Camp Victor Hugo, 600 Réfugiés Russes et Arméniens Saint Lazare, 13003 Marseille
1101
Arrondissement : 3ème

L’arrivée massive de réfugiés arméniens en France, dès 1922, est étroitement liée aux bouleversements géopolitiques survenus au Proche-Orient, notamment à l’évacuation de Smyrne, en septembre 1922, et l’entrée des Turcs kémalistes en Cilicie, après le retrait de la France. Environ 58 000 réfugiés arméniens débarquent alors dans le port de Marseille entre 1922 et 1924 ; beaucoup vont s’établir dans des camps de fortune dont 600 au Camp Victor Hugo tout près de la Gare Saint-Charles.

Camp Victor Hugo, Refuge pour Réfugiés Arméniens, Marseille

Tracé du Camp sur une carte actuelle

Entre le 1er août et le 18 septembre 1923, 3 369 réfugiés arméniens débarquent à Marseille. Ils s’ajoutent aux Russes déjà présents depuis 1921. Avant leur débarquement, les passagers restent trois jours au Frioul pour satisfaire aux opérations de désinfection qui, faute de personnel, se résument à un épouillage et une douche.

Les vaccinations ne peuvent être effectuées par la dizaine d’auxiliaires complètement dépassées par cet afflux.

Une fois admis à gagner le continent, les émigrants doivent se loger. Les passagers de l’Albano sont dirigés sur le camp Oddo mis à la disposition des réfugiés en 1922. Bien que les effectifs soient limités à 2 500 places, le camp compte 3 369 personnes en septembre 1923 avant l’arrivée des passagers de l’Albano et du Caucase.

Le camp sainte Marthe, destiné à recevoir les troupes de passage ou les jeunes recrues héberge en 1923 cinq cents réfugiés de Smyrne.

Camp Victor Hugo, Refuge pour Réfugiés Arméniens, Marseille

Photo de classe d’une école du camp

Quant au camp Victor Hugo, situé autrefois sur une zone comprenant une partie de l’actuelle gare Saint Charles, l’Espace Fernand Pouillon de l’Université Aix-Marseille et le Hall Castel, il abrite six cents réfugiés russes et arméniens en 1923.

En juin 1925, il reste au camp Victor Hugo une centaine d’enfants, 279 adultes et vieillards.

Dans l’esprit des autorités municipales, Marseille ne peut être qu’un lieu de transit.

Il n’est donc pas question d’aménager un camp pour émigrants qui fixerait à Marseille une population que l’on souhaite voir partir.


SOURCES www.archives13.fraram
PHOTOS Collection aram

Avis
Soyez le premier à donner votre avis !
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches