1,3,5 Boulevard Eugène Pierre, la Revanche de Dominique Turcan 1 Boulevard Eugène Pierre, 13005 Marseille
6192
1,3,5 Boulevard Eugène Pierre, la Revanche de Dominique Turcan
Arrondissement : 5ème

Sur le boulevard Eugène Pierre, aux numéros 1, 3 et 5, on peut apercevoir d’étranges statues et mentions gravées dans la pierre des frontons d’une des façades : « Tipe d’architecte, sachant tout faire même sans diplôme », « Artiste statutaire…ayant rêvé de l’être », « Artiste Célèbre – Artiste Inconnu ».

1,3,5 Boulevard Eugène Pierre, la revanche de Dominique Turcan, Marseille

« Artiste statutaire, ayant rêvé de l’être »

Dominique Turcan, l’auteur, a exprimé ici avec beaucoup d’ironie des messages sur le statut de l’architecte et du sculpteur en exprimant une certaine rancœur sur la non-reconnaissance de sa profession de maçon, tailleur de pierre, alors que lui aussi sait bâtir des immeubles !

La preuve en est avec cette très belle réalisation de 1847.

En décembre 1846, Dominique Turcan, entrepreneur-maçon et tailleur de pierre de Cucuron dans le Luberon, achète le terrain à l’angle des rues Eugène-Pierre et Devilliers pour y bâtir cinq maisons mitoyennes sur lesquelles il va délivrer grâce à son art de nombreuses petites piques.

1,3,5 Boulevard Eugène Pierre, la revanche de Dominique Turcan, Marseille

L’architecte, par lui-même

Sur un des frontons apparaît l’architecte en buste : un homme chauve et barbu, veste, nœud-papillon, faux-col, sorte de portrait officiel.

Il est présenté comme « sachant tout faire même sans diplôme », c’est-à-dire sans formation, puisque l’école municipale de dessin qui comprend la classe d’architecture ne délivre aucun diplôme et n’a pas de cursus défini, obligatoire, mais décerne seulement des prix en fin d’année.

La profession d’entrepreneur-maçon est en effet celle d’un artisan qui apprend son métier, son savoir-faire sur le tas, en concurrence avec les autres « architectes », diplômés, sortant de l’école. Turcan revendique son habileté de constructeur traditionnel.

Autre message, la figure centrale d’une cariatide (statue de femme vêtue d’une longue tunique, soutenant un entablement) portant la peau du lion de Némée (créature fantastique tuée par Hercule) refuse de jouer son rôle et se croisant les bras. En dessous on retrouve une frise représentant L’Atelier de sculpture.

1,3,5 Boulevard Eugène Pierre, la revanche de Dominique Turcan, Marseille

« Artiste Inconnu »

L’anarchie règne partout, mais cela ne semble guère émouvoir l’« artiste statuaire » ou plutôt « ayant rêvé de l’être », accoudé au fronton dans une attitude à la fois désinvolte et rêveuse en train de fumer la pipe.

Ce commentaire souligne la précarité du statut de sculpteur-statuaire et représenterait une des revendications de Dominique Turcan qui n’a droit qu’au titre de tailleur de pierre et pas à celui d’architecte.

Autre message, l’« artiste célèbre » et l’« artiste inconnu » ravalés au rang de petits singes savants, tradition iconographique de l’artiste qui imite au lieu d’inventer.


SOURCES marseillesculptee.blogspot.fr & Wikipédia
PHOTOS Dominique Milherou Tourisme-Marseille.com


Avis
4.5
Moyenne 2 AVIS
VOTRE NOTE:
  • 9 décembre 2019 aà 14:23

    Bonjour, Il en est de certains hasards qui veulent que feu-mon Père a été directeur des écoles de Saint-Victor et de Saint-Michel vers le Bd Chave. Nous avons longtemps habités à Saint-Victor en situation d'aplomb du bassin de carénage. Là ? Nous voyions ce pont-levis qui interrompait le flot des voitures pour, laisser passer les remorqueurs qui se rendaient au Grand port au service des paquebots et autres cargos. (l'heure n'étant pas encore à la conteneurisation des denrées et produits importés ou exportés). La vie dans cette école a été sous la protection de la Basilique que nous connaissions par coeur. Jusqu'à l'orgue sur lequel nous nous entrainions la nuit avec un organiste fabuleux. Dont je tairais le nom. Bien que ce fut avant la première restauration de l'instrument par maître Chéron de Lyon, il me semble en 1963 ou 64. Ensuite, une seconde a été entreprise par la facture du buffet par un artiste menuisier-ébéniste François Foix dont les ateliers de la Rue Sainte étaient à proximité du lieu de l'instrument. Les sommiers étant en un état précaire, il fallut reprendre la réfection complète de l'instrument. Par un Monsieur Dunan, je crois. A cette époque, je me faisais un plaisir de jouer longuement les notes pour que ce Monsieur accorde chaque tuyau. Du plus petit aux plus grands. Ces moments furent, de ma vie les plus exceptionnels.

  • 17 novembre 2016 aà 15:51

    Quelqu'un peut-il me dire qui sont les deux personnages sur la façade du N°3 du Bd Eugène Pierre ? Merci

Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches