Docks Libres et Fiers de l’Être, 2600 ans dans une Fresque en Béton 17, Rue René Cassin, 13003 Marseille
3386
Arrondissement : 3ème

Marseille est une ville millénaire, raconter son histoire est un challenge de taille. Le défi a été relevé en 2016 par l’architecte Roland Carta qui a habillé les façades des « Docks Libres et Fiers de l’Être » d’une immense fresque de 1 km retraçant 2 600 ans, de l’arrivée des Grecs jusqu’à aujourd’hui. Les symboles caractéristiques de la cité phocéenne, mythe amoureux fondateur de Gyptis et Protis, Basilique Notre-Dame-de-la-Garde, navires, phares et marins, mouettes, hirondelles et même les rats…25 fresques de 22,4 m x 5,59 m ; soit un total de 3 000 m² ont été réalisés grâce à la technologie de béton décogravé Graphic Concrete®, une exclusivité du spécialiste des bétons esthétiques, la société Chryso. 

Situé dans le Quartier de Saint-Mauront, le projet « Docks Libres » fait partie d’une reconversion urbaine d’une ancienne friche industrielle. Il a pour ambition de redessiner un art de vivre, une nouvelle vie de quartier avec ses commerces, ses espaces verts et une crèche.

« Je souhaitais inscrire les Docks Libres dans le patrimoine architectural marseillais par l’expression de frises en bas-relief, à l’image du style typique de la rue Paradis, la plus vieille rue de Marseille reliant le Vieux-Port à l’avenue Prado« , explique Roland Carta, de l’Agence Carta Associés Architectes.

Ma priorité était de proposer un support narratif, visible de loin, capable d’ancrer l’histoire de la ville dans un quartier en appétence de repères ».

La recherche d’une solution technique capable d’exprimer cette volonté esthétique de l’architecte se fait en accord avec l’entreprise générale Travaux du Midi. Le procédé Graphic Concrete® a permis de transférer les créations de Roland Carta directement sur les surfaces des panneaux béton, par le contraste entre les surfaces désactivées et lisses.

Cette technique de béton décogravé est durable dans le temps et garantit une lisibilité des motifs.

« C’est en travaillant sur le projet du Musée d’Histoire de Marseille que j’ai pu approfondir mes connaissances sur les vagues successives de migration qui ont forgé cette ville. J’ai voulu retranscrire, pour les Marseillais d’aujourd’hui et de demain, ces millénaires d’expérience d’amour, de peur, de soumission, de joie et de retrouvaille. La fresque que nous avons obtenue est une belle alternative aux bas-reliefs. Les graphismes sont fidèles à nos créations et possèdent une réelle valeur esthétique. Il ne manque que la 3D et les ombres portées ! », précise Roland Carta.

« Avec du béton matricé, nous n’aurions pas pu atteindre le rendu souhaité par Roland Carta en termes de précision des détails et de finesse des nuances de gris, indique Nadine Disdier, Directrice de SAPB. Graphic Concrete® permet de créer l’impression de relief, un avantage supplémentaire par rapport au béton matricé ».

Pour ce préfabricant, le béton décogravé est une vraie nouveauté. Il a d’abord fallu trouver la formulation béton appropriée au projet, rechercher et sélectionner des granulats dans les carrières environnantes, puis estimer les coûts des matières premières en accord avec le cahier des charges.

SAPB a également adapté son process de fabrication : intégration d’une nouvelle technique de bétonnage, création d’une équipe de production dédiée, etc.

« Si le projet avait été réalisé en béton matricé, nous aurions dû mobiliser l’ensemble de notre outil de production et ainsi équiper toutes nos tables de coffrage de différentes matrices, de manière à respecter le motif de la fresque, les cadences de fabrication et donc de livraison », commente Nadine Disdier.

Les phases d’essais avec différents motifs sur des galettes de 50 x 50 cm ont permis d’affiner la formulation béton. Avec l’aide de Chryso, SAPB a pu ainsi corriger les défauts de parement.

Finalement, l’unique prototype de 1,60 x 3,25 m fut suffisamment abouti pour valider les essais. « Nous sommes fiers de ce projet car l’expérience, bien que nouvelle, a été enrichissante à de nombreux égards. Absolument tous les panneaux que nous avons livrés ont été acceptés, sans aucune non-conformité et sans aucune casse » conclut Nadine Disdier.

Le bâtiment est mitoyen d’une autre création originale, Ywood Docks Libres, le plus grand immeuble de bureaux en bois de France.


SOURCES chryso.com
PHOTOS Milène Servelle/CHRYSO

FICHE A SUIVRE
Avis
Soyez le premier à donner votre avis !
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches