La Pomme, Une Auberge…Un Quartier 65 Avenue Emmanuel Allard, 13011 Marseille
3531
Arrondissement : 11ème

Quelle est donc l’origine du nom de ce quartier marseillais ? Un registre de la cathédrale de la Major, datant de 1664, répertorie un village nommé la Pomme à 5,5 kilomètres de Marseille. Le nom de fruit existe depuis le tout début du XVIème siècle. À cette époque, un aubergiste inconnu créait un « logis », c’est-à-dire une auberge, un relais, où l’on pouvait trouver « le gîte et le couvert ». Le lieu où existait l’établissement prend le nom de « Logis de la Pomme » puis peu à peu « La Pomme », nom figurant sur les limites de la paroisse de Saint-Marcel dès 1517 et sur les registres de la cathédrale de la Major.

La Pomme, Une Auberge...Un Quartier, Marseille, Provence, Villa Bel Air

La Route d’Aubagne

Le Logis de la Pomme était à l’emplacement de l’immeuble sis 65 avenue Emmanuel Allard. Son nom était un symbole des vastes vergers que les Dominicains possédaient depuis quelques décennies à quelques centaines de mètres au nord-ouest de l’auberge.

Cet endroit portait depuis des siècles le nom général de « Plan de Padéou », Plateau du Padeau, parce qu’il était à l’extrémité sud est du plateau qui est aujourd’hui celui de la Grande Bastide – La Pommeraie.

Plus précisément, cette partie de la rive droite de l’Huveaune était désignée depuis le IXème siècle par le nom d’un moulin créé par les moines de Saint-Victor : « Le Moulin du Colombier« .

La Pomme, Une Auberge...Un Quartier, Marseille, Provence, Villa Bel Air

Carrefour Hecker / Allard en 1900

« Le Colombier » s’étendait de la Pomme à Saint-Loup et de l’Huveaune au chemin d’Aubagne (aujourd’hui avenue Mireille Lauze et avenue Emmanuel Allad). Ce nom demeurera dans les actes notariés jusqu’à la fin du XVIIIème siècle. Ce moulin se trouvait au Sud Ouest de l’ensemble immobilier « Bel Ombre » à 200 mètres environ.

Le moulin qui deviendra Moulin de la Pomme était le deuxième Moulin du Colombier (en amont) presque en face du logis de la Pomme. A peu près à la même époque (1499) sur le plateau du Padeau, les Religieux Freres Pécheur ou Dominicains construisent une chapelle, premier lieu de culte du quartier.

En 1791, les Dominicains sont expulsés et leur chapelle vendue comme bien national. À partir de 1807, la chapelle de la Pomme, Notre-Dame de Lumière, devient l’église paroissiale, mais reprend le titre de Saint-Dominique, en mémoire de la plus ancienne.

Cet endroit deviendra le hameau de Saint-Dominique, et le chemin adjacent, traverse Saint Dominique. Aujourd’hui s’y dresse un ensemble d’HLM, La Dominique.


La Pomme, Une Auberge...Un Quartier, Marseille, Provence, Villa Bel Air

Villa Bel Air, photographie prise par Varian Fry en 1964

C’est au 18ème siècle qu’Adhemar de Castellane s’installe et crée le domaine de Castellane et la Bastide des Boissons qui deviendra plus tard la Villa Air-Bel…Pendant la deuxième guerre mondiale ses 18 pièces furent le refuge de candidats à l’Exil.

Dans un contexte extérieur lourd, ce lieu fut pourtant une période d’enchantement pour ses locataires. Elle fut rebaptisée par ses habitants le « Château Espère Visa ». Aujourd’hui cette bâtisse n’existe plus, détruite en 1982 à la suite de l’opération de logements HLM à Air-Bel. Cliquez-ici pour découvrir son histoire complète.

En 1880, Louis Ginouvès invente une recette qui fera la renommée de la Pomme : les Pieds paquets, cuisinés par la mère Maurel dans son restaurant « le Chalet« . Ce plat très apprécié, était servi dans cinq restaurants vers 1900. Les Marseillais « de la ville » venaient déguster le plat en calèche, le dimanche, et à la belle saison allaient s’installer sur les bords de l’Huveaune. Cliquez-ici pour découvrir l’histoire complète.

Une chanson, sur l’air d' »Au clair de la lune » commençait par Allons à la Pomme manger les paquets et nous ferons comme les vrais Marseillais.

Au 52 Boulevard de la Pomme se trouve le château de la Pomme discret qui abrite aujourd’hui des activités commerciales diverses et fut un lieu d’accueil pour des centaines d’orphelins après la première guerre mondiale. La bâtisse était la demeure au 18e siècle d’une noble famille d’origine napolitaine, les Arcussia. Elle se revendiquerait selon certaines sources comme les descendants de Guillaume Tell, héros légendaire des mythes fondateurs de la Suisse…trois arcs ornent le blason familial devenu depuis les armoiries du quartier.

Le XIXe siècle voit s’épanouir le village, devenu banlieue de la grande cité. Essentiellement rural, il va découvrir l’industrialisation à ses environs immédiats et notamment à Saint-Marcel. La création de la voie ferrée Marseille-Toulon en 1858 et l’apport des eaux de la Durance depuis 1848 modifient le paysage, les habitudes et l’économie.

L’irrigation permet de créer de vastes prairies et d’établir les premières laiteries, ainsi que des cultures maraîchères intensives. La Pomme et ses environs sont alors appelés la « Petite Normandie ». Succédant aux omnibus, les premiers trams apparaissent vers 1900 : le n° 14 dessert la Pomme.

La Pomme, Une Auberge...Un Quartier, Marseille, Provence, Villa Bel AirAu cours du XXe siècle et jusque dans les années 1960, la Pomme conserve sa ruralité, puis c’est l’explosion démographique que l’on connaît : les ensembles immobiliers couvrent prairies et jardins. En 1999, le quartier compte 18 153 habitants, une multiplication par 30 en trois siècles et demi !…

Le quartier de la Pomme s’est développé autour d’un ancien noyau villageois, le long de la « petite route d’Aubagne » (D2 des Bouches-du-Rhône), à 2 kilomètres du périmètre ancien de Marseille. Aujourd’hui, ce noyau originel existe toujours, mais l’urbanisation a remplacé les anciennes propriétés campagnardes ou agricoles par des lotissements de villas ou des ensembles immobiliers : Air-Bel, Parc Bel-Ombre, la Grognarde, etc.

La plus grande partie des immeubles du « centre urbain des Caillols » se situe d’ailleurs dans le 11e arrondissement, donc dans le quartier de la Pomme, et non dans celui des Caillols (12e arrondissement).

La Pomme est desservi par les lignes de bus RTM n° 12, 12b, 12s, 91, 40, par la ligne départementale 240 (Marseille – Aubagne), et par la ligne T1 du tramway de Marseille (Noailles – Les Caillols).

La voie ferrée Marseille – Toulon traverse le village de la Pomme ; la gare de La Pomme, normalement desservie par les TER-PACA de la relation Marseille – Aubagne – Toulon, a été fermée le 15 décembre 2013 pour restructuration complète du plan des voies dans le cadre de la pose d’une troisième voie entre la Blancarde et Aubagne1 et a rouvert le 14 décembre 2014.

A noter que le quartier accueille « Air Bel » est une résidence HLM, située au nord-ouest du village de la Pomme, en bordure du plateau la Fourragère. Ce groupe d’habitations de 1199 logements sociaux a été construit entre 1971 et 1973 sur un terrain de 18 ha, à la suite de l’obtention du permis de construire du projet Air Bel (intitulé « opération Vallée de L’Huveaune ») en 1968.

Avec plus de 76 bâtiments, 4 tours et deux groupes scolaires, elle serait la plus grande cité de Marseille, dont la gestion est assurée par les groupes Logirem et Phocéenne d’Habitations.


SOURCES Wikipédia & marseillemairie11-12.fr
PHOTOS Fr.Latreille & Varian Fry & Archives
VIDÉO LCM

FICHE A SUIVRE
Avis
Soyez le premier à donner votre avis !
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches