Château de la Reynarde, le Refuge La Reynarde, 13011 Marseille
3576

Le château de La Reynarde a été construit au XVIIIe et XIXe siècle. C’est un ancien fief médiéval aménagé en bastide au XVIIIe siècle, avec bâtiment principal, chapelle, dépendances, parc paysager. La rénovation du château a été réalisée vers 1850 et les derniers aménagements des extérieurs datent de la fin du XIXe siècle. Propriété d’une association, la demeure est inscrite à l’inventaire des Monuments Historiques depuis 1996.

Pendant la deuxième guerre mondiale

Fin octobre 1940, le consulat est débordé par le nombre de demandeurs d’un hébergement et Gilberto Bosques décide d’ouvrir des résidences-refuges. Il choisit le château de La Reynarde, vaste propriété située à Saint-Menet entourée d’un parc de 44 hectares. A partir de la mi-novembre 1940, quelques dizaines de réfugiés espagnols commencent à s’installer sur place et se mettent au travail afin de remettre en état le château et ses dépendances.

Un rapport du service des étrangers de la Préfecture indique qu’à la date du 27 novembre 177 hommes sont hébergés. Au siège du consulat, 15 cours-Joseph-Thierry, un système d’admission est mis en place. Évadés des camps, expulsés du département où ils étaient arrivés, réfugiés de la zone occupée, tous affluent vers ce refuge.

Trois semaines après son ouverture, le château de La Reynarde accueille plus de 800 hommes : agriculteurs, artisans, magistrats, ouvriers, universitaires, etc.

Le drapeau mexicain qui flotte à l’entrée du château signale le statut diplomatique du lieu et – en principe – l’impossibilité pour la police d’y pénétrer sans autorisation préalable. De fait, les autorités vont respecter ce statut diplomatique pendant quelques mois.

Les deux châteaux (la Reynarde et Montgrand) deviennent également des lieux de vie, avec écoles et infirmeries. Des fêtes enfantines, des concerts, des matchs de football y sont organisés).

La fermeture de La Reynarde : en novembre 1941, la préfecture de Marseille avertit le consulat qu’à compter du 1er décembre il ne pourra plus disposer du château de La Reynarde et qu’il doit le vider de ses occupants sans tarder.

Le motif invoqué est le rachat de la propriété par la Compagnie d’électricité de Marseille. Cette opération présente l’avantage de supprimer un refuge pour « indésirables » de plus en plus mal supporté par le régime pétainiste comme par les autorités allemandes.

Pendant quelques jours, la plus grande partie des hommes peuvent trouver refuge dans des baraques du château de Montgrand, mais, le 11 décembre 1941, les gendarmes et gardes mobiles investissent aussi cette résidence et emmènent  300 hommes pour les incorporer à des groupes de travailleurs.

Le sursis dont bénéficie le château de Montgrand n’excède pas quelques mois : en mai 1942, Gilberto Bosques est prévenu que la location devant s’achever le 30 juin ne sera pas renouvelée. Montgrand ferme à son tour et n’est plus sous la responsabilité du Mexique. Le Secours national autorise quelques réfugiés à y demeurer durant l’automne 1942.


Aujourd’hui

La maison accueille à présent un centre d’accueil et d’accompagnement de 70 enfants, adolescents et jeunes majeurs dans le cadre des mesures de protection sociale et d’aide à l’enfance.

Objectifs :
– Accompagnement éducatif au quotidien
– Accompagnement vers l’insertion sociale, scolaire et professionnelle
– Accompagnement vers la réinsertion familiale
– Travail en étroite collaboration avec les familles dans une approche de coéducation
– Travail en collaboration avec les différents partenaires institutionnels (Conseil Général, tribunal, Education nationale)
– Adapter au mieux nos accompagnements éducatifs aux situations.


SOURCES museedelaresistanceenligne.org & chateau-fort-manoir-chateau.eu & amsp-asso.fr
PHOTOS
Rvalette & © Collection famille Bosques Droits réservés

FICHE A SUIVRE
Dominique Milherou
Avis
Soyez le premier à donner votre avis !
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches