Abattoirs Saint-Louis, 1ère Cité des Arts de la Rue et 2ème Chance Place des Abattoirs, 13015 Marseille
1357

Les anciens abattoirs de Marseille sont inaugurés en 1894 dans le quartier de Saint-Louis. C’était alors un lieu stratégique permettant d’alimenter en viande toute la région. En 1989, pour des questions d’hygiène, la municipalité décide de les déplacer dans un nouveau complexe à Saumaty. Saint-Louis devient alors jusqu’en 2010 la première version, en mode non officielle, de la future Cité des Arts de la Rue. Les abattoirs deviendront pendant 11 ans un espace destiné à la création, hébergeant de nombreux artistes de rue dans des lieux encore imprégnés de l’odeur des carcasses et du sang, à proximité de crochets encore en place et de poils tapissant les sols !

La tour de l’horloge toujours présente aujourd’hui

Lors du départ des abattoirs pour Saumaty, les bâtiments sont à ce moment là toujours en place quoique totalement laissés à l’abandon. Seule la grande halle a été détruite. Les lieux sont alors annexés par des compagnies de spectacle, des troupes de théâtre, des troubadours, des gens de cirque.

Le site est métamorphosé…mi-squat, mi-lieu onirique, regorgeant de roulottes, d’objets recyclés en œuvres d’art, de décor de théâtres, de caravanes et même de jardinets.

Le site abritait une salle spéciale pour accueillir des artistes de passages appelée « l’ambassade » et les artistes se réunissaient autour des grandes tablées de « la cantine ».

Le site en 2016 avant sa destruction

Un projet de 1986 signé Souilah-Edib de l’Ecole nationale d’architecture de Marseille-Luminy imaginait transformer les lieux en établissement culturel à l’échelle de la ville intégrant un musée d’archéologie industrielle, le relais de la cité des sciences et techniques de La Villette de Paris pour la région et une structure d’enseignement lié aux technologies nouvelles.

Dès 1995, des artistes ont milité pour obtenir une Cité des Arts de la Rue.

En 2006, le site des abattoirs est choisi pour accueillir la future grande mosquée de Marseille et les occupants se voient dans l’obligation de partir.

Une Mosquée qui ne verra finalement jamais le jour…la première pierre sera posée en 2010, mais en septembre 2016 la ville résiliera le bail du terrain.

L’abattage des moutons pour l’Aïd-el-Kébir a été réalisé pendant 30 ans sur ce site à l’intérieur de la grande halle puis sous un chapiteau après sa destruction.

Le projet de grande Mosquée

Une partie du site des abattoirs se transformera en 2001 avec le projet de l’école de la deuxième chance.

Marseille se revendique comment était la première ville en Europe à avoir créé ce type de structure pour proposer aux jeunes de plus de 18 ans, qui ont quitté le système scolaire, sans diplôme ni qualification, les moyens d’une réussite professionnelle. Cela concerne 1 jeune sur 5 en Europe.

Marseille Mission Europe a obtenu une subvention FEDER de 5,5 MEuro pour bâtir, avec cette école, une offre de formation attractive : organisation souple, partenariat étroit avec le milieu associatif et le secteur privé, rôle central attribué à l’informatique.

Le grand déménagement vers le nouveau domaine de la Cité des Arts de la Rue aura lieu le 10 octobre 2010, le jour où la compagnie Générik Vapeur a fait ses valises pour les Aygalades.

Ecole de la deuxième chance

Quelques artistes resteront dans les lieux malgré le grand départ….ainsi les abattoirs ouvraient leurs portes de façon non officielle comme pendant Les Journées du Patrimoine en 2014. Vingt graffeurs locaux et quelques artistes extérieurs avaient travaillé sur une exposition collective intitulée « Ici, bientôt ».

Un chantier de démolition d’une partie des anciens abattoirs a été mené en 2016 par la société ORTP pendant une durée de 2 mois avec l’évacuation de 13 100 tonnes de béton.

La première phase de travaux a été le désencombrement et le curage complet du bâtiment dans lequel des dépôts sauvages de toute nature ont été effectués ces dernières années. Certaines zones du bâtiment avaient été incendiées à plusieurs reprises rendant le nettoyage particulièrement compliqué.

Le site des abattoirs poursuit sa lente mutation avec notamment la création d’un village d’entreprises. Du passé des lieux il reste encore la grande et belle horloge avec son inscription « Abattoir et Marchés » et quelques murs et bâtiments entièrement rénovés où encore totalement délabrés dont certains logotés du blason de la ville et de la devise « Massilia Civitas ».


SOURCES lanuitmagazine.commarsactu.fr & culturebox.francetvinfo.fr
PHOTOS Archives & Mappy.fr & ortp.fr


FICHE A SUIVRE
Avis
Soyez le premier à donner votre avis !
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches