Monument à Antonin Artaud par François Bouché Boulevard Jardin Zoologique, 13004 Marseille
3690
Arrondissement : 4ème

Antonin Artaud, né à Marseille, le 4 septembre 1896 et mort à Ivry-sur-Seine le 4 mars 1948, était un théoricien du théâtre, acteur, écrivain, essayiste, dessinateur et poète français célèbre aussi pour ses souffrances mentales et physiques. Une statue placée en 2008 à l’entrée du Parc Longchamp et du Métro lui rend hommage. Celle-ci se trouvait en 1996 au carrefour des Cinq Avenues.  Elle est l’oeuvre du sculpteur François Bouché (1924-2005) qui a réalisé ce portrait stylisé à l’extrême, quasi fantomatique. Bouché était considéré comme l’un des grands sculpteurs du XXème siècle.

La poésie, la mise en scène, la drogue, les pèlerinages, le dessin et la radio, chacune de ces activités a été un outil entre ses mains, « un moyen pour atteindre un peu de la réalité qui le fuit ».

Toute sa vie, il a lutté contre des douleurs physiques, diagnostiquées comme issues de syphilis héréditaire, avec des médicaments, des drogues. Cette omniprésence de la douleur influe sur ses relations comme sur sa création.

Il subit aussi des séries d’électrochocs lors d’internements successifs, et il passe les dernières années de sa vie dans des hôpitaux psychiatriques, notamment celui de Rodez. Si ses déséquilibres mentaux ont rendu ses relations humaines difficiles, ils ont aussi contribué à alimenter sa création.

Il y a d’un côté ses textes « fous de Rodez et de la fin de sa vie », de l’autre, selon Évelyne Grossmann, les textes fulgurants de ses débuts.

Antonin Artaud dans le film Le Juif errant en 1926

Inventeur du concept de « théâtre de la cruauté » dans Le Théâtre et son double, Artaud a tenté de transformer radicalement la littérature et surtout le théâtre. S’il n’y est pas parvenu de son vivant, il a certainement influencé les générations de l’après Mai 68, en particulier le théâtre américain, et les situationnistes de la fin des années 1960 qui se réclamaient de son esprit révolutionnaire.

Il a aussi influencé le théâtre anarchiste Living Theatre, qui se réclame de lui dans la pièce The Brig où il met en pratique les théories d’Artaud.

Dans son œuvre immense, il fait délirer l’art (comme Gilles Deleuze, grand lecteur d’Artaud, fera délirer la théorie autour du corps sans organe). Son œuvre graphique est également importante. Il a fait l’objet d’un legs important au Centre national d’art et de culture Georges-Pompidou en 1994. Une partie de ses œuvres a été exposée en 2011.

Sa tombe se trouve au cimetière St Pierre, pinède du Carré 25 du Carré 2 – N° 46.

Découvrir sa biographie complète



FICHE A SUIVRE
Avis
Soyez le premier à donner votre avis !
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches