La mère arménienne couvrant ses quatre fils par Vighen Avetis Parc du Souvenir, 13012 Marseille
4271

Cette statue en bronze de 2014 signée du sculpteur Florentin d’origine arménienne Vighen Avetis a été exposée dans le cadre d’un tour d’Europe, un mois dans le Parc Emile Duclaux en commémoration du centenaire du Génocide Arménien, 1915-2015. Aujourd’hui propriété du Vatican, sa réplique a été inaugurée le 22 avril 2017 devant 600 personnes au sein du Parc du Souvenir dans le 12ème arrondissement de Marseille.

sculpture-la-mere-d-armenie-vighen-avetis-parc-emile-duclaux-marseillePièce en bronze de près d’une tonne, cette sculpture de Vighen Avetis, artiste arménien installé à Florence, représente la Mère Arménienne couvrant ses quatre fils. La main gauche de la Mère protège ses enfants et la main droite montre le chemin de la vie, tout en les enveloppant dans sa cape qui représente métaphoriquement l’Arménie Occidentale à travers des figures. L’original de la sculpture a été réalisé par la fonderie artistique Ciglia & Carral à Florence en Italie, Elle mesure 200x240x100.

La réplique marseillaise a été financé en quasi totalité par Joseph Arakel un chef d’entreprise d’origine arménienne. Cette sculpture trouve son inspiration dans une histoire vraie, qui a eu lieu à Van en 1915.

Au cours de la Première Guerre mondiale, la majorité des 192 000 Arméniens de Van fut décimée par les troupes ottomanes lors du génocide arménien. Le nouveau gouverneur de Van, Jevdet Bey, vouait une haine particulière envers les Arméniens et ordonna rapidement la mobilisation de 4 000 soldats arméniens afin de laisser une ville sans défense possible. Par la suite, sous prétexte de recherche d’armes, les gendarmes turcs entrent dans les villages environnants et massacrent les populations arméniennes.

D’après l’ambassadeur Henry Morgenthau, Jevdet, à l’approche des armées russes, ordonna le 20 avril 1915, l’exécution d’une Arménienne qui voulait entrer dans la ville et de deux hommes venus l’aider. Ce fut le début de la révolte contre les Turcs et en faveur des Russes, seuls capables de mettre fin à une situation rapidement désespérée face à la diminution des munitions et des vivres.

Les Russes prirent finalement Van à la fin du mois de mai 1915 mais en août 1915, une victoire sur l’armée russe permit à l’armée ottomane de revenir à Van où la prise de la ville, après une violente bataille, provoqua la mort de 100 000 habitants. En septembre 1915, les Russes forcèrent les Turcs à se retirer de nouveau. Mais avec la révolution russe de 1917, les troupes quittent la ville et laissent la porte ouverte à l’armée ottomane qui reprend le contrôle de la ville jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale.

Par le traité de Sèvres, la ville fut ensuite brièvement incorporée à la première République d’Arménie en 1920, mais fut rapidement reprise par les armées turques d’Atatürk la même année.


SOURCES Plaque de la statue & armenews.com & La Provence
PHOTOS Dominique Milherou Tourisme-Marseille.com

Avis
Soyez le premier à donner votre avis !
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches