Rue Paul Préboist, hommage au spécialiste marseillais du rôle d’imbécile heureux Rue Paul Preboist, 13013 Marseille
3109
Arrondissement : 13ème

Visage connu entre tous du cinéma comique français à partir des années 1960, le marseillais Paul Préboist restera pour beaucoup malgré 20 ans de carrière au théâtre, l’éternel second rôle promu tête d’affiche dans des films franchouillards souvent qualifiés de nanars…il tournera plus de 120 opus de qualités très inégales ! Spécialisé dans les rôles d’imbéciles heureux, qu’il interprète avec jovialité, Paul Préboist gardera auprès du public une cote de sympathie non négligeable grâce également aux émissions de Patrick Sébastien. Une rue du 13ème arrondissement de Marseille lui rend hommage. 

Né le 21 février 1927 à Marseille et mort le 4 mars 1997 à Paris, Paul Préboist était le fils d’un jockey d’origine provençale et d’une mère d’origine britannique il devient à quatorze ans jockey d’obstacles ; par la suite, il travaille comme guichetier aux Assurances sociales.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il se produit dans les brasseries marseillaises et les hôpitaux en pastichant les chansons de Fernandel et de Noël-Noël. À ses débuts, il joue ses premiers sketches avec un inconnu qui selon ses propres termes est « déjà très drôle et insupportable » : Louis de Funès.

Il côtoie à l’époque les artistes de cabaret marseillais, tels que Fransined, le frère de Fernandel, ou Bréols. À l’invitation d’Henri Crémieux et Fransined, il s’installe à Paris où il suit les cours de la rue Blanche, puis se produit au théâtre et au cabaret.

Entre 1948 et 1992, il apparaît dans plus de 120 films, généralement dans des rôles comiques de second plan. Il a également tourné dans une dizaine de téléfilms, dont 7 épisodes de la série policière Les Cinq Dernières Minutes.

Sa meilleure performance d’acteur (pour la critique) est sans doute dans le film de Gérard Brach de 1970, La Maison, où aux côtés de Michel Simon, il joue le rôle de Pascal, un personnage sensible, où il n’était pas attendu, même si à l’époque, le film, assez original, fut très discret à sa sortie.

Par la suite, il arrivera à obtenir des premiers rôles en vedette dans certains films, comme Mon curé chez les nudistes, ou Le facteur de Saint-Tropez.

À partir de 1985, et la fin des films dits « franchouillards », à petits budgets , ou l’on faisait souvent appel à lui, il diminuera ses prestations au cinéma.

Dans les années 1950-1960, il travaille à la radio aux côtés de Pierre Dac et Francis Blanche. Dans les années 1980, 1990, et jusqu’à sa mort, il apparaît très souvent dans les émissions de Patrick Sébastien. Lors de son émission Le Grand Bluff, il affirme être toujours vierge. Il lui rend hommage après sa mort avec un documentaire sur sa vie nommé Adieu Paulo diffusé en 1997 sur France 2

Crématisé au cimetière du Père-Lachaise, une partie de ses cendres est enterrée dans le cimetière de Couilly-Pont-aux-Dames en Seine-et-Marne. L’autre partie se trouve à Nizas (Hérault), dans le caveau de famille d’une amie proche, la pianiste Darzie (Marie-Thérèse Turquet, 1939-2004).

Son frère Jacques Préboist, également marseillais, apparaît à ses côtés dans de nombreux films. Comme son frère Paul il débuta comme jockey, métier qu’exerçait leur père. Il participera durant sa carrière à plus de 300 films et téléfilms, étant surtout figurant. La plupart des films où il est visible voient aussi à l’affiche son frère Paul qui avait des rôles plus conséquents.

Il consacrait l’essentiel de sa carrière aux cabarets, où il présentait des spectacles qui le mettaient en scène. Il meurt de causes naturelles le 5 février 1999 et est inhumé auprès de son frère Paul au cimetière de Couilly-Pont-aux-Dames (Seine-et-Marne).


SOURCES Wikipedia & nanarland.com
PHOTOS Affiche de cinéma

Avis
Soyez le premier à donner votre avis !
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches