Ferry Boat de Marseille, la plus courte traversée au monde Quai du Port, 13002 Marseille
9331
Arrondissement : 2ème

On aime à Marseille à la surnommer « la plus courte traversée au monde ! » Depuis le 27 février 1967, c’est le César qui reliait les deux rives, avec son « Teuf Teuf  » caractéristique. Après 55 ans de bons et loyaux services, l’embarcation avait cessé ses traversées du Vieux-Port, atteint par la limite d’âge…puis coup de théâtre pagnolesque depuis le 6 février 2017 le César est de retour transportant les passagers tous les week-ends laissant les jours de la semaine à sa relève électrique bien plus moderne mais moins pittoresque. Ce service payant, puis gratuit, est redevenu payant en février 2016 pour assurer la survie de la liaison.

De 1880 à 2009

Ferry Boat de Marseille, le César, Place de la Mairie > Place aux HuilesLa traversée du Vieux Port était très utile à une époque où les activités économiques marseillaises se situaient encore, pour beaucoup, « intra-muros ». D’anciennes barques de pêcheur, reconverties en navettes de transport de passagers assuraient depuis longtemps cette traversée.

Alors que de grands voiliers commerciaux occupaient encore le Vieux Port, de véritables navires de transport collectifs furent conçus pour augmenter ce trafic. Ainsi naissaient, en 1880, les « Mouche IV » et « Mouche VII ».

Le Ferry-Boat, bien connu pour son côté pratique par les Marseillais, sera immortalisé par Marcel Pagnol, dans son film Marius, où le « Féri-Bôate », (accent de circonstance), est barré par Félix Escartefigue, qui y défend avec verve son statut de marin !

A juste titre d’ailleurs puisque ce passeur répond aux critères qui définissent un Ferry Boat, bien que la distance qu’il parcourt soit l’une des plus faibles au monde.

Ferry Boat de Marseille, le César, Place de la Mairie > Place aux Huiles

Pour ces raisons et bien d’autres encore, ce navire bateau reste cher au cœur des Marseillais, et fait même partie du patrimoine de la ville, au même titre que la « Bonne mère », ou le Stade Vélodrome.

Plus tard, c’est François Paoleschi, un ancien marin au long cours et propriétaire de ces passeurs, qui commandera aux chantiers navals de la Seyne-sur-Mer le fameux « César ». Il sera livré à Marseille en 1952, équipé d’un moteur diesel Baudoin DB3 de 45 ch.

Pendant plusieurs années, les trois navires se croisent dans le Vieux Port (Entre la Place aux Huiles et la mairie, la Criée et la Place de Lenche, le Lacydon et le Fort Saint Jean).

A la mort de François Paoleschi, sa fille Claire et son mari Roger Ischyrion reprennent l’exploitation des lignes, mais les Mouches arrivent en fin de vie, et tous deux sont mis en réserve.

Le César doit alors affronter la concurrence du tramway. Le nombre de passagers qu’il transporte diminue inexorablement, et les époux Ischyrion doivent se résoudre à abandonner cette activité.

Ferry Boat de Marseille, le César, Place de la Mairie > Place aux HuilesPhilippe San Marco, un proche du maire de l’époque Gaston Deferre, réussit alors à convaincre la municipalité de conserver cet élément du patrimoine maritime provençal en reprenant l’exploitation de la ligne, empêchant que les bateaux soient coulés.

En 1984, les clefs des trois bateaux sont remises à la ville Marseille dans le cadre d’une cession à titre gratuit. « Un cadeau empoisonné » dira Gaston Deferre au moment de signer l’acte qui sauve le César. Il sera finalement retiré du service en 2009, en bout de course, en panne un jour sur deux…

Mais pour des raisons similaires, la réfection du navire a été votée par la municipalité. Pour un coût de 500 000 euros (presque le coût du nouveau Ferry Boat…). Cependant, sa conception obsolète ne lui permet pas d’être homologué pour le même usage et ne peut transporter pas plus de 12 passagers à la fois.

Depuis 2010…

« César » est remplacé par un Ferry-boat électrique de type catamaran, choisi pour ses caractéristiques en matière de développement durable, d’autonomie, de capacité, de fiabilité, de confort et d’accessibilité pour les handicapés.

Son architecture, entre patrimoine et modernité, évoque ses prédécesseurs tout en prenant en compte les diverses contraintes techniques et ergonomiques. L’autonomie du bateau doit lui permettre de circuler pendant 18 heures de fonctionnement sans aucun arrêt, 7 jours sur 7.

Ferry Boat de Marseille, le César, Place de la Mairie > Place aux Huiles

Ferry-boat électrique

Ce bateau amphidrome, c’est-à-dire capable de se déplacer en avant ou en arrière sans manœuvre de retournement. Sur le plan esthétique, il est le digne successeur du César, tout en intégrant les fonctionnalités propres à la législation actuelle et aux normes de sécurité pour le transport de passager.

Le toit rappelle la toile du premier Ferry-boat ou celui des anciens tramways. Les extrémités des montants frontaux font référence aux traditionnelles barquettes marseillaises.

Et la « tenue d’été », obtenue en faisant coulisser les larges baies vitrées, renvoie encore au Ferry-Boat d’origine, entièrement ouvert.

Ferry Boat de Marseille, le César, Place de la Mairie > Place aux Huiles

Le César, à quai face aux Consignes Sanitaires (2015)

La forme de « navette » des sièges est à l’origine une forme ergonomique bien adaptée à la circulation des passagers. Elle rappelle aussi l’autre « navette marseillaise » et décrit bien la fonction essentielle du navire.

Le bateau est propulsé par 2 moteurs électriques de type synchrone « brushless » d’une puissance nominale de 15 kW chacun. Les moteurs sont placés dans un cylindre sous marin étanche.

Cet ensemble, disponible « sur étagère », est fourni par la société ALT.EN (Alternatives Energies), ce qui a permis de disposer d’une technologie largement éprouvée, puisqu’elle équipe déjà d’autres navires en France (Paris, La Rochelle…).

Ce système permet aussi de disposer de pièces de rechanges très rapidement (en plus des stocks prévus par les services techniques de la ville de Marseille).

Ce Ferry-boat embarque 45 passagers, avec une zone réservée aux vélos, poussettes et fauteuils pour handicapés.

L’avenir du Ferry Boat un temps menacé

Octobre 2015, malgré 135 ans d’allers-retours, le ferry boat accumule les jours de non fonctionnement dû à priori aux nombreux arrêts maladies des marins…jamais les Marseillais n’avaient senti autant le ferry boat menacé au point de lancer une pétition sur internet.

Devant cette levée de boucliers, la mairie proposera un ferry-boat plus fonctionnel, mais payant…Pour le faire fonctionner et continuer à accueillir 500 et 600 passagers par jour, il faudrait 4 marins de plus et 800 000 € par an…

Fin février 2016 et 9 ans après la mise en place de la gratuité, le Ferry Boat redevient payant pour 0,50 € la traversée. Le Ferry Boat est géré non plus par la mairie mais par MPM depuis le 1er janvier 2016 avec la mise en place d’une nouvelle signalétique.

Le 30 mai 2016, après la mise en place d’un parcours provisoire à cause des travaux de rénovation Quai de Rive Neuve, la desserte de la Place aux Huiles à rouvert son ponton et la ligne historique.

Tous les jours* de 8h à 12h30 et 13h15 à 16h50
Fréquence : toutes les 10 minutes


SOURCES marseille.fr & ferryboat-marseille-info.com
PHOTOS Dominique Milherou Tourisme-Marseille.com & Archives

Avis
Soyez le premier à donner votre avis !
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches