Hôtel de Lenche, Hôtel de Mirabeau 4 Place de Lenche, 13002 Marseille
3188
Hôtel de Lenche, Hôtel de Mirabeau
Arrondissement : 2ème

La Place de Lenche adopte son nom actuel au XVIème siècle en référence à la 4ème fortune de Marseille en 1588…la famille corse Lenche (Linciu, prononcé « linʃiu »). Elle s’était établie ici, dans le Panier, vers 1545 dans une maison rasée quelques années plus tard pour y construire un hôtel particulier qui fût longtemps considérée comme l’une des plus belles demeures de Marseille au point d’y héberger le roi Louis XIV lors de sa venue à Marseille en 1660…un site détruit, occupé par de nouveaux bâtiments et depuis 1977 par le théâtre de Lenche.

Vue de la colonie de La Calle chef-lieu des établissements de la Compagnie royale d’Afrique sur la côte de Barbarie, 1788

La famille Lenche, originaire de Morsiglia (Cap Corse), s’était installée en Afrique du Nord. Tomasino, quant à lui, s’établit à Marseille en 1533, vers l’âge de 23 ans. Pour développer son activité, Tomasino fonde en 1552 sur le site proche de La Calle en Algérie, le Bastion de France, avec ses neveux, Visconte (v.1545-1580) et Antonio Lenche (v.1540-1588), et ses cousins corses de Morsiglia, de la famille Porrata.

Il baptise sa compagnie de commerce la Magnifique Compagnie du corail qui en Algérie, opère des liaisons commerciales entre l’Afrique du Nord et Marseille.

L’activité commerciale de ce comptoir s’avère importante et son développement est spectaculaire : elle compte 250 pêcheurs répartis sur 50 navires. Les profits dégagés le sont tout autant: la livre de corail se vend 6 livres tournois (un pêcheur gagne 12 sols par livre de corail pêchée, soit l’exacte moitié d’une livre tournois). Le corail est un produit de luxe utilisé en orfèvrerie (confection des chapelets par exemple).

Il est encore utilisé comme monnaie d’échange aux échelles du Levant, surtout à Alexandrie, contre des épices et de la soie.

Les Lenche diversifient leurs activités et deviennent des brassiers d’affaires. Ils se positionnent comme des intermédiaires dans le commerce entre Alger et Marseille. Ils se lancent dans le trafic de contrebande pour approvisionner le dey en plomb, en fer et en armes (artillerie, poudre, munitions). En échange, ils reçoivent des chevaux arabes, des chiens, des faucons, et même une paire de lions. Ces présents sont destinés au gouverneur de Provence.

Tomasino obtient ses lettres de naturalité en 1553. Il rase sa maison (achetée en 1545) et construit un magnifique bâtiment (actuelle place de Lenche à Marseille).

Le site de l’hôtel particulier aujourd’hui

Son honorabilité est telle, qu’il entre au conseil de ville (1558) et devient second consul de Marseille (1565). Il reçoit chez lui les ambassadeurs turcs en route vers la Cour. Il est capable de doter sa fille, unique il est vrai, de 24 000 livres. Elle épouse en 1565 Jean-Baptiste de Forbin, seigneur de Gardanne.

La prospérité se poursuit à la génération suivante. Le neveu de Tomasino, Antonio, épouse le 23 février 1570 à Marseille, Jeanne de Bouquin, issue d’une famille de magistrats anoblis. Avec son frère Viscente, ils possèdent en 1588 la quatrième fortune de Marseille (140 000 livres) derrière « les Riquetti seigneurs de Mirabeau (trois cent mille écus), les Covet seigneurs de Marignane (300 000 milles écus) et les d’Albertas de Jouques. »

Antonio Lenche devient gouverneur du Bastion de France (1568-1588). Du côté des affaires, Une seconde compagnie, du nom de Compagnie du corail, est fondée par un cousin (Orso-Santo Cipriani).

Henri III confirme le monopole de la Magnifique compagnie (1582) et étend même les limites géographiques des zones de pêche à Bizerte (1584). C’est tout le littoral septentrional de la Tripolitaine qui est ainsi contrôlé par les compagnies des Lenche.


Blason familial de la Famille Riquetti de Mirabeau

En 1588, son neveu le consul Antoine Lenche, prend le parti des royalistes pendant les guerres de religion…il dirigeait le parti des bigarrats et s’opposa au premier consul Nicolas de Cépède qui, avec les ligueurs, tenait l’hôtel de Ville.

Le 26 août de cette année, il voulut s’en emparer mais la tentative échouât et Antoine Lenche fut déchu de ses fonctions consulaires et fini assassiné et abandonné, mort, aux portes de sa maison…

La fille d’Antoine Lenche épousa, en 1592, Honoré Riquetti de Mirabeau, l’ancêtre du célèbre révolutionnaire, lui apportant en dot l’hôtel de Lenche qui changea alors de nom pour hôtel de Mirabeau.

La famille Riquetti de Mirabeau était une famille noble originaire de Provence (Seyne), confirmée noble en 1668, éteinte en ligne masculine en 1884 et en ligne féminine en 1932.

Sibylle Gabrielle Riquetti de Mirabeau (1849-1932) marque la fin de la famille.

Le 2 mars 1660, le roi Louis XIV, qui venait de soumettre Marseille, pénétra dans la ville par une brèche ouverte à sa demande dans les fortifications près de la porte Réale.

Durant son passage à Marseille, il séjourna dans l’hôtel de Mirabeau avec la reine mère et le cardinal Mazarin.

A la fin du XVIIème siècle, l’hôtel fut vendu par les Mirabeau qui achetèrent une résidence plus somptueuse encore dans les nouveaux quartiers de la rue Noailles.

L’Hôtel accueillit alors l’œuvre des enfants abandonnés puis un collège qui subsistât jusqu’à la fin du second empire.

Il servit ensuite de siège à l’œuvre des enfants de la providence avant d’être rasé et remplacé par des constructions modernes et depuis 1977 le théâtre de Lenche.


SOURCES Wikipédia & patrice.leterrier.over-blog.com
PHOTOS Mappy.fr & Archives

FICHE A SUIVRE
Avis
Soyez le premier à donner votre avis !
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches