Manufacture des Glaces et Produits Chimiques Saint-Gobain Chemin des Goudes, 13008 Marseille
4036
Manufacture des Glaces et Produits Chimiques Saint-Gobain
Arrondissement : 8ème

C’est en 1886 que cette manufacture fondée en 1665 a installé ses activités sur les hauteurs de la Calanque de Samena, à l’emplacement de l’actuel gymnase dans une période de forte industrialisation du secteur. Celle qu’on appelait « La Fabrique » aurait racheté l’usine de soude Ancy Garget Gourdon installée en 1800 ainsi qu’une partie du Mont Rose dont ils seront ensuite exproprié par l’Etat. Les activités de Saint Gobain qui se seraient étendues jusqu’à la Calanque de l’Escalette ainsi que celles de nombreuses usines ont contribué à la très forte pollution de cette zone des Calanques.

La Manufacture royale de glaces de miroirs est créée en 1665 sous le règne de Louis XIV par son ministre des finances Jean-Baptiste Colbert, afin de donner à la France une dépendance moindre aux productions de verre vénitiennes.

Entre 1678 et 1684, la compagnie participe à la construction de la galerie des Glaces du château de Versailles. En 1693, elle s’établit en Picardie à Saint-Gobain, sur le site de l’ancien château médiéval.

Cette implantation est motivée par le besoin de conserver le secret industriel, mais plus encore par les besoins en bois de chauffe. En effet, dans les années 1770, la glacerie est l’établissement industriel qui consomme le plus de bois en France (près de 30 000 stères par an). Ces besoins considérables conduisent à un véritable façonnement des paysages forestiers, gérés presque exclusivement pour répondre à la demande industrielle.

La Manufacture passera la révolution industrielle en se dotant d’une fabrique de soude artificielle en 1806. En 1872, Saint-Gobain fusionne avec la maison lyonnaise Perret-Olivier, premier producteur français d’acide sulfurique. Les produits chimiques utilisés dans les compositions verrières et commercialisés pour d’autres usages représentent environ 60% du chiffre d’affaires de la Compagnie de Saint-Gobain. Elle reste néanmoins vouée, dans l’esprit de ses dirigeants, à la fabrication des glaces.

La branche chimique vise à donner une sécurité au Groupe. Cette fusion la renforce considérablement. Le procédé Solvay de soude à l’ammoniaque oblige pourtant Saint-Gobain à trouver de nouveaux débouchés pour son acide sulfurique : l’entreprise se lance dans la production d’engrais « superphosphates » destinés à l’agriculture.

Confrontée à l’émergence d’une vive concurrence internationale, Saint-Gobain développe une importante activité chimique qui soutient le développement des glaceries hors des frontières de la France. Le verre devient un matériau de construction à part entière avec le développement d’une architecture alliant le fer et le verre pour les grands équipements publics tels que les gares, les palais d’expositions, les serres, les halles, les passages couverts et les grands magasins.

Le XXe siècle est celui des diversifications. Saint-Gobain s’intéresse désormais à tous les types de produits verriers en profitant de l’essor du marché automobile et de l’architecture moderne. Le rapprochement avec Pont-à-Mousson en 1970 marque un tournant décisif dans l’histoire du Groupe profondément transformé par les grands mouvements de fusions-acquisitions.

C’est en 2001 qu’alertée par des riverains et une analyse des sols de Samena que le conseil général a renouvelé le sable et que des rochers ont été installés et du béton projeté pour enfermer les scories les plus accessibles.

Ces scories sont des sous-produits solides issus de la fusion, de l’affinage, du traitement ou de la mise en forme des métaux à haute température.

La suite de la dépollution devait intervenir en 2013, puis repoussée en 2015-2016…


SOURCES St Gobain & Wikipédia & Stocko
PHOTOS Dominique Milherou Tourisme-marseille.com
VIDÉO Saint Gobain

Avis
Soyez le premier à donner votre avis !
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches