Arsène Lupin et Le Mont de Piété du 25 Rue Petit Saint Jean 25 Rue du Petit Saint-Jean, 13001 Marseille
423

Le « Mont de Piété », organisme de prêt sur gage, édifié en 1705 dans la rue qui porte son nom, près de la Halle Puget à Belsunce est transféré en 1855 au n°25 de la rue Petit Saint Jean sur les terrains de la Maison de la Providence. Cette administration subit le 31 mars 1899 un retentissant hold-up par un groupe d’anarchistes, fait divers qui inspira le romancier Maurice Leblanc pour son personnage d’Arsène Lupin. Bombardé le 27 mai 1944 par l’aviation américaine au trois quart détruit, il est transféré le 28 octobre 1970 rue Saint Bazile et se nomme aujourd’hui le Crédit Municipal de Marseille. L’ancien terrain de la rue Petit Saint Jean est occupé de nos jours par un grand parking…retour sur l’histoire du Mont de Piété marseillais.

Ancien bâtiment du 25 rue Petit Saint Jean avant le bombardement de 1944

Le premier « Mont de Piété » ouvre ses portes en 1492 à Pérouse en Italie avec une vocation clairement sociale : lutter contre l’usure et la pratique de taux d’intérêt excessifs et permettre à la population de mettre en gage n’importe quel objet contre le prêt d’une somme d’argent.

Le Mont de Piété à Marseille est créé en 1673 par des notables avec la collaboration de l’évèque de la ville, Monseigneur de Forbin de Janson, puis un don considérable de Jean de Puget a accéléré la reconnaissance de l’établissement. Le siège est édifié en 1705 dans la rue qui porte son aujourd’hui encore son nom.

En 1789 le Mont de Piété de Marseille est placé sous la tutelle de la municipalité. En 1798 l’établissement est fermé suite aux troubles révolutionnaires. En 1801 le Ministre de l’intérieur souhaite un rétablissement des anciennes institutions de bienfaisance.

1802 sonne comme la réouverture du Mont de Piété de Marseille par le préfet des Bouches-du-Rhône, Charles Delacroix. Le 24 juin 1851, par la loi sur les Monts de Piété, ils deviennent des établissements municipaux d’utilité publique.

Le Mont de Piété subit le 31 mars 1899 un retentissant old-up par un groupe d’anarchistes mené par Alexandre Marius Jacob…il écume alors la France en compagnie de sa bande, nommée les « Travailleurs de la Nuit ». 150 cambriolages, un butin évalué en millions de francs et une audace, un humour et un panache dans le crime qui inspira le romancier Maurice Leblanc pour son personnage d’Arsène Lupin.

Le 24 octobre 1918 un décret les renomment « Caisses de crédit municipal » et les autorisent à recevoir des dépôts publics, puis à proposer des compte-chèques un an plus tard. Les crédits municipaux deviennent des « banques ».

Bombardement de 1944 (centre-ville)

Le bombardement américain de Marseille fut une opération stratégique menées par sept vagues de bombardiers de l’US Air force le 27 mai 1944 sur le centre-ville de Marseille, faisant dans la population civiles 4 512 tués ou blessés, et 20 000 sinistrés.

Les bombes touchèrent le centre-ville, faisant de nombreuses victimes civiles, et laissant intactes toutes les installations portuaires et militaires. Le bâtiment du 25 rue Petit Saint Jean fut au trois quart détruit.

Le 11 juin 1954 une loi est votée autorisant l’octroi de prêts personnels aux fonctionnaires, avec prélèvement direct sur leurs traitements.

Le 20 mai 1955 à lieu une réforme de leur fonctionnement : les crédits municipaux deviennent des établissements publics d’aide sociale dotés de la personnalité morale et d’une autonomie financière.

En 1970 son ancien bâtiment ayant été détruit par le bombardement de 1944, le Crédit Municipal de Marseille rouvre ses portes au public rue Villeneuve. Le 24 janvier 1984 la loi bancaire les autorise à effectuer toutes les opérations bancaires en tant qu’établissement de crédit.

Le site du 25 rue Petit Saint Jean de nos jours

Le 15 juin 1992 leur statut d’Etablissement Public Administratif communal de crédit et d’aide social est confirmé et ainsi que leur monopôle des prêts sur gage. La municipalité de Marseille décide de mettre un terme aux activités bancaires de l’établissement. Mais ce dernier continue son activité de prêts sur gages ouverts à tous.

En 1997 au Crédit Municipal de Marseille, les activités de prêts personnels reprennent mais uniquement pour les fonctionnaires de la ville. Un an plus tard les prêts personnels sont désormais ouverts aux fonctionnaires des trois fonctions publiques ainsi qu’aux agents assimilés.

En 2001 une agence est ouverte rue Paradis. En 2002 de nouveaux produits financiers sont créés et ouverts à tous les salariés du secteur public ou privé.

En 2005 l’agence de la Joliette est ouverte (102, bd des Dames).


Le symbole qui représente le Crédit Municipal de Marseille est un griffon : il s’agit de l’emblème choisi par le tout premier Mont de Piété ouvert à Pérouse, en Italie, en 1462.

Le griffon ou grype est une créature présente dans plusieurs cultures anciennes, notamment les cultures mésopotamienne, grecque puis romaine, dans lesquelles il était associé aux divinités et aux héros locaux.

Selon certaines légendes, cet animal mythologique garderait les mines d’or d’Apollon dans le désert de Scythie. Il est généralement représenté avec le corps d’un aigle (tête, ailes et serres) greffé sur l’arrière d’un lion (abdomen, pattes et queue) et muni d’oreilles de cheval.

Selon les époques, on lui donna différents noms et notamment « Le sauveteur ». Au Moyen-âge, il était considéré comme un animal réel, de la famille des oiseaux, et on le retrouve dans de nombreux bestiaires et encyclopédies de l’époque. Il fut également beaucoup utilisé dans les armoiries et les écussons.


SOURCES Crédit Municipal de Marseille & Wikipedia
PHOTOS Archives & Google Maps

FICHE A SUIVRE
Avis
Soyez le premier à donner votre avis !
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches