Arrondissement : 2ème

55 000 m² de bureaux, une façade vitrée de 17.000 m², 31 étages, 135 mètres de haut… La tour de l’architecte Jean Nouvel est la plus haute du projet des Quais d’Arenc. Elle se place juste derrière la Tour CMA-CGM qui, elle, mesure 147 mètres ; initialement, elle devait se situer également derrière les 140 mètres de la Tour Icade, mais ce dernier projet a été annulé en 2009.

tour-la-marseillaise-marseille-3Symbole de la plus grande opération immobilière privée, seule tour de bureaux disponible à la location face à la mer, La Marseillaise n’est pas un projet comme les autres… Immeuble de grande hauteur (IGH) dessiné par Jean Nouvel, La Marseillaise est la deuxième composante des Quais d’Arenc à voir le jour, après Balthazar, tour horizontale de bureaux aujourd’hui en exploitation.

Plus grand projet mixte privé de France avec 94 000 m2 , Les Quais d’Arenc offrent un nouveau mode de vie aux actifs, résidents et visiteurs, à la verticale comme à l’horizontale. Avec ses 135 mètres de hauteur en front de mer, La Marseillaise sera l’un des éléments fondateurs de la nouvelle façade maritime de la ville.

 

Emblématique par sa conception, sa signature architecturale et sa verticalité, La Marseillaise s’inscrit dans un périmètre en mutation, celui d’Euroméditerranée, qui, depuis 20 ans, imagine sa transformation et rêve son nouveau visage.

tour-la-marseillaise-marseille-5Parmi les futurs occupants, on souligne notamment la présence de :
– Marseille Provence Métropole sur 12 étages (du 4è au 15è ) représentant 15 912 m2 , pour installer 1 000 collaborateurs ainsi centralisés sur un même site
– Orange sur 2 étages (20è et 21è ) représentant 2 165 m2
– Constructa sur 1 étage (27è ) avec 1 378 m2
– La CEPAC sur 1 étage (28è ) avec 1 378 m2 pour installer son centre d’affaires
– La CCIMP avec le WTC Marseille Provence sur 2 étages (29è et 30è ), soit, 2 277 m2 de surface pour installer un business center et le « Provence Business Sky Lounge »

Après douze ans de péripéties, depuis l’acquisition du terrain par Marc Pietri, président de Constructa, la première pierre a été posée le 17 décembre 2014 en présence notamment de Jean Nouvel, l’architecte du projet.

La livraison est prévue au deuxième trimestre 2018 pour un investissement de près de 180 millions d’euros.


Jean Nouvel
tour-la-marseillaise-marseille-2né le 12 août 1945 à Fumel, dans le Lot-et-Garonne, est un architecte français contemporain de renommée internationale au point qu’Angelina Jolie et Brad Pitt ont nommé leur fille Shiloh Nouvel en hommage à l’architecte !

Le Palais de la culture et des congrès de Lucerne, inauguré en 1999, renforce sa notoriété internationale. Lui sont alors confiés la Dentsu Tower de Tokyo, l’extension du Musée Reina Sofía de Madrid, la Tour Agbar de Barcelone et le théâtre Guthrie de Minneapolis. Il reste attaché à la Dordogne, où il réalise le musée gallo-romain de Périgueux, Vesunna, et l’aménagement de l’église Sainte-Marie de Sarlat en marché couvert.

Jacques Chirac le choisit pour bâtir le Musée du quai Branly, inauguré le 23 juin 2006, après 11 ans de travaux et une facture passée de 167 millions à 235 millions d’Euros, à cause notamment des fouilles archéologique rendues nécessaires par la présence de vestiges de l’exposition universelle de 1937.

Ses réalisations font la part belle au métal et au verre, jouant sur la transparence et les effets de lumière. Il travaille régulièrement pour le réaménagement des monuments anciens, comme pour l’Opéra de Lyon ou l’église de Sarlat. Pour autant, il revendique une absence de « style Nouvel », concevant chaque projet comme nouveau, toujours en dialogue avec le contexte du bâtiment.

Sa carrière est récompensée par le Prix Pritzker le 30 mars 2008, Thomas Pritzker soulignant « sa recherche courageuse d’idées nouvelles et sa remise en cause des normes acceptées afin de repousser les limites de son champ d’activité», et lui reconnaissant «  la persistance, l’imagination, l’exubérance et, par-dessus tout, une insatiable envie d’expérimentation ».

tour-la-marseillaise-marseille-4Mais, pour le Temps, en 2011, « alors que son prestige est parvenu au pinacle, son image publique semble ternie. Lui qui exerçait une présence publique stimulante est de plus en plus ressenti par les jeunes architectes français comme un personnage écrasant. […] Contre les critiques, Jean Nouvel se protège par la posture dominante, le coup de gueule et une forme d’isolement.»

Successivement associé à François Seigneur et Gilbert Lézénès en 1972, à Gilbert Lézènés et Pierre Soria en 1981, à Emmanuel Blamont, Jean-Marc Ibos et Myrto Vitart en 1984, et à Emmanuel Cattani en 1989, il fonde son propre atelier en 1994.

À la tête d’une équipe de 150 collaborateurs, il dispose d’agences à Paris, en Espagne, en Suisse et en Italie pour la réalisation de ses derniers projets : la Life Marina à Ibiza, le Louvre Abou Dabi, la gare du Midi à Bruxelles, la Philharmonie de Paris, en complément de la Cité de la musique, la tour de Verre du MoMA à Manhattan.

L’architecte est critiqué pour ses réguliers dépassements de crédits, comme pour le chantier du Musée du Quai Branly, le coût des panneaux rouillés du monolithe du lac de Morat pour l’Exposition nationale suisse de 2002, les travaux de rénovation de la toiture du Palais de la culture et des congrès de Lucerne, la construction de la tour de l’Hôtel de police de Charleroi en 2014, la rénovation et l’extension du Musée d’art et d’histoire de Genève ou encore la construction de la Philharmonie de Paris pour laquelle Jean Nouvel a porté plainte contre la maître d’ouvrage pour n’avoir pas respecté 26 points du dessin original.

Outre l’architecture, il s’intéresse également à la scénographie, en particulier par la rencontre de Jacques Le Marquet en 1976, participant notamment aux expositions « Les Années 50 » au Centre Pompidou en 1988, ainsi que « Le Futur du travail » et « La Mobilité » à l’Expo 2000 à Hanovre.

Il met en scène des spectacles de danse et se charge de la muséographie du quai Branly. À la tête de Jean Nouvel Design, on lui doit aussi de nombreuses créations, dont de nouveaux emballages pour les chocolats Cailler Nestlé, en 2006, critiqués pour leur esthétique et le caractère non écologique du plastique employé, puis abandonnés à cause de la chute des ventes.


SOURCES Wikipédia & Dossier de Presse Constructa
PHOTOS AJN Ateliers Jean Nouvel

Dominique
Avis
Pas d'avis pour le moment. Vous souhaitez être le premier ?
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches