Huileries Savonnerie L’Abeille & le Tunnel Secret Avenue des Aygalades 13015 Marseille
6043

En 1730, le jeune entrepreneur Jean-Baptiste Court fonde à Marseille une savonnerie qui va rapidement devenir l’une des plus reconnues du pays, il la dirigera jusqu’en 1775. Elle s’installera 10 Boulevard de la Corderie sous la direction des héritiers, la famille Court de Payen puis à partir de 1918 également de la famille Falque. En effet à partir de cette date, la savonnerie migrera aux Aygalades sur une partie de l’immense propriété de la famille Falque et ce jusqu’en 1998 avant que les 36 000 m2 du site ne deviennent La Cité des Arts de la Rue. La savonnerie tirera le rideau dans les années 70 quand le savon perdra de son utilité avec l’arrivée des machines à laver. L’Abeille ressuscite en 2015 sous le nom de Nouvelle Savonnerie L’Abeille et de sa marque l’Abeille 1730, mais son siège social est à présent parisien. Du site des Aygalades ? il resterait un ancien tunnel secret !

huileries-savonnerie-l-abeille-savon-de-marseille-3Au 18ème siècle la cité phocéenne est alors la capitale incontestée du savon, et exporte dans tout le bassin méditerranéen des produits finis de grande qualité. Se succéderont à la tête de la fabrique plusieurs membres des familles Court et Payen, liées par le sang. Chaque génération vient enrichir l’histoire L’Abeille avec de nouvelles innovations pour proposer des savons d’une qualité irréprochable.

Dès le début du XIXe siècle, la fabrication d’un Savon de Marseille Blanc à l’Huile d’Olive est l’une des prouesses techniques qui contribue à la grande renommée de la maison Court-Payen.

Présenté à l’Exposition des Industries Françaises en 1806, ce savon de Marseille blanc est devenu le favori de l’industrie textile lyonnaise pour le travail de la soie : une telle référence a permis de prouver l’excellence de ce savoir-faire.

Un siècle plus tard, le Livre d’Or de Marseille, de son commerce et de ses industries en 1906 détaille les nombreux usages industriels, pharmaceutiques et même alimentaires de ce savon.

En 1814, la savonnerie reçoit la visite du comte d’Artois, futur roi Charles X. Plusieurs chroniqueurs de l’époque relatent comment L’Abeille a gagné la sympathie royale grâce à un buste de Louis XVIII sculpté dans un savon « d’une blancheur transparente », orné de la citation « Il efface toutes les tâches ».

huileries-savonnerie-l-abeille-aygalades-savon-de-marseilleUne création appréciée du royal visiteur : la fabrique y gagne alors le droit de graver sur ses produits « Fabrique de savon de Monsieur frère du Roi ».

Au fil des ans, L’Abeille s’est attachée à conserver « la fabrication d’autrefois, consciencieuse et soignée », sans modifier la composition de ses savons, tout en suivant les progrès de la science et de la technique pour en améliorer encore la qualité.

Au XXe siècle, L’Abeille prend son envol : après la 1ere Guerre Mondiale, elle devient l’une des trois plus importantes savonneries marseillaises et vend ses savons dans le monde entier.

La savonnerie tirera le rideau dans les années 70 quand le savon perdra de son utilité avec l’arrivée des machines à laver. L’Abeille ressuscite en 2015 sous le nom de Nouvelle Savonnerie L’Abeille et de sa marque l’Abeille 1730.

L’histoire se poursuit désormais avec un nouveau descendant de la lignée Court-Payen, qui reprend les rênes de la maison entouré d’une équipe de passionnés.


Le tunnel secret

Selon une rumeur aperçue sur le toujours très bien informé site marseilleforum.com un tunnel partant des anciennes huileries l’Abeille aboutit près de la place du Roi René dans la cour du pavillon.

D’après la mémoire des habitants du quartier, ce tunnel permettait aux habitants d’accéder directement à l’usine, comme au contremaître qui logeait dans les dépendances du Château Falque d’y venir rapidement en cas de problème.


Avis
Soyez le premier à donner votre avis !
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches