La Memoria de la rue Malaval 1 Rue Malaval, 13002 Marseille
3432
La Memoria de la rue Malaval
Arrondissement : 2ème

Une fouille archéologique menée en 2003-2004 dans le quartier de la Joliette à Marseille (rue Malaval), préalablement à la construction d’un parking souterrain, a été l’occasion d’une découverte étonnante.

la-memoria-de-la-rue-malaval-marseille-2Au sein d’une nécropole paléochrétienne, des sépultures étaient regroupées autour d’une église du Ve siècle et, à l’intérieur de cette église, autour d’une tombe au faste particulier, qui semble avoir polarisé l’implantation de toutes les autres.

C’est la raison pour laquelle cette tombe privilégiée est considérée comme « fondatrice ». Son aménagement architectural exceptionnel, qui affirme la volonté de célébrer durablement le culte des personnages qui y ont été inhumés, font d’elle ce qu’on appelle une « memoria ».

La nécropole et l’église paléochrétiennes

Le site de la rue Malaval correspond à l’emplacement de sépultures repérées à la fin du XIXe siècle et signalées alors sous l’appellation de « nécropole du Lazaret ». L’ensemble était installé le long d’une ancienne voie antique conduisant à Aix depuis la porte nord de la cité.

La première surprise a été la mise au jour, sur près de 400 m2, des vestiges d’une église funéraire dotée d’une nef unique et d’une abside orientée à l’est. Elle avait été édifiée au Ve siècle à l’emplacement d’un édifice romain, probablement lui aussi à vocation funéraire.

necropole-paleochretienne-eglise-du-1-bis-rue-malaval-marseilleLors de la fouille, le chœur présentait un très bon état de conservation et une partie du mobilier liturgique était encore en place : la base de l’autel, un caisson de reliques – vide –, et une tombe monumentale construite dès l’origine en élévation, qui a constitué la deuxième surprise.

Autour de cette découverte remarquable se pressaient soixante-quatorze sépultures, dont une bonne cinquantaine de sarcophages, témoignant de la ferveur dont elle avait fait l’objet.

Ce phénomène évoque la vieille tradition chrétienne de la tumulatio ad sanctos, selon laquelle l’inhumation à proximité d’un saint garantissait aux défunts une protection spéciale dans l’au-delà.


Une tombe exceptionnelle pour deux saints anonymes

necropole-paleochretienne-eglise-du-1-bis-rue-malaval-marseille-3En quoi consistait ce monument funéraire ? Quatre chancels de marbre, dont deux portaient un décor d’écailles enchevêtrées, entouraient deux sarcophages jumeaux, en calcaire rose, de grandes dimensions. À l’intérieur de ces sarcophages se trouvaient deux cercueils en plomb, abritant eux-mêmes les restes de deux hommes d’âge mûr qui n’ont, jusqu’à présent, pas pu être identifiés.

Autre signe de la vénération qui leur a été portée, un équipement particulier permettait d’introduire un liquide (sans doute de l’huile d’olive) à l’intérieur des sarcophages, au moyen d’orifices percés dans le dallage de couverture, de le faire circuler afin qu’il se sanctifie au contact des cercueils de plomb, puis de le recueillir au chevet de la tombe sud et de le stocker dans des ampoules de verre.

Enfin, détail lui-même insolite, dans un contexte où de nombreux monuments ont été épierrés, détruits, vidés de leur contenu, la memoria a été retrouvée intacte, et les sarcophages qui l’entouraient, inviolés.


SOURCES INRAP
PHOTOS INRAP – M. Moliner, SAM

Avis
Soyez le premier à donner votre avis !
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches