Église Sainte-Anne, les Caillols, depuis 1663 2 Rue du Presbytère, 13012 Marseille
971
Arrondissement : 12ème13ème

Ancrée dans le vieux village des Caillols depuis 1663 l’église Sainte-Anne, avec son clocher carré et son style romano-byzantin fait face à la Grand’ Rue.

La date de 1663, est inscrite au sommet de l’arceau de l’église entre les dates de 1747 et 1818 qui correspondent à des agrandissements. L’église est consacrée à Sainte Anne, la mère de la Vierge Marie, donc la grand-mère de Jésus dans la tradition chrétienne ainsi que dans la tradition musulmane sous le nom de Hannah.

Aucun texte du Nouveau Testament ne mentionne la figure d’Anne qui apparaît dans des apocryphes dont la critique historique estime que, tout comme les récits d’enfance ajoutés tardivement aux évangiles selon Luc et selon Matthieu, ils sont encore plus légendés que la partie centrale des évangiles.

Comme pour les évangiles, il n’est toutefois pas exclu que ces textes contiennent certaines traces historiques. Comme dans les évangiles canoniques, ceux qui ont été déclarés apocryphes effectuent de nombreux parallèles avec des passages de l’Ancien Testament, pour convaincre leurs lecteurs de leur démonstration.

Ainsi dans la tradition chrétienne, le personnage d’Anne fait souvent référence à son homonyme Anne, mère de Samuel, prophète et dernier juge d’Israël2 (hébreu : חַנָּה‬‎ Ḥannāh « faveur, grâce »). Il en est de même dans la tradition musulmane.

Des évangiles qui ont été déclarés apocryphes par la suite, la dépeignent comme une femme pieuse longtemps stérile. Une scène de sa vie légendaire est la rencontre miraculeuse d’Anne et de son mari Joachim à la Porte dorée à Jérusalem, après l’annonce au couple de la prochaine naissance d’un enfant.

L’Église de l’Orient accepte ces récits, dans une version présentée comme une traduction par saint Jérôme, qui leur ôte les traits les plus merveilleux. Beaucoup de saints orientaux ont prêché sur sainte Anne, tels saint Jean Damascène, saint Épiphane, saint Sophrone de Jérusalem. Dans la tradition musulmane aussi, Anne appelée Hanah est la mère de Marie (Maryam), elle-même mère de Jésus-ʿĪsā.

La dévotion à sainte Anne, limitée longtemps à quelques sanctuaires, se répand dans le monde catholique à partir du xive siècle, avec la propagation des récits de la Légende dorée et les débats théologiques sur le dogme de l’Immaculée Conception qui ont pour conséquence d’associer plus étroitement le culte de sainte Anne à celui de la Vierge.


SOURCES Wikipédia & Provence7.com
PHOTOS Google Maps & Fr.Latreille

FICHE A SUIVRE
Avis
Soyez le premier à donner votre avis !
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches