Gare de Noailles ou Gare de l’Est Rue du Marché des Capucins, 13001 Marseille
2400
Arrondissement : 1er

À la fin du xixe siècle, le tramway marseillais s’étend loin dans les faubourgs. Il est alors décidé le prolongement du tramway vers Aubagne, situé à plus de 15 km du centre-ville, par la compagnie des chemins de fer de l’Est-Marseille. Seule ombre au projet : la traversée de la ville, impossible au niveau de la Plaine (Place Jean Jaurès). La traversée se doit d’être souterraine et une gare terminus est proposée au plus proche de la Canebière. Un tunnel fut donc construit. En 1893 furent inaugurés la Gare Noailles et le tunnel sous la plaine, long de quelques 800 m.

La construction de ce tunnel, véritable pré-métro avant l’heure, est expliquée par Marcel Pagnol dans son ouvrage Le tram partait de la Gare de l’Est :

« L’Est, en la circonstance ce n’était pas la Chine, ni l’Asie Mineure, ni même Toulon : c’était Aubagne, où s’arrêtaient modestement les rails de l’Est sous des platanes occidentaux. » En commençant par un tunnel. »

« Le tunnel, vaguement éclairé par des lumignons dans des niches, n’était composé que de courbes et de virages : après un quart d’heure de grincements et de cahots, nous sortîmes des entrailles de la terre, juste au début du boulevard Chave, à 300 mètres de notre point de départ…. Mon père nous expliqua que cet ouvrage singulier avait été commencé par les deux bouts, mais que les équipes terrassières, après une longue et sinueuse flânerie souterraine, ne s’étaient rencontrées que par hasard.»


1984

Évolution du trafic
Durant les 30 années qui suivirent, avec la densification du réseau de tramway marseillais (plus de 100 lignes correspondant aujourd’hui aux lignes de bus) et à la saturation de la Canebière, de nombreuses lignes furent détournées de leur terminus Vieux-Port ou Bourse vers Noailles, à commencer par les lignes 40 et 68.

En 1914 : lignes 12 vers Les Camoins, 13 vers La Valentine, 14 vers La Pomme, 40 vers Aubagne, 68 vers St Pierre

En 1939 (après remaniement du réseau par la Compagnie générale française de tramways (CGFT)) : lignes 12 vers Les Camoins, 12 vers La Valentine, 14 vers La Pomme, 39 vers La Penne sur Huveaune, 40 vers Aubagne et 68 vers St Pierre

Malheureusement, alors que le réseau était l’un des plus étendus du monde, les infrastructures sont dans un état catastrophique après la seconde Guerre Mondiale. Gaston Defferre décide alors de supprimer l’ensemble du réseau à la fin des années 1960.

Seule la ligne 68 reliant Noailles à St Pierre sera conservée


L’arrivée du métro
Dans les années 1970, la même personne qui avait demandé la suppression du tramway lance la création du réseau de métros de la ville par la Régie Autonome des Transports de la Ville de Marseille (RATVM).

Le 3 mars 1984, la ligne 2 arrive à Noailles mettant fin au terminus initial du tramway à l’intérieur même de la gare. En effet, pour permettre une meilleure interconnexion entre métro et tramway, le terminus du 68 fut déplacé. Le hall de la gare devenant porte d’accès aux stations de métro et de tramway Noailles.

Pendant plusieurs années, la gare a accueilli un musée retraçant l’histoire des transports urbains de Marseille.


La nouvelle station de métro Noailles

Rénovation du tramway

2010

Alors que la gare connut plusieurs fermetures de quelques mois durant sa vie pour cause de rénovation des infrastructures, elle connut sa plus grande baisse de fréquentation en 2004 avec l’arrêt de la ligne de tramway 68 (jusqu’à 5 millions de voyageurs par an) et la fermeture du tunnel pour rénovation.

Le terminus de tramway a été ensuite rouvert en 2009 avec de nouveaux quais et un nouveau matériel. La ligne 68 a été remplacée par la ligne T1 entre Noailles et Les Caillols Centre Urbain.

Projet abandonné
En 1942-1943, la CGFT, exploitante de la gare, propose un prolongement du réseau souterrain à l’aide de deux principaux tunnels passant sous la ville et de deux grandes gares souterraines: Noailles et Bourse (station sous forme de grande boucle centrale). Les difficultés financières durant la Seconde Guerre Mondiale empêcheront la réalisation de projet.

Ironie du sort, aujourd’hui, aucun métro ne s’arrête à la Bourse et le tramway T2 situé sur le cours Belsunce ne possède pas d’arrêt sous le nom de Bourse. La gare routière de Canebière Bourse, dont l’état laisse à désirer est ainsi la plus grande gare routière de bus urbains de la ville.


La gare aujourd’hui
La gare Noailles est aujourd’hui une des trois entrées de la station de métro et de tramway de Noailles. Elle est ouverte de 5h à 1h et ne possède plus ni de guichets, ni d’espace client. Seuls des automates et des bornes interactives permettent un contact humain par visioconférence avec le personnel de la RTM. Les noms « Gare de Noailles » et « Gare de l’Est » ne sont par ailleurs plus utilisés par l’exploitant qui l’appelle « Sortie Marché des Capucins ».

L’entrée de cette gare possède toujours sa place et sa façade en pierres. À l’entrée du hall, l’accès du métro et les bornes anti-fraudes se trouvent directement en face. Un automate pour l’achat de billet et de recharges de cartes Transpass se trouve contre le mur, à côté d’un plan du réseau et du quartier.

L’accès au tramway se fait de part et d’autre de l’accès métro, avant d’emprunter l’ancien tunnel dont on peut voir les traces des rails encore au sol. L’accès aux quais du tramway se fait ensuite presque directement.

Cette gare reste tout de même un grand symbole de l’ancienne grandeur du réseau de tramway de Marseille. Louis Dallest est l’architecte de la station de métro. Le tunnel qui relie la station de tramway au boulevard Chave est à voie unique. Auparavant, il abritait un double sens de circulation rendu impossible depuis l’élargissement des voitures.


SOURCES Wikipédia
PHOTOS IngolfBLN & Archives & Smiley.toerist & Clicsouris

Dominique Milherou
Avis
Soyez le premier à donner votre avis !
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches