avec Lucien et avant lui son frère furent les derniers opérateurs de cette salleLucien Bettini est né juste là au-dessus du cinéma Rio. Son frère qui avait quatre ans de plus que lui travaillait dans ce cinéma. Au début, il nettoyait la salle après la séance, puis, il en devint l’opérateur…

Il courait de cinémas en cinémas, nombreux à cette époque entre l’Estaque et Saint-Henri, projeter des films…en effet on ne pouvait vivre en ne travaillant que pour un seul site. Les opérateurs tournaient ainsi entre les salles, tout comme les bobines.

Très souvent des enfants, dont Lucien Bettini, surveillaient la projection et que la machine tourne bien afin que le film ne prenne pas feu !

Découvrez le très intéressant film sur le Rio cinéma de l’association audiovisuelle marseillaise Paroles Engagées. Images et Paroles Engagées avec les témoignages des anciens habitués de cette salle. Les récits de cette fiche sont inspirés en grande partie par ce documentaire.


En 2010, 420 000 euros sont engagés dans le cadre de Marseille Provence 2013 pour réhabiliter le Rio et accueillir la compagnie Pic Télémaque. Au programme du projet de l’architecte Sidonie Daher, une grande salle de 182 m² et une plus petite de 65 m², avec un maximum de flexibilité : cloisons amovibles, possibilité d’intégrer des gradins, appartement accolé pour l’hébergement des artistes….

Depuis sa formation en 1994 à Marseille, l’ensemble Télémaque s’est consacré à la création et à la diffusion d’œuvres musicales contemporaines. George Bœuf, Régis Campo et Pierre-Adrien Charpy, compositeurs du sud, mais aussi Thierry Machuel, Jean-Luc Hervé, Tatiana Catanzaro, François Narboni, Kasia Glowicka, Bernard Cavanna et Ivan Fedele reçoivent des commandes de l’ensemble qui revendique la plus grande ouverture esthétique.

Dans les années 2000 et sous l’impulsion de Raoul Lay, la compagnie musicale Télémaque développe de façon originale les mélanges avec les autres arts de la scène : Olivier Py, Bernard Kudlak (cirque Plume), Catherine Marnas, Nathalie Pernette ou Frédéric Flamand comptent parmi les partenaires artistiques de Télémaque au service des musiques de Mauricio Kagel, Steve Reich ou Raoul Lay lui-même.

Depuis toujours, l’ensemble se produit également en concert sur les scènes musicales les plus innovantes en France et à l’étranger : Festival d’Ile de France, Festival Présences à Radio-France, Cité de la Musique de Paris, Auditorium National de Madrid, Gaudeamus Music Week d’Amsterdam, Festival Enescu à Bucarest, Salle Flagey à Bruxelles, Biennale de Venise…

Outre la création, Télémaque s’est donné pour mission d’éveiller les curiosités, de donner à entendre toutes les esthétiques musicales contemporaines, partout et à tous. Pour cela un travail particulier en direction du jeune public a été mené, tourné vers les enfants spectateurs

Après avoir été en 2011 l’ensemble leader du projet ECO (European Contemporary Orchestra), phalange acoustique et électrique de 33 musiciens au service de la création, Télémaque intègre en 2013 le Pôle Instrumental Contemporain (PIC) et s’engage dans un projet de territoire qui lui permet d’obtenir le label Atelier de Fabrique artistique, décerné en 2016 par le Ministère de la Culture.

Ces dix dernières années Télémaque a joué dans 15 pays. Depuis 2016, la structure organise également un temps fort intitulé « Grandes Musiques pour Petites Oreilles » qui se décline en quartiers d’hivers et festival d’automne, en partenariat avec une quinzaine d’opérateurs régionaux (Les Théâtres – Bernardines et GTP-, Opéra de Toulon, Théâtre Massalia, GMEM, Biennale Internationale des Arts du Cirque, Théâtre du Centaure, Cinéma l’Alhambra…).



FICHE A SUIVRE
Avis
Soyez le premier à donner votre avis !
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches