Pont Aqueduc sous la rue Léon Bancal Rue Léon Bancal, 13011 Marseille
1361

Très discret, ce pont aqueduc construit vers 1870/1880, faisait communiquer le canal de dérivation de Marquesy avec celui de Clastre en enjambant l’Huveaune. Situé près du Cinéma des 3 Palmes, il se cache à l’ombre de son jeune frère, un pont contemporain supportant au dessus la rue Léon Bancal.

Pont Aqueduc sous la rue Léon Bancal, l'Huveaune, MarseilleSelon le site wikivoyage.org d’où proviennent les informations suivantes, passionnantes et très complètes, l’accès au pont aqueduc serait assez difficile. Il faut s’aventurer sous la pile du pont contemporain, car il n’y a pas véritablement de sentier, et la pente y serait assez raide.

l’Huveaune a servi de la période médiévale, jusqu’à la période contemporaine à l’approvisionnement en eaux de la ville de Marseille, au fonctionnement de moulins, manufactures, puis d’industries dans la région, ainsi qu’à l’irrigation de terres mises en cultures dans la vallée.

Le Pont aqueduc, construit vers 1870/1880, faisait communiquer le béal (canal) de Marquesy avec celui de Clastre, enjambant l’Huveaune. Il a remplacé une gorgue en bois, qui elle-même, avait remplacé une autre plus en aval. Il fut construit pour que les eaux traversent l’Huveaune, du moulin de la Barasse, aux moulins de Clastre (lieu-dit actuel de la montre). Il témoigne du passé industriel de la vallée.

Au lieu-dit le Muret, à la Barasse, un moulin à eau existait dès le XVIe siècle, vraisemblablement un moulin à papier, et à blancherie de toile, qui témoigne du passé lié aux industries textiles dans la vallée. Puis en 1850, il eut moulin à papier, à blé, huilerie puis scierie.

Après 1908, succède l’usine Péchiney. Le béal de fuite, « les escoulures » du moulin de la Barasse, traversait ensuite l’Huveaune sur un aqueduc en bois pour aller rive droite aux Moulins de Clastre (enclos) au lieu-dit actuel de la montre, et de Foresta.

L’aqueduc en bois, en 1890, fut construit en pierre de taille, et est toujours visible sous l’actuel Boulevard Léon Bancal. Sur Clastre il y avait deux moulins, l’un en amont dit de La Briolle, terre appartenant à la famille Botoni dès 1459, construit en 1576 par Jean Bononi, dit « Brioulle », l’autre très ancien dit de Clastre. Ce dernier avait été reconstruit sur l’ancien paroir de Valentin qui existait en 1459, détruit par une crue de l’Huveaune en 1642. Jean-Paul II de Forestale reconstruisit en 1667. Ces deux moulins et terres attenantes furent acquis par Jean-Paul de Foresta en 1666, et formèrent un veste domaine, La Foresta.

Le long de l’Huveaune se trouvait de nombreux moulins, dont quatre à Pont de Vivaux : Moulin de blanc ou canaple (XVIIes), des prêcheurs (1234), de l’Hôpital (1234), de Vivaux (1173). Entre le barrage du Petit Béal à la Pomme, et le confluent de l’Huveaune, on comptait en tout huit moulins.

Tous ces moulins étaient alimentés par les béals, sortes de canaux artificiels que régulent des « martelières » (vannes ou épanchoirs) et qui prennent naissance sur des barrages (écluses, rescluses, resclaves) élevés dans le lit de la rivière. L’utilisation de ces moulins et des béals cessa progressivement, jusqu’en 1914, période où l’électricité remplaça progressivement la force motrice de l’eau.


SOURCES Wikivoyage.org
PHOTOS MBH18 & Google Maps

Avis
Soyez le premier à donner votre avis !
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches