Pythéas, le Christophe Colomb Marseillais des Contrées Nordiques Palais de la Bourse, 13001 Marseille
1465

Pythéas dont la statue signée Auguste Ottin trône sur la façade du Palais de la Bourse mais aussi avec Double Jeux sur la place Bargemon était un explorateur grec originaire de Massalia, l’antique Marseille. Considéré comme l’un des plus anciens explorateurs scientifiques ayant laissé une trace dans l’Histoire, il a effectué un voyage dans les mers du Nord de l’Europe. Il est le plus ancien auteur de l’Antiquité à avoir décrit, notamment, les phénomènes polaires, les marées ainsi que le mode de vie des populations de la Grande-Bretagne et des peuples germaniques des rives de la mer du Nord, voire de la mer Baltique. Winston Churchill le qualifia de « Christophe Colomb des contrées nordiques ».

Pythéas, le Christophe Colomb Marseillais des Contrées Nordiques, MarseilleVraisemblablement parti de Massalia, Pythéas rejoint l’Atlantique après avoir franchi les colonnes d’Hercule (détroit de Gibraltar), mais certains auteurs n’écartent pas l’hypothèse d’un voyage fluvial jusqu’au débouché de la Gironde ou de la Loire. Son voyage s’est ensuite poursuivi vers l’Armorique puis la Grande-Bretagne.

Poussant plus au nord au large des Orcades, il atteint une région où la nuit ne durait que deux heures. Il a également évoqué l’île de Thulé, située sur le cercle arctique, ainsi qu’une zone de la mer où la navigation devient impossible, l’océan ressemblant à un « poumon marin » (méduse), peut-être un mélange de glace et d’eau.

L’association de son nom à l’ambre, notamment par Pline l’Ancien, conduit certains auteurs à imaginer que Pythéas, à son retour, aurait également exploré la mer Baltique. En réalité, les étapes de son voyage restent largement inconnues, même si l’hypothèse d’un second voyage en Baltique n’est pas à écarter totalement. Quant à l’emplacement de Thulé, il reste de nos jours sujet à débat ; il pourrait s’agir de l’Islande ou de la Norvège.

L’ouvrage de Pythéas s’intitule : De l’Océan. Cet ouvrage disparaît à une date indéterminée, peut-être dans l’un des incendies de la bibliothèque d’Alexandrie, mais plusieurs auteurs antiques nous en ont transmis des bribes, principalement le géographe Strabon, son principal détracteur, l’accusant d’affabulation.

Certains auteurs antiques le considèrent comme un affabulateur. C’est en particulier l’opinion de Polybe et de Strabon, pour qui il est inconcevable qu’une mer puisse être entièrement gelée.

Mais les témoignages de son périple, et surtout ses observations astronomiques, ont été pris en considération par des savants comme Ératosthène ou Hipparque ; au fil du temps, ses récits sont apparus crédibles et plus personne ne remet par la suite son existence en doute.

Ses découvertes

Itinéaire possible de Pythéas. En pointillé, routes probables (crédit Fschwarzentruber)

  • Une exploration maritime dans l’Atlantique nord, exceptionnelle à une époque où les colonnes d’Hercule (détroit de Gibraltar) marquent l’extrémité occidentale du monde « civilisé ». Toutefois, les Carthaginois connaissent à cette époque le détroit de Gibraltar et l’océan Atlantique, mais n’ont pas laissé d’écrits (les périples d’Hannon et d’Himilcon ne seraient que des fictions anachroniques)
  • Une description géographique et ethnologique de la Grande-Bretagne, dont il décrit la forme triangulaire et dont il estime le périmètre à 42 500 stades (entre 7 650 et 7 200 km, ordre de grandeur proche des 7 850 km mesurés).
  • La première description du Soleil de minuit.
  • La « découverte » de peuples barbares (au sens grec ancien du terme), plus évolués que ne le laissent paraître encore de nos jours les livres d’histoire, décrivant leur habitat, leurs us et coutumes, leur alimentation, etc. (Celtes d’Armorique, Brittons d’Albion, Calédoniens, Goths).
  • La description du cercle polaire et des phénomènes qui en découlent.
  • La description du « poumon marin » ou « méduse » qu’il affirme avoir vu de ses yeux. Peut-être s’agit-il de l’aspect gélatineux que présente la mer lors de la formation de la banquise, phénomène qui ne se produit que dans les régions situées immédiatement au nord de l’Islande.
  • Il contribue à apporter la preuve de la sphéricité de la Terre, qui à son époque passe du statut d’hypothèse à celui de connaissance scientifique (Aristote)10,11,12,13,14. Pythéas le confirme notamment par la mesure des durées diurnes et nocturnes.
Statue de Pytheas & Euthymène sur la Place Bargemon à Marseille

Statue de Pytheas & Euthymène sur la Place Bargemon

  • Le calcul de l’obliquité de l’écliptique, l’inclinaison de l’axe de rotation de la Terre par rapport au plan de l’écliptique, même si pour les Grecs l’héliocentrisme reste une notion évoquée mais non acquise.
  • Ses mesures de latitude, faites à l’aide d’un gnomon, sont d’une précision étonnante pour l’époque. Pour la première fois en dix-neuf siècles, Pierre Gassendi reprendra les mesures au xviie siècle ; vingt-trois siècles plus tard, la latitude de Marseille est établie à 43° 18′, à à peine 5′ de la valeur calculée par Pythéas, 43° 13′ (en tenant compte de l’inclinaison de l’axe de la Terre à son époque).
  • La description du phénomène des marées, inconnu des Méditerranéens, et le synchronisme des marées avec les phases de la Lune, ainsi que l’influence des équinoxes sur leur amplitude. Si leur synchronisme peut lui avoir été décrit par les peuples rencontrés, il y ajoute sa connaissance astronomique pour en donner une description précise.
  • Le St. Michael’s Mount pourrait être l’île d’Ictis (ou Mictis).
  • La fabrication de lingots d’étain aux Cornouailles, avant son transport à l’île d’Ictis. Il semble que le St Michael’s Mount soit le Mictis de Timée, mentionné par Pline l’Ancien et Ictis de Diodore de Sicile. En effet, les deux hommes s’appuieraient sur des textes perdus de Pythéas.

SOURCES Wikipedia
PHOTOS Rvalette & Fschwarzentruber & Dominique Milherou Tourisme-Marseille.com

Avis
Soyez le premier à donner votre avis !
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches