Baille, le Quartier des Insensés et de la Santé Baille, 13005 Marseille
6599
Arrondissement : 5ème

L’origine du nom du quartier est liée à Jean Baptiste Baille propriétaire d’une grande partie de ces terrains. En 1861, la ville achète des parcelles pour prolonger cette artère restée sans issue plus de 15 ans vers la place Castellane et vers le Jarret, créant ainsi un boulevard de 1 300 mètres de longueur. Un quartier toujours marqué par ses établissements de santé où d’ailleurs Rimbaud y fini ses jours, mais aussi longtemps associé à ses asiles de fous et ses refuges pour femmes de « mauvaises vies ».

Ancien Hospice des Insensés, Asile d’aliénés, la Timone

Le quartier Baille est limité à l’Est par le Jarret (rivière périphérique), au Sud par l’échangeur de l’autoroute de Toulon, au Nord par le boulevard Baille, à l’Ouest par la rue de Lodi vers Castellane, mitoyen au 10ème Arrondissement avec les quartiers de Menpenti et de la Timone…

Achetée en 1654 par Louis David, chargé d’affaires de France à Gênes, la propriété où se trouve actuellement l’Hôpital de la Timone était à l’époque de 4 hectares, plantée en vignes et oliviers. Elle est donnée en cadeau de mariage à Jean Timon, neveu des David, à condition que lui-même et sa descendance portent les armes des David et accouplent le nom des David à celui des Timon. Jean Timon-David fait construire en 1765 la bastide de la Timone, un nom qui lui restera malgré plusieurs changements de propriétaires.

En 1869, la Timone, achetée par la ville, permet d’agrandir la propriété voisine des Roux-Labaume où la municipalité a déjà installé depuis plusieurs dizaines d’années son asile d’aliénés ou « hôpital des insensés ».

L’histoire du quartier Baille, est liée au développement industriel de Marseille dans la seconde moitié du XIXe siècle. La ville est en plein développement. Elle a quitté ses remparts de Notre Dame du Mont à l’actuelle Préfecture (Porte d’Aubagne et Porte de Rome), pour se développer vers le Sud et l’Est (Place Castellane et ruisseau du Jarret).

Boulevard Baille

Les propriétaires des terres et campagnes entre le chemin de Toulon et Jarret se prêtent à la réalisation d’immeubles autour de la Place Castellane et à l’installation de manufactures et entrepôts aux nouvelles portes de la ville (l’Octroi) et à la présence de l’eau du Jarret, indispensable aux manufactures et moulins.

Nous sommes au débouché de l’Est, vers Toulon et Nice par la Vallée de l’Huveaune. Le développement, permis par l’extension des activités portuaires (Afrique et Orient), est parachevé par la venue du Chemin de Fer avec la création de la Gare du Prado. Il n’en fallait pas plus pour créer un quartier industriel et ouvrier.

Ce quartier va marquer, pour de nombreuses années, une transition entre la ville résidentielle et le boulevard industriel qui va se créer de la Capelette à Aubagne, entre l’Huveaune et le Chemin de Fer.

asile-des-insenses-hopital-de-la-timone-marseille

Hôpital de la Timone

Au n° 145 du boulevard Baille, L’Oeuvre du refuge recevait « les filles et femmes de mauvaise vie ». Il fut crée en 1848 après le couvent du Refuge au Panier et fut transformé en hôpital pour vénériens.

A l’actuel emplacement de l’hôpital de la conception, au n°147 Boulevard Baille, se trouvait jadis un couvent dédié à l’Immaculée Conception. L’hôpital quant à lui a été construit et inauguré en septembre 1858 et dirigé par les Soeurs de l’Immaculé Conception. Il fut entièrement démoli et reconstruit entre 1981 et 1986.

Dans cet Hôpital, le 22 mai 1880, des prostituées en traitement pour la syphillis, se révoltent contre le personnel soignant après la punition afligée à l’une d’entre elles. Ce genre d’insurrection est assez fréquent à l’époque dans cet hôpital qui recueille souvent plus de force que de gré, les filles syphilitiques des rues.

C’est d’ailleurs aussi à la Conception que le 10 novembre 1891 à 10 heures du matin qu’Arthur Rimbaud décède d’une tumeur du genou après avoir été amputé, aggravé par une ancienne syphilis.

Entre les quartiers résidentiels du Prado et les activités de santé de la Conception et de la Timone, ce quartier a résisté jusqu’aux années 1980 à l’évolution urbaine de la ville.

Pourtant ses rues étroites et ses impasses ne vont pas résister à la nouvelle économie qui s’installe, orientée vers les services. Les anciens entrepôts qui accueillaient artisans, garages, quincailleries et services de proximité vont laisser la place à la construction d’immeubles à vocation d’habitat.

Locked Time, Boulevard Baille

La rénovation urbaine prend en tenaille ce vieux quartier populaire, par la création de logements autour du C.H.U. et les nouveaux logements créés autour de l’échangeur de l’autoroute Est. Les quartiers Sud, résidentiels avec des activités tertiaires (Santé et Bureaux) semblent remonter vers ces quartiers de la nouvelle ville de Marseille.

Un immense pôle médical se développe…L’hôpital de la Conception, le Pôle Psychiatrie Centre et la Direction informatique et réseau de l’AP-HM (Assistance publique – Hôpitaux de Marseille), le service des Maladies Infectieuses et Tropicales, le CHU de la Timone…

Par ailleurs, la population dominante est constituée de jeunes actifs (20-39 ans). Ils représentent environ 40% de la population et sont en majorité des femmes, autour de 55%. Le C.H.U., les résidences étudiantes, les activités paramédicales y sont pour beaucoup. On trouve d’ailleurs Boulevard de nouvelles activités liées à cette jeune population tel Locked Time un jeu d’escape game.

Quelques noms de rues caractéristiques

De nombreuses rues évoquent autant de jeunes Résistants notamment ceux qui ont donné leur vie lors de l’Insurrection qui a déclenché la Libération de Marseille. C’est aussi le témoignage d’un quartier populaire où la population était naturellement favorable à la Résistance (Armée Secrète, F.T.P., M.O.I., F.F.I…).

D’autres rues portent le nom de propriétaires ou d’activités industrielles (telles que les Grandes Papeteries) et enfin la conquête coloniale avec la rue d’Isly qui fait référence à une bataille décisive en 1843 au Maroc entre le Général Bugeaud et les combattants d’Abd el-Kader.


SOURCES Wikipédia & Marseilleforum Coco & Mairie 4&5
PHOTOS Google Street View & Dominique Milherou Tourisme-Marseille.com & Locked Time

FICHE A SUIVRE
Avis
Soyez le premier à donner votre avis !
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches