Distillerie de l’Eau des Carmes du Frère Mathias, La Mélisse du Roucas Blanc 3 Traverse Mathias, 13007 Marseille
823
Distillerie de l’Eau des Carmes du Frère Mathias, La Mélisse du Roucas Blanc
Arrondissement : 7ème

Le Couvent des Carmes, implanté en 1633 dans le centre de Marseille sur 4 hectares, finançait ses activités grâce à sa distillerie des pentes de Gratte-Semelle dans le 7ème arrondissement. C’est en effet ici au 3 Traverse Mathias, dans un bâtiment toujours existant que les religieuses et le frère Mathias cultivaient et réalisaient une boisson pharmaceutique à base de mélisse, la liqueur Eau des Carmes du Frère Mathias.  

A l’origine ce bâtiment ne présentait qu’un seul niveau, en effet c’est en 1860 que le propriétaire de l’époque décida de rehausser la demeure dotée apparemment de remarquables caves voûtées. Mais à la Révolution, en 1792, les biens de l’Ordre seront confisqués ou détruits, tel le couvent.

Cependant malgré la spoliation, l’activité de la distillerie perdurera pendant plus d’un siècle, grâce au frère Mathias, de son vrai nom François Maillard, installé sur le Roucas Blanc. C’était un moine de l’ordre des Carmes Déchaussés (car pieds nus dans leurs sandales).

D’après les publicités, cette eau de Mélisse, guérissait, évanouissements, indigestions, dysenterie, migraines, grippe et et même le choléra ! Il fallait le consommer sur un morceau de sucre ou dans une tisane chaude.

Après la confiscation de 1792, le frère crée sa propre officine rue Vacon. Le laboratoire et son produit prétendument miracle seront ensuite repris par un pharmacien marseillais du nom d’Emery. Celui-ci vantera son authenticité par un scellé de la forme d’une médaille en plomb. La liqueur obtiendra une médaille d’or à Paris en 1879. Le dépôt de la distillerie se trouvera un temps au 82 de l’avenue du Prado, aujourd’hui occupé par un petit commerce.

Cette production de liqueur perdurera, comme en témoignent des publicités datant de la 1ère guerre mondiale. Un visuel de son flacon très caractéristique est visible dans l’onglet photo, en effet quelques collectionneurs en possèdent encore des exemplaires et certains randonneurs en ont même retrouvés dans les Calanques de Marseille !

Une liqueur de même type et à l’histoire un peu similaire, perdure encore…celle de L’Eau de mélisse des Carmes Boyer originaire du Couvent des Carmes de la rue Vaugirard à Paris. La recette comprend 23 ingrédients, 14 plantes et 9 épices, et de l’alcool à 80°. L’Eau de mélisse des Carmes Boyer possède une recette et un flaconnage pratiquement inchangés depuis 1611. Elle est vendue principalement en pharmacie. L’entreprise, installée à Carrières-sur-Seine dans les Yvelines commercialise environ 500 000 bouteilles par an pour un chiffre d’affaires d’environ 2 millions d’euros.

Elle s’est vu décerner en 2015 le label d’État Entreprise du patrimoine vivant. A voir si un marseillais tentera de relancer sa petite sœur méridionale !


SOURCES Wikipedia & Dictionnaire Historique des Rues de Marseille & Marseille et calanques, balades histoire et nature, Jean Marc Nardini
PHOTOS Archives et publicités de l’époque

Avis
Soyez le premier à donner votre avis !
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches