Fonderie de Cloches Toussaint Maurel 13 Rue des Vignerons, 13006 Marseille
1946
Arrondissement : 6ème

Le point commun entre les cloches de l’Eglise de l’Estaque, de Notre-Dame de la Garde et la Statue de Monseigneur Belsunce près de la Major ? elles portent toutes la signature de Toussaint Maurel, fondeur-saintier à Marseille de 1857 à 1869 et inventeur multi-récompensé pour l’un de ses brevets. Une de ses créations estampillée « Marseille » sera même retrouvée en Allemagne en 1948 alors qu’elle était destinée à être fondue par les nazis pour leur industrie de guerre.

Fonderie de Cloches Toussaint Maurel, rue des Vignerons à Marseille

Statue de Monseigneur Belsunce par Marius Ramus, 1852

Toussaint Maurel emploie au milieu du 19ème siècle 55 ouvriers dans sa fonderie du 13 rue des Vignerons proche de la place Castellane et dans une usine annexe établie à Toulon. Ces deux ateliers, contenant 10 fourneaux de fusion, livrent annuellement 40 000 kilogrammes de cloches.

Maurel a introduit des modifications remarquables dans le procédé de moulage, et surtout dans le procédé employé pour fixer la cloche au mouton en bois qui en forme la monture et le contre-poids. Au lieu d’employer des anses incrustées dans le bois du mouton, il donne à la partie supérieure de la cloche une forme plane, et presse celle-ci contre le mouton au moyen de forts boulons serrés par des écrous.

Le système de Toussaint Maurel se distingue encore par le battant articulé, qu’un ressort tient éloigné de la cloche, excepté pendant l’instant très court où se produit la percussion. Le jury central sur les produits de l’agriculture et de l’industrie lui accordera une médaille de bronze pour son brevet d’invention. Il recevra par la suite de nombreuses distinctions.

Fonderie de Cloches Toussaint Maurel, rue des Vignerons à MarseilleLes fonderies Maurel ont également réalisé une des cloches de Notre-Dame de la Garde en 1885 d’un diamètre de 71 cm mais aussi les cloches de l’Eglise St Anne à Marseille (voir onglet vidéo), de l’Eglise Sainte Marguerite ou encore de l’Église Saint Christophe dans le quartier des Accates.

Une des cloches de la fonderie marquée « Marseille » a été retrouvée dans un dépôt de cloches de la Norddeutsche Raffinerie près d’Hambourg.

Elle a vraisemblablement été volée en France pendant la seconde guerre mondiale. Au cours de la guerre, les Autorités allemandes avaient ordonné la saisie d’un nombre important de cloches, afin de récupérer, par leur fonte, le métal brut destiné à leur industrie de guerre.

La cloche est revenue à Paris, le 22 octobre 1948, par le 1er convoi en provenance de Hambourg.

La cloche est actuellement conservée dans les réserves du département des Objets d’art (photo ci-contre).


SOURCES Les Bouches du Rhône ; Le Bilan du XIX° Siècle & culture.gouv.fr
PHOTOS Dominique Milherou Tourisme-Marseille.com & culture.gouv.fr

FICHE A SUIVRE
Avis
Soyez le premier à donner votre avis !
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches