Saint-Mauront, un Évêque, des Bougies, César et une Terre de Passage Saint-Mauront, 13003 Marseille
2418
Arrondissement : 3ème

Cœur de l’histoire ouvrière marseillaise, Saint-Mauront est un quartier pauvre du 3e arrondissement de la ville ayant subi de nombreux bouleversements sociaux et urbains dont les plus marquants furent la perte de compétitivité des industries locales dès 1920, la crise de 1929, le bombardement du 27 mai 1944 et la construction de la passerelle autoroutière quelques années plus tard. Le quartier est nommé ainsi en l’honneur de Mauront de Marseille, qui fut évêque de la ville au viiie siècle. Il fait l’objet aujourd’hui d’un vaste plan de rénovation urbaine.

Saint-Mauront, un Évêque, des Bougies, César et une Terre de Passage, Marseille

Église de Saint Mouront

Depuis longtemps le quartier de St Mauront est un quartier de passage, de première installation pour les flux migratoires. Ce fut le cas au xxe siècle avec les italiens comme en attestent les noms des rues (Rue Barbini, rue Barsotti, rue Spinelli…) et le nom de bien des habitants actuels ou passé comme le sculpteur César Baldachini à qui l’on doit à Marseille, le Pouce, ou encore le mémorial des rapatriés d’Algérie.

Puis ce furent les rapatriés d’Afrique du Nord en particulier de Tunisie, vinrent ensuite les immigrés en provenance du Maghreb, les familles comoriennes et depuis quelques années une forte présence Cap-Verdienne.

Le quartier abrita notamment des savonneries, avec le Petit Chat et la célèbre Fabrique de bougie Fournier, la plus grande au monde.

L’usine était référencée pendant la deuxième guerre mondiale par la défense passive comme abri pour 2000 personnes en cas de bombardements sur la ville. Le site est aujourd’hui notamment par le commissariat du 3ème arrondissement.

Saint-Mauront, un Évêque, des Bougies, César et une Terre de Passage, Marseille

L’usine Fournier

Après la crise de 1929 des usines d’huiles minérales de pétrole s’installèrent. Après les bombardements de la 1945, les industries se délocalisent laissant place à de nombreux garages automobiles portés par l’arrivée de l’autoroute.

Un vaste plan de rénovation urbaine démarré dans les années 80 continue d’effacer les derniers vestiges industriels même si de nouveaux édifices tels que celui des Docks Libres rappelle sur une fresque la mémoire du quartier.

Mais on trouve encore dans le quartier de Saint-Mauront des courées ouvrières, un nom originaire du Nord de la France, donné à l’urbanisation en cœur d’îlot dans les quartiers industriels, comportant généralement une ou deux rangées de petites maisons basses dans une ruelle privée à laquelle on accède par un passage étroit. Beaucoup de courées sont très étroites donc assez sombres.

Il en existe aussi à Marseille dans le quartier de l’Estaque, mais cette forme d’urbanisme s’est particulièrement développée au xixe siècle dans les villes de Lille, Roubaix et Tourcoing.

Saint-Mauront, un Évêque, des Bougies, César et une Terre de Passage, Marseille

Docks Libres, symbole du renouveau du quartier

A l’origine et jusque dans le milieu du xxe siècle la plupart des courées ne disposaient que d’un point d’eau collectif unique et de cabinets d’aisance extérieurs communs à l’ensemble des maisons, d’où l’expression « aller à la cour » utilisée dans le Nord.

Tout comme les corons du bassin minier, elle est en effet égalitaire et d’une architecture simple. Mais ce type d’habitat va de pair avec une grande promiscuité entre les familles, favorisant les épidémies et les conflits de voisinage.

Les maisons de courée étaient également connues pour leur mauvaise isolation, leur humidité et d’une manière générale leur insalubrité. Il reste à Saint-Mouront un des derniers lavoirs municipal au cœur de ces courées ouvrières.

Le quartier abrite l’église de Saint Mauront construite en 1854, l’Oeuvre de jeunesse Paul Hava fondée en 1904 ou encore le Théâtre Toursky…le 30 octobre 1970, une poignée d’artistes écrivit le nom du poète Axel Toursky sur le fronton d’une salle de quartier, à Saint-Mauront, rêvant de poursuivre les belles aventures du Théâtre Quotidien de Marseille et d’Antoine Bourseiller.  La Compagnie Richard Martin était néeEn 1971, Richard Martin fonde le Théâtre Toursky sur ce qui n’était qu’un hangar. Le site propose de nos jours pièces classiques et contemporaines, spectacles de danse ou opéras.


Théâtre Toursky

Mauront (Maurontus en latin) fut un évêque de Marseille au viiie siècle. Il fut un moine de l’abbaye Saint-Victor de Marseille, puis abbé de Saint-Victor et enfin évêque de Marseille. Il est fêté à Marseille le 21 octobre, jour supposé de sa mort.

L’histoire nous a laissé peu d’éléments sur sa vie, mise à part son intervention auprès de Charlemagne à Herstal pour obtenir la restitution des biens de l’église et de l’abbaye de Saint-Victor. Ceci attesté par les minutes judiciaires d’un procès à Digne en 782.

L’église de Horgues dans le diocèse de Tarbes-Lourdes est placée sous le vocable de saint Mauront, évêque de Marseille au VIIIe siècle. Son culte a été répandu par l’abbaye de Saint Victor dont dépendait celle de Abbaye de Saint-Savin-en-Lavedan. Une chapelle de l’abbaye de Saint-Victor porte son nom.


SOURCES Wikipédia & recitsdevie.fr & Boulègue – La Télévision Participative du 3ème
PHOTOS Google Street View & Milène Servelle/CHRYSO & Théâtre Toursky & Archives

Avis
Soyez le premier à donner votre avis !
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches