La Plage du Prophète, un Opéra et le Baryton Ismaël Plage du Prophète, 13007 Marseille
3431

Étrange plage, nom mystérieux, le Prophète devait à la base accueillir un port abrité par sa digue de 72 mètres dont la construction fut votée en 1894. Un projet qui devait permettre de lutter contre l’amoncellement d’algues nauséabondes. Mais ce port fut un échec les courants sablant constamment l’anse. Les derniers cabanons de pêcheurs seront rasés en 1960 pour élargir la Corniche Kennedy. L’anse du Prophète accueille aujourd’hui une des rares plages naturelles de Marseille composée de vrai sable. Quant à son nom, un célèbre baryton et un opéra pourraient en être l’explication !

La Plage du Prophète, un Opéra et le Baryton Ismaël, Marseille

Gravure de Charles Bour (1814-1881) pour la publication de la partition piano et chant du Prophète de Meyerbeer

Une des rumeurs sur le nom du Prophète viendrait d’un navire à vapeur qui reliait Marseille à Alger dans les années 1850.

Mais pour le quotidien La Marseillaise il est plus vraisemblable que l’anse tire son nom du chanteur lyrique Jean-Vital Jammes qui résidait au-dessus de l’anse dans la Villa Ismaël (son nom de scène). Son interprétation du Prophète l’opéra de Meyerbeer a du inspirer les habitants du quartier pour baptiser le site.

Le Prophète est un grand opéra en cinq actes de Giacomo Meyerbeer sur un livret d’Eugène Scribe et Émile Deschamps d’après l’Essai sur les mœurs et l’esprit des nations (1756) de Voltaire.

L’intrigue est basée sur la vie de Jean de Leyde, chef protestant des anabaptistes et auto-proclamé « roi de Sion ». L’action se déroule au xvie siècle à Dordrecht en Hollande et à Münster en Allemagne.

L’opéra a été créé en français à l’Opéra de Paris, salle Le Peletier, (rebaptisé Théâtre de la Nation après la révolution de 1848) le 16 avril 1849 en présence entre autres de Chopin, Verdi, Théophile Gautier, Delacroix, Tourgueniev et Berlioz.

L’opéra est un énorme succès qui porte la gloire de Meyerbeer à son apogée. Le compositeur est ainsi le premier Allemand à être nommé Commandeur de la Légion d’Honneur. La centième représentation a lieu après 27 mois, la trois-centième après 273 mois le 15 janvier 1872. L’œuvre est reprise en 1876 au Palais Garnier et 573 représentations seront données jusqu’en 1912.

« Archétype du grand opéra », l’œuvre « demeure un drame fascinant, stupéfiant commentaire sur les affaires du siècle, incontournable élément du panorama lyrique de son époque, ainsi que l’occasion d’un spectacle vocal et théâtral incomparable », dont « rien ne justifie son absence du répertoire ».

L’histoire d’Ismaël

Photo d’Ismaël vers 1873 par Alexandre Quinet (1837-1900)

Jean-Vital Jammes dit Ismaël était un baryton français né le 28 avril 1825 au Passage (Lot-et-Garonne) et mort le 13 juin 1893 à Marseille. Né dans une famille très pauvre, il part de chez lui à quatorze ans et gagne sa vie comme chanteur des rues, avant de se faire embaucher comme choriste puis soliste sur des scènes de province de plus en plus illustres.

Au début des années 1850, il se fixe à Marseille, où il révèlera la véritable dimension de son talent. Les années 1860 seront celles de la consécration parisienne.

Cet autodidacte absolu a créé en 40 ans de scène nombre de grands rôles au Théâtre-Lyrique puis à l’Opéra-Comique, dont Zurga dans Les Pêcheurs de perles de Georges Bizet et Ourrias dans Mireille de Charles Gounod.

Consécration de sa carrière, il devient professeur au Conservatoire de Paris en 1874, avant d’en être chassé dans des conditions obscures. Sa fin de carrière est marquée par des difficultés vocales liées à une affection du larynx.

Mais Ismaël ne cessera jamais d’enseigner son art à de nombreux élèves, souvent illustres eux-mêmes.


La plage 

La Plage du Prophète, un Opéra et le Baryton Ismaël, Marseille

A l’époque du Palace La Réserve (au fond)

C’est aujourd’hui un petit triangle de sable protégé, atypique avec sa buvette et son terrain de beach volley…un lieu populaire, trop populaire ? A la mi-juillet 2015, le sujet avait fait l’effet d’une petite bombe.

Alertée par les plaintes répétées des riverains de la plage du Prophète, dénonçant notamment le tapage nocturne, la mairie des 1er et 7e arrondissements prenait un arrêté municipal réglementant la fermeture du site à 23 h 30.

Une décision diversement appréciée : les défenseurs de la tradition bien marseillaise des « apéros plage » à rallonge y voyant une confiscation de l’espace public, les voisins, un espoir de fermer l’oeil avant les petites heures du jour…Mais le préfet n’a pas accordé son feu vert au couvre-feu souhaité.


La Plage du Prophète, un Opéra et le Baryton Ismaël, MarseilleConfort & services
Poste de secours
Douche
Plage entretenue
Entrepôt de stockage
Toilettes
Plage surveillée (période estivale)
Activités, événements, services associés
Terrain de jeux

Conditions d’accès
Arrêt de bus / Accès avec le bus 83 (Vieux Port).

> Les avis sur Tripadvisor


SOURCES visitprovence.com & La Provence & La Marseillaise
PHOTOS Dominique Milherou Tourisme-Marseille.com & Alexandre Quinet

Avis
Soyez le premier à donner votre avis !
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches