Congrégation des Sœurs Marie Immaculée et le Père Dassy 8 Montée de l’Oratoire, 13007 Marseille
2313

Le 6 avril 1858, année des apparitions de la Vierge Marie à Lourdes, était créée à l’initiative du père Louis-Toussaint Dassy (1808-1888) et de Marie Bouffier (1836-1920) cette oeuvre toujours existante au service des personnes porteuses de handicaps. Les enfants aveugles seront accueillis en premier puis, en 1879, les enfants sourds viendront s’ajouter dans les bâtiments qui s’échelonnent de la rue Dassy à la montée de l’Oratoire. Cette congrégation a permis la création de l’Institut Régional des Sourds et des Aveugles de Marseille, association loi 1901 reconnue d’utilité publique, appartenant au secteur médico-social.  Elle gère à ce jour 25 établissements ou services en Provence Alpes Côte d’Azur, Auvergne-Rhône-Alpes et à La Réunion. Elle accueille 1350 enfants, adolescents, adultes et adultes vieillissants en situation de handicap et emploie 890 personnes.

Père Louis-Toussaint Dassy et Marie Bouffier

Les fondateurs

Louis-Toussaint Dassy est né le 18 novembre 1808 à Marseille au no 19 de la rue d’Albertas, actuellement rue Francis-Davso. Son père est marbrier. Il est élève au pensionnat Cauvière, établissement réputé de la rue Breteuil, et entre au grand séminaire de Marseille en 1828.

Son frère aîné Jean-Joseph Dassy, se destine aux Beaux-Arts tandis que ses deux autres frères plus jeunes, Pierre et Hippolyte, aident leur père dans son atelier de marbrerie. Trois de ses sœurs se font religieuses.

Expatrié en Suisse romande en raison des événements politiques, il est ordonné prêtre en 1831 à Fribourg chez les Oblats de Marie-Immaculée fondés par Mgr Eugène de Mazenod. En 1834, il est nommé dans l’Isère à Notre-Dame-de-l’Osier où il arrive avec un jeune supérieur, le père Joseph-Eugène-Bruno Guigues qui sera le premier évêque missionnaire de la congrégation au Canada ; c’est là qu’il entreprend ses premières études archéologiques.

Son premier travail est consacré au sanctuaire qu’il desservait et publie en 1837 une monographie intitulée Pélerinage à Notre-Dame de l’Osier. Il s’intéresse ensuite à une antique abbaye, célèbre par son architecture, l’abbaye de Saint-Antoine.

C’est par la publication d’une monographie sur cet illustre monastère, L’abbaye de Saint-Antoine en Dauphiné : essai historique et descriptif, que le Père Dassy entre en maître dans l’étude de l’archéologie et s’y révèle comme un initiateur.

Monument à la mémoire de Dassy dans le Jardin Puget, Marseille

Monument à la mémoire de Dassy dans le Jardin Puget

En 1846, il est appelé à Notre-Dame du Bon Secours dans le Vivarais où il est accueilli par Joseph Hippolyte Guibert, évêque de Vivier et futur archevêque de Paris.

L’année suivante, il est affecté à Nancy et enfin à Bordeaux. C’est dans cette dernière ville qu’une rencontre avec un jeune aveugle déclenchera sa vocation.

De retour à Marseille, il crée avec l’aide de Marie Bouffier, jeune sœur de Mme Hippolyte Dassy, femme de l’un de ses frères, un premier établissement pour venir en aide aux aveugles dans des locaux situés au no 59 du boulevard de la Madeleine, actuellement boulevard de la Libération à Marseille.

Les locaux inaugurés le 8 avril 1858 deviennent rapidement trop exigus et une nouvelle construction est réalisée en bas de la colline Notre-Dame de la Garde près du jardin Pierre Puget.

L’inauguration de ce nouvel établissement qui prendra le nom d’Institut des jeunes aveugles « l’arc en ciel », est effectuée le 6 avril 1860. L’abbé Dassy crée des œuvres identiques à Toulouse et Lyon.

En 1858, il est élu à l’Académie de Marseille où son frère Joseph, peintre et conservateur du musée, l’avait précédé. Il prononce son discours de réception le 30 mai 1858 et le président Clapier lui répondra. Il en devient secrétaire perpétuel en 1866 et en écrit l’histoire.

En voyage à Cauterets il y meurt le 23 août 1888. Sa dépouille est placée dans le caveau de la chapelle de l’établissement qu’il a créé ; un monument funéraire sculpté par Henri-Édouard Lombard le représente agenouillé.

Louis-Toussaint Dassy est nommé chevalier de la Légion d’honneur le 23 janvier 1886. Une place de Marseille du 13e arrondissement porte son nom et un monument à sa mémoire sculpté par Alexandre Falguière est érigé en 1892 dans le jardin Pierre Puget à Marseille : il représente l’abbé Dassy posant une main sur l’épaule d’un petit garçon et tenant de l’autre un livre, tandis qu’à ses pieds une fillette aveugle est assise, un livre ouvert sur les genoux.


Quant à Marie Bouffier, elle est née le 30 septembre 1836 à Marseille. Sa famille habite à proximité de la famille Dassy et sa sœur ainée a épousé un fils Dassy, Hyppolite. En 1854, lors de la proclamation du dogme de l’Immaculée conception, Marie prend la résolution de se donner à Dieu et de mettre sa vie au service des pauvres. Sa devise sera « je suis pour dieu et pour les pauvres ».

Le père l’appelle pour devenir la sœur aînée des aveugles qu’il va recueillir. Marie assumera avec dévouement ce rôle. Si elle est trop jeune pour devenir la supérieure de la nouvelle congrégation, elle en sera cependant la pierre d’angle.


Pour faire partie de la congrégation les sœurs doivent passer des étapes en commençant par l’appel de la jeune novice qui demande à faire les premiers engagements, puis la prise d’habit et la remise des insignes religieux. La jeune sœur reçoit le voile et la Croix et son nom de Religieuse. La jeune sœur fait ensuite ses premiers d’engagements « Vœux de Chasteté, Pauvreté, Obéissance ».

La jeune sœur signe ses Engagements qu’elle vient de prononcer devant les témoins de l’Église, dans le registre de la Congrégation, en présence de la Supérieur générale.

L’article 4 de la charte de la Congrégation définit ce qui la caractérise : la conformité au Christ. « Mes enfants, je ne me contente pas avec vous d’une théorie : je veux vous donner un exemple de votre sacrifice pour vous encourager et vous soutenir. C’est Jésus-Christ au Calvaire, sur la Croix et dans l’Eucharistie que je vous donne pour exemple. »

A la suite de Saint Eugène de Mazenid, dont la spiritualité s’articulait autour de cinq axes : intimité avec le Christ, contemplation de la croix, gratuité, amour des plus pauvres et dévotion à Marie, le Père Dassy a laissé transparaître dans sa vie d’Oblat et de Fondateur la ferme volonté de cette identité :

Par une humilité et une obéissance sans faille. Par un zèle gratuit et inlassable auprès des enfants confiés. Par un amour privilégié pour Marie, dont l’immaculée Conception illustre parfaitement l’oeuvre de la grâce.

Pour suivre vraiment le père Dassy, la congréagation indique qu’il faudra « se garder de séparer dans notre vie consacrée ce qui relève plus du charisme, ou plus de la spiritualité. Les deux sont puisés au cœur même du Christ. La spiritualité habite le charisme. Ainsi, à notre tour, nous saurons mettre en oeuvre les qualités concrètes de ce don total« .


SOURCES Congrégation des Sœurs Marie Immaculée & Wikipedia
PHOTOS Congrégation des Sœurs Marie Immaculée & Dominique Milherou Tourisme-Marseille.com

FICHE A SUIVRE
Avis
Soyez le premier à donner votre avis !
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches