Place Castellane, le don de Henri-César de Castellane et Cantini Place Castellane, 13006 Marseille
8355
Place Castellane, le don de Henri-César de Castellane et Cantini
Arrondissement : 6ème

On doit son nom à Henri-César de Castellane-Majastre qui offrit le terrain et le financement des travaux en 1774. Avant d’avoir été remplacée par une fontaine, cette place disposait en son centre d’un obélisque entre 1811 et le début du xxe siècle. C’était à l’occasion de la naissance du fils de l’empereur Napoléon 1er : le Roi de Rome.

La place au temps de l’obélisque

Dans son livre La flèche d’or, Joseph Conrad parle de cette place avec l’obélisque :

« A l’extrémité de la rue de Rome, le souffle violent et glacial du mistral enveloppa la victoria d’une vaste traînée de soleil brillant, mais dépourvu de chaleur. Nous prîmes à droite, en contournant à une allure majestueuse l’obélisque assez mesquin dressé à l’entrée du Prado. » La période de ce récit se situe vers 1875.

Depuis le 12 novembre 1911, cet obélisque a été transféré dans le quartier de Mazargues et remplacée par la fontaine « Jules Cantini », une des plus belles fontaines de la Ville, représentant Marseille au sommet d’une colonne.

Ses faces évoquent la Méditerranée qui pointe son doigt vers la rade, et le Rhône y est allégoriquement représenté à toutes les étapes de son parcours depuis sa source jusqu’à la mer.

Le socle est décoré de 4 groupes sculptés évoquant « la source de l’Huveaune » ,  » le torrent ou la Durance » , « le fleuve Rhône » et « la mer ou Amphitrite« .

Fontaine Jules Cantini par Allar, Place Castellane, Marseille, Provence

La place avec sa colonne actuelle

Ces sculptures sont un prétexte pour André Allar afin de rendre hommage à des sculpteurs célèbres. La statue du Rhône est une reprise de « L’Océan » de la fontaine de Trévi . « La Sève » de Raoul Larche est l’oeuvre dont s’est inspiré Allar pour réaliser « La Mer« . « Le Torrent »  n’est autre qu’un hommage au « David » du Bernin.

Cette idée de réaliser une histoire de la sculpture poussera Allar à sculpter à côté du « torrent » la copie fidèle du « Jeune napolitain jouant avec une tortue » de François Rude.

La construction de ce monument débute en 1908 par une simple lettre du mécène à la municipalité l’informant de son désir de donner à la ville une fontaine monumentale. Elle a été sculptée entre 1911 et 1913 par le toulonnais André-Joseph Allar en marbre de Carrare à la demande de Jules Cantini.

Cette place est un des 2 croisements des 2 lignes du métro marseillais et accueille également le terminus de la Ligne 3 du tramway. Un projet de piétonnisation de la place a été évoqué en 2018.


Henri-César de Castellane, marquis de Majastre, dit « Castellane-Majastre », né le 28 mars 1733 à Marseille et mort le 5 mai 1789 à Riez, était un officier de marine et aristocrate français du xviiie siècle. Issu de la Maison de Castellane, très ancienne famille noble de Provence, il s’engage dans la Marine royale comme nombre de ses aïeux avant lui. Il se distingue pendant la guerre d’indépendance des États-Unis et notamment au combat livré en baie de Chesapeake en septembre 1781. Il termine sa carrière avec le grade de chef d’escadre des armées navales.

Fontaine Jules Cantini par Allar, Place Castellane, Marseille, ProvenceHenri-César de Castellane descend de la Maison de Castellane, une très ancienne famille de la noblesse provençale descendant de la maison souveraine de Riez, Basses-Alpes (actuelles Alpes-de-Haute-Provence) et connue depuis le ixe siècle. Il est le fils de César-Henri de Castellane (1693-1761) et de sa femme Agathe de Martin (v. 1710-?). Sa famille a fourni seize officiers supérieurs à la Marine royale, aussi bien dans le corps des vaisseaux que dans celui des galères.

Garde de la marine en 17492, puis sous-lieutenant d’artillerie en 1751 il est promu successivement aux grades de lieutenant de vaisseau en 1762 puis à celui de capitaine de compagnie en 1775.

Il est fait chevalier de Saint Louis en 1773. Il prend part aux préparatifs de la guerre contre les Britanniques. Au début de l’année 1778, Castellane-Majastre est en station à Toulon, où il a récemment obtenu le grade de capitaine de vaisseau (1777) et reçoit le commandement de la frégate La Flore, au sein de l’escadre de l’amiral d’Estaing, avec laquelle il effectue quatre prises. Il participe à la guerre d’indépendance des États-Unis, et est l’un des membres d’origine de la Société des Cincinnati.

Il commande Le Sagittaire en 1780, puis Le Marseillais, de 74 canons, dans l’escadre du Comte de Grasse qui met les voiles depuis Brest le 22 mars 1781. Il est présent à tous les combats livrés par cette escadre. La flotte française relâche à la Martinique. Il est au combat du 29 avril 1781 devant Fort-Royal de la Martinique et à la prise de Tobago le 30 mai suivant

Fontaine Jules Cantini par Allar, Place Castellane, Marseille, ProvenceIl participe également à la victoire navale décisive de Chesapeake, le 5 septembre 1781 contre la flotte britannique de l’amiral Graves. Il va notamment se mesurer lors de cette bataille rangée au HMS Intrepid, un vaisseau de 64 canons. Les Britanniques finissent par se retirer. L’amiral de Grasse dira de lui après le combat de Chesapeake : « Très instruit, bon manœuvrier, d’un très grand sang-froid ». Il est également présent lors de la reddition de l’armée de Lord Cornwallis après la bataille de Yorktown, en octobre 1781. Le 29 septembre 1781, il reçoit pension de 1 000 livres sur le budget des Invalides.

Retournant dans les Indes occidentales en novembre 1781, Castellane-Majastre commande Le Marseillais lors de la bataille de Saint-Kitts les 15 et 26 janvier 1782. Il a neuf hommes tués et 19 blessés sous ses ordres. Il est également présent au combat des Saintes en avril de la même année. Son navire fait alors partie de l’escadre blanche et bleu, commandée par le marquis de Coriolis d’Espinouse, chef d’escadre ; mais les Français sont lourdement vaincus.

Fontaine Jules Cantini par Allar, Place Castellane, Marseille, ProvenceEn mai 1782, il est présent à Saint-Domingue au sein de la flotte placée sous les ordres du marquis de Vaudreuil. Moins combattif qu’en baie de Chesapeake, le commandant du Marseillois n’engage presque pas son vaisseau, le ramenant à Brest avec les autres rescapés de la bataille. Le 14 octobre 1782, il se voit attribuer une pension de 800 livres sur le budget de l’ordre de Saint-Louis et il est promu chef d’escadre des armées navales avec rang à prendre au 1er octobre 1784. Il est représentant de la noblesse aux États provinciaux tenus à Aix en 1788. Enfin, son acte d’inhumation établit son appartenance à la Société des Cincinnati.

Les dernières années de sa vie sont méconnues jusqu’à faire douter de la date de sa mort. Les preuves d’archives confirment qu’il meurt à Riez le 5 mai 17893 ce qui n’empêcha pas certains auteurs de reporter son décès jusqu’en 1810 à l’étranger, alimentant la légende de son émigration.


SOURCES Wikipédia
PHOTOS Robert Valette & bchimmobilier.fr & Dominique Milherou Tourisme-Marseille.com

FICHE A SUIVRE
Avis
Soyez le premier à donner votre avis !
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches