Cinéma Variétés, Art & Essais en tout genres depuis 1856 37 Rue Vincent Scotto, 13001 Marseille
6513

Aujourd’hui un cinéma à la programmation majoritairement art et essais, jadis cette salle accueillait le Casino Musical, le premier grand café-concert marseillais inauguré en mai 1856. Il devient alors Les Folies Marseillaises en 1878 puis le Théâtre des Variétés inauguré le 8 octobre 1887, la mode privilégiant alors l’opérette et le théâtre de vaudevilles…de cette époque il nous reste aujourd’hui la façade édifiée par l’architecte marseillais Joseph Letz (1838-1890). Dans les années 1900, le théâtre est alors considéré comme le meilleur de province. 

Sur la façade à droite, figure le profil de Jacques Offenbach (1819-1880), compositeur du Second Empire et à gauche, Alexandre Dumas fils (1824-1895), auteur de pièces. Les deux médaillons, couronnés d’une lyre et reposant sur du chêne et du laurier, sont vraisemblablement l’œuvre du sculpteur Stanislas Clastrier (1857-1925).

Le discours se poursuit ensuite par l’évocation de quelques noms : le compositeur d’opérettes Robert Planquette (1848-1903), le librettiste Joseph Méry (1798-1866) et le dramaturge Léon Gozlan (1803-1866), ces deux derniers étant Marseillais.

Mais les modes changent. En 1906, pour lui donner une nouvelle jeunesse, l’architecte Joseph Huot transforme et agrandi l’intérieur du théâtre en music-hall.

Il devient alors le Variété-Casino où l’on programme, dans les premiers temps, des opérettes précédées d’un concert ; rapidement toutefois, on évolue vers la revue légère.

Dans les années 1920 et 1930, l’opérette y règne sous toutes ses formes : classique, française, américaine, viennoise et…marseillaise.

Le public s’enflamme pour José Janson, André Baugé, Reda Caire.
A partir de 1937-1938, les Variétés se consacrent au cinéma, tout en invitant, de temps à autre, le music-hall et la chanson (Fernandel, Montand, Piaf) qui, au cours des années 50, reprennent une place plus importante avant de céder définitivement la place au cinéma tout public en 1958, classé x en 1975.

Le déclin amorcé ne s’achève qu’à la fin des années 1990 lorsque le cinéma pornographique des Variétés cède la place à un cinéma art et d’essai dont le succès avec celui du César entraînera la fin des 4 salles du cinéma Le Paris.

Un nouveau décor est alors plaqué sur la façade de 1887 : le nom des lieux s’affiche désormais en néons roses fluorescents et un œil lumineux enserre l’effigie de Dumas, symbole d’un regard nouveau sur le septième art.

Le cinéma de l’Alhambra, situé à l’Estaque et le Gyptis (labélisé en 2016) sont alors les seuls cinémas art et essai de Marseille.

Le CNC a publié en novembre 2013 sa liste des labellisés et les Variétés-César tous deux gérés par Galeshka Moravioff n’y figurent pas.

Si ces établissements remplissent largement leurs salles, les critères indispensables pour obtenir le label n’ont pas été réunis.

Outre la vétusté des locaux, l’indice automatique qui doit indiquer la proportion de films art et essai par rapport à l’ensemble des œuvres diffusées s’est avéré insuffisant.

Fin 2016 le groupe Bastille Saint-Antoine qui possède les cinémas d’arts et d’essais Variétés et César a été placé en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Paris alors qu’il accumulait une dette dépassant les deux millions d’euros.

En décembre 2016 la société Ymagis de Jean Mizrahi, une société spécialisée dans l’équipement numérique des salles de cinéma, a souhaité reprendre les salles en y apportant une nouvelle dynamique avec des travaux de rénovation et d’amélioration du son et de la projection.

Rouvert en juillet 2019 après un an de travaux l’établissement, porteur des labels Jeune Public, Recherche & Découverte et Patrimoine, possède sept écrans dont deux dotés de la technologie Eclair Color. Les salles ont toutes été refaites pour proposer un meilleur confort. La façade longtemps de teinte rosée a pris lors de ces travaux une couleur plus beige.

L’arrivée en 2021 du complexe de cinéma Artplexe sur le haut de la Canebière pourrait s’annoncer comme un danger mais Philippe Dejust son gérant assure ainsi vouloir travailler avec Jean Mizrahi, l’exploitant des Variétés, pour que chacun trouve sa place.

Découvrez la programmation du moment


SOURCES Plaque devant le cinéma & Marseilleforum.com & Marsactu.fr & Marseillesculptée & AFP & Les Variétés
PHOTOS Dominique Milherou Tourisme-Marseille.com & Les Variétés

Avis
Soyez le premier à donner votre avis !
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches