Opéra Noir Place Lulli, 13001 Marseille
5452
Opéra Noir
Arrondissement : 1er

Inaugurée le vendredi 10 janvier 2014 (avec 6 mois de retard) pour apporter une dimension symbolique à cette nouvelle place en quête d’identité et d’usages, la Fédération des commerces du centre ville a souhaité qu’un projet artistique puisse la mettre en résonnance avec l’Opéra de Marseille situé à proximité.

opera-noir-place-lulli-par-berdaguer-pejus-marseille-4Leur commande a été confiée à Christophe Berdaguer & Marie Péjus qui proposent une architecture « fantôme » qui se fait l’écho des activités quotidiennes de l’Opéra comme une ventriloquie d’espace.

En 2011, la place Lulli a fait l’objet d’une réhabilitation par la communauté urbaine Marseille Provence Métropole. Cet aménagement a notamment permis de réduire le nombre de places de stationnement, de libérer l’espace central de la place et de créer une station de vélos en libre-service.

Il avait par ailleurs comme objectif de préserver la diversité des commerces en limitant l’extension des terrasses de café. Marseille Centre, Fédération des commerces du centre-ville, a souhaité contribuer à cette requalification et apporter une dimension symbolique et poétique à cette place en quête d’identité et d’usages.

Accompagnés par le médiateur agréé par la Fondation de France pour la mise en œuvre de l’action Nouveaux commanditaires, des commerçants du quartier ont alors initié une commande artistique qui a été confiée aux artistes Christophe Berdaguer et Marie Péjus.


Le Projet

opera-noir-place-lulli-par-berdaguer-pejus-marseille

Lors de l’inauguration

Partant de la volonté des commanditaires de mettre la place Lulli en résonance avec l’Opéra, les artistes ont imaginé une œuvre à la fois architecturale et sonore. Cette double proposition est formulée à partir d’une même logique de distorsion.

Pour créer une micro-architecture aux traits fluides et dansants, Berdaguer & Péjus se sont inspirés du kiosque situé en haut de la Canebière auquel ils ont appliqué une série de transformations.

Du côté sonore, les sons et bruits provenant de l’intérieur de l’Opéra (machines, voix, bribes musicales, etc.), sont filtrés, distordus, « remixés », puis retransmis en temps réel au kiosque diffusant en continu une composition originale aléatoire et éphémère.

Par cette étonnante ventriloquie de la vie invisible de l’Opéra que nous fait parvenir ce kiosque à musique aux allures oniriques, Berdaguer & Péjus matérialisent un autre « espace » dans l’espace. L’œuvre, à la fois mirage et écho de deux lieux repères de la ville, se propose comme une interface ouverte et poreuse entre l’espace public et l’imaginaire.


SOURCES eternalnetwork.fr
PHOTOS Philippe Groscaux & Dominique Milherou Tourisme-Marseille.com

Avis
Soyez le premier à donner votre avis !
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches