Cours Saint Louis, Louis d’Anjou Cours Saint-Louis, 13001 Marseille
5541
Cours Saint Louis, Louis d’Anjou
Arrondissement : 1er

Le cours Saint-Louis, situé au croisement de La Canebière et du Cours Belsunce, et qu’on appelait le « petit cours », tient son nom de Louis d’Anjou, fils de Charles II, roi de Naples, et de Marie de Hongrie ainsi que le petit-neveu de Louis IX, roi de France…Après sa mort sa dépouille sera ramenée à Marseille en 1318 et connaîtra de drôles d’aventures !

cours-st-louis-louis-d-anjou-marseille

Louis d’Anjou

Louis d’Anjou vécut une enfance ballottée de château en château avant d’être enfermé avec ses deux frères en 1288 au château de Moncade, près de Barcelone, puis à Tarragone en lieu et place de leur père. C’est d’ailleurs cette aventure de geôle qui lui vaudra d’être consacré saint patron des prisonniers et des otages.

Libéré en 1295, il est nommé évêque de Toulouse par le pape Boniface VIII. Au cours de son voyage de retour vers Naples, il s’arrête à Tarascon puis à Brignoles, sa ville natale. Là il tombe gravement malade et meurt le 19 août 1297 à l’âge de 23 ans. Le couvent des frères mineurs à Marseille fut choisi pour être sa sépulture. Le corps de Louis fut traité suivant la coutume du temps qui allait bientôt être condamnée par l’église et qui consistait à séparer les chairs des os.

Les chairs furent ensevelies sur place dans le cloître des frères mineurs, tandis que les os furent transportés dans l’église des frères mineurs de Marseille qui se trouvait à l’extérieur des remparts sur des terrains compris entre les rues Tapis-vert et Thubaneau. Sa tête ira au couvent de Santa-Chiara à Naples, sa mitre et ses gants à Brignoles.

Sa réputation de sainteté fut si grande que l’évêque de Marseille, Durand de Trésémines, sollicita du pape Clément V un procès de canonisation qui fut confié à Guy de Neufville évêque de Saintes, et à Raymond évêque de Lectoure. Le 7 avril 1317, le pape Jean XXII, ancien official de Louis d’Anjou à Toulouse, publie en présence du roi Robert Ier de Naples la bulle de canonisation.

cours-st-louis-marseille

Les 18 pavillons en fonte des bouquetières

Le 8 novembre 1319 le roi Robert, accompagné de son épouse la reine Sancha de Majorque et de nombreux cardinaux, se rendit à Marseille pour assister à la translation des restes de son frère du caveau où il reposait au maître-autel du couvent des frères mineurs.

De retour d’une campagne contre Louis III d’Anjou en 1423, la flotte d’Alphonse V d’Aragon passe devant Marseille et l’attaque. La ville est prise le 20 novembre 1423 et le Sac de Marseille dure trois jours. Les Aragonais dévastent le couvent des frères mineurs.

Les reliques de saint Louis d’Anjou sont trouvées sur une indication obtenue par les pillards, dans une maison de la ville où elles avaient été mises à l’abri avant l’attaque. Le roi les fait transporter sur ses navires. La chaîne qui barre l’entrée du port est également enlevée. Ces trophées sont déposés dans la cathédrale Sainte-Marie de Valence.

Malgré diverses interventions, ces prises de guerre demeurèrent en Espagne. Cependant en 1956 l’archevêque de Valence Marcelino Olaechea y Loizaga et l’archevêque de Marseille Jean Delay trouvèrent un compromis : deux vertèbres du saint furent ramenées à Marseille le 24 juin 1956 et placées dans l’église Saint-Ferréol où se trouvait auparavant une église des Templiers. Les deux vertèbres ont été volées en 1993 et jamais retrouvées.


cours-saint-louis-marseille

Retour du tramway sur le Cours depuis mai 2015

Sur le cours, au 19ème siècle, la vie était animée grâce à ses marchés, notamment la première foire aux santons qui eut lieu le 4 décembre 1803 sur le cours.

Tout aussi réputés, ses 18 petits pavillons en fonte construits d’après les plans de l’architecte Pascal Coste où on vendait des fleurs. De 1847 à 1968 leurs étals colorés ont fait le bonheur des passants et les artistes de l’Alcazar ne manquaient jamais d’y acheter une rose porte-bonheur avant d’entrer en scène. Un seul existe encore aujourd’hui, chargé d’histoire, La Quique.

Depuis la rue de Rome, de gauche à droite on peut observer l’axe Porte d’AixObélisque de Mazargue, qui est l’une des plus longues perspectives d’Europe.

Aujourd’hui, même si on ne se souvient plus de l’Histoire, le Cours Saint Louis n’en demeure pas moins un lieu de passage et les travaux de rénovation qui ont suivi la réinstallation du tramway ont permis de lui donner une nouvelle jeunesse.

A l’angle du Cours et de la Canebière se trouve le plus ancien bâtiment du secteur, La Maison du Figaro réalisé par Jean-Claude Rambot en 1675.

Depuis mai 2015, la ligne 3 du Tramway fait son retour et traverse le Cours St Louis comme dans les années 1900.


SOURCES marseilleforum.com / coco & Marseille Tourisme & Wikipédia
PHOTOS Hôtel St Louis & Dominique Milherou Tourisme-Marseille.com

FICHE A SUIVRE
Avis
Soyez le premier à donner votre avis !
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches