La Soudière des Trois Lucs Traverse de la Salette, 13012 Marseille
3620
Arrondissement : 12ème

Les Marseillais étaient au XVIIIème siècle de grands importateurs de soude d’origine végétale, notamment pour leur savonnerie. Une de ces soudières s’installa en 1810 dans le quartier des Trois Lucs. Quelques vestiges de cette époque subsistent encore noyés dans la végétation.

Ancien bastidon de 28 m2

La soude végétale était obtenue par calcination de différentes plantes salées (barilles, salicornes, …) poussant dans les zones marécageuses du littoral méditerranéen, principalement d’Espagne (Alicante, Carthagène, Almeria, Catalogne, etc. …) mais aussi parfois de Sicile ou du Levant.

Selon l’étude très complète sur le sujet de Gilles Olive, chargé de cours à l’École Industrielle et Commerciale de la Ville de Namur, la soudière des Trois Lucs a été construite en 1809 après l’achat par Jules Baux de plusieurs terrains sur lesquelles se trouvait des vignes, une forêt de pin et deux bastidons déjà en ruine, dont un de 28 m² est toujours visible aujourd’hui.

La configuration de la soudière des Trois Lucs devait être d’une ou de deux chambres de plomb et d’une production de soude de 600 tonnes par an.

Il semble qu’elle était déjà en activité en juillet 1810. En raison de la récession dans l’industrie des savons, la soudière sera inactive au début 1813 pour une période non connue.

Plantes utilisées

Nombre de soudières fermèrent en raison de la crise de 1810-1811, due à un trop grand nombre de créations d’usines de soude et de la récession de 1812.

La soudière des Trois Lucs qui est présente sur une carte de 1815 échappa à ce sort.

En 1819, 15 ouvriers produisirent 300 tonnes de soude pour une valeur de 845 40 francs. On ne sait précisément quand a fermé la Soudière.

En 1828, la Statistique des Bouches-du-Rhône donnait six établissements fabriquant encore de la soude sur la commune de Marseille.

la-soudiere-des-trois-lucs-traverse-de-la-salette-1311-marseille-3Trois ont cessé leur activité entre 1829 et 1841.

Dans la liste des fabriques présentes au début des années 1830, la soudière des Trois Lucs n’est plus indiquée.

Des vestiges existent encore car la fabrique se trouve dans une réserve naturelle de six hectares et est actuellement protégée.

L’accès à la soudière commence par le chemin DFCI qui se trouve au-dessus du carré 30 de la Nécorpole des Vaudrans.

On y trouve encore un bastidon et des restes de la Soudière.


SOURCES Gilles Olive
PHOTOS 
© Gilles Olive & Google Maps & Dominique Milherou Tourisme-Marseille.com
Avis
3
Moyenne 1 REVIEW
VOTRE NOTE:
  • 12 août 2019 aà 17:15

    Très bon travail de Gilles Olive. A un détail près !...… Il est indiqué que dans ses écrits, le Baron de Zach s'était quelque peu "trompé" sur les coordonnées, et plus particulièrement la longitude : au Nord de Sofia ! Rappelons simplement qu'à la date où le Baron fit son document, le méridien référence n'était PAS encore Greenwich…….., mais le village de "Frontera" sur l'île de Fer (ou el Hierro, île de Méridien), située dans les Canaries !!!

Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches