Oppidum de la Tête de l’Ost, le Domaine des Salyens 272 Chemin Saint-Sébastien 13105 Mimet
299

En 1904, lors de prospections Isidore Gilles découvre un oppidum perché défendue par une double enceinte au sommet de la colline surplombant le village de Mimet. Le site qui sera daté plus tard comme ayant été habité dès le Ve avant JC est alors connu comme celui du collet Lafont ou du Petit Puech. Le nom du site change en Testa de l’Ost puis Teste de l’Host pour enfin devenir et se fixer en Tête de l’Ost sous l’influence de son propriétaire, Georges Daumas, qui à partir de 1977 réalise des sondages et aménage un chemin d’accès carrossable jusqu’au site qui culmine à 637 m, reliée à la chaîne de l’Étoile et surtout au Grand Puech par le col de la Basse.

Oppidum de la Tête de l'Ost, le Domaine des Salyens, Mimet, Marseille

Remparts vu par satellite

À partir de 1978 Anne Roth‑Congès prend le relais de Georges Daumas avec l’appui de la Direction des Antiquités de Provence et de Côte d’Azur et démarre une campagne de fouilles archéologiques programmées qu’elle poursuit jusqu’en 1982. Ces sondages réalisés intra-muros ont montré que des structures d’habitat prennent appui contre le rempart et ont permis de proposer un phasage dont la chronologie s’étend du Ve ‑IVe s. av. J.‑C. à la fin du IIe av. J.‑C.

Ce site aurait pu être un domaine Salyens, une fédération celto-ligure qui réunissait les habitants des Bouches-du-Rhône, d’une partie du Vaucluse, du Var et des Alpes-de-Haute-Provence à la fin de la protohistoire. La fédération comprend entre autres, les Ségobriges, les Avatiques, les Tricoriens, les Anatilii.

Selon Étienne Garcin, leur territoire s’étendait d’Arles à Marseille et avait pour capitale Entremont qui est l’actuel Aix-en-Provence.

Oppidum de la Tête de l'Ost, le Domaine des Salyens, Mimet, Marseille

Pour Joël Schmidt, les Salyens sont un peuple « non gaulois » qui habitaient au Sud-Est de la Provence dans la vallée de la Durance. Cette « alliance » comprenait les Gaulois établis entre le fleuve Var, le Luberon et le Rhône.

Elle constituait vraisemblablement l’entité la plus importante de Provence au iie siècle av. J.-C., jusqu’à la conquête romaine de la Narbonnaise.

À la suite de l’opération de fouilles réalisée par Anne Roth‑Congès qui a pu dégager la porte d’entrée de la Tête de l’Ost ainsi que des structures d’habitations intra-muros, un plan du domaine a été proposé.

Quelques objets métalliques ainsi que deux grands bronzes de Marseille à l’Apollon et au taureau cornupète (qui frappe de la corne) et d’autres objets métalliques ont été découverts.

Découvrir le document complet sur le site et les plans



Avis
Soyez le premier à donner votre avis !
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches