Arrondissement : 8ème

Avec ces 109 mètres d’altitude le sémaphore de Callelongue, construit en 1864, était un post de guet chargé de surveiller les approches maritimes. Batterie armée en 1939, refuge du Club alpin français puis à l’abandon plus de 25 ans, l’établissement a bénéficié en 2016 d’une rénovation très importante qui devrait lui permettre de devenir la porte d’entrée emblématique du Parc National des Calanques avec de nouvelles fonctions encore à définir.

Le site en 2015

Une première mention d’un point de garde sur le massif remonte à 1302 : le Farossium in loco de Masselhaveyra. Il s’agit de la vigie qui fait face à l’île de Riou, et qui se trouve au sommet à une altitude de 432 mètres. Elle fut utilisée jusqu’en 1814.

Il y avait deux guetteurs qui communiquaient avec la Turris de Gardia et le farot de Riou. La Vigie de Marseilleveyre est souvent dans la brume des entrées maritimes ou dans les nuages venant de l’est.

En 1864, elle fut remplacée par le sémaphore de Callelongue et transformée en refuge du Club alpin français.

À sa création en 1806 par Louis Jacob sous Napoléon Ier, le sémaphore était un poste de défense établi sur la côte, chargé de surveiller les approches maritimes et de signaler par signaux optiques toute activité ennemie (le mot sémaphore vient du grec sema : signe et phoros : qui porte).

semaphore-de-callelongue-marseille

Dans la deuxième moitié du xixe siècle, les sémaphores sont avec leur capacité télégraphique conçus comme un canal de communication, le seul pour l’époque en tout point de la côte entre les navires et la terre, notamment les armateurs.

D’ailleurs, les sémaphores étaient des bureaux télégraphiques à part entière. L’aspect de surveillance complète ce rôle central :

« Chaque poste sémaphorique est un œil – et un œil vigilant – ouvert sur la mer pour voir tout ce qui s’y passe. »

De par sa position stratégique le sémaphore de Callelongue fut occupé par les allemands pendant la seconde guerre mondiale.

En 2015

La batterie de semonce du sémaphore de Croisette était armée en 1939 de 2 canons de 95 Mle 1888 sur affût Mle 1904.  Il a été désarmé à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Il a été ensuite pendant 25 années à l’abandon, victimes de plusieurs incendies et abondamment tagué.

En 2016 des travaux ont démarré pour faire de ses 120 m² de surface utile soit une porte d’entrée du site classé, un lieu d’accueil et d’information du public, un hébergement de classes « nature », mais aussi peut-être un poste de secours, de surveillance et de comptage des espèces animales ou encore un local de veille et d’observation pour la lutte contre le braconnage et les comportements illicites.

Le chantier est conduit par Hervé Béguin, chargé de mission « travaux » au Parc national des calanques, et Laurent Guenoun, architecte du patrimoine.


SOURCES Wikipédia & Sudwallsuperforum & La Provence
PHOTOS Dominique Milherou Tourisme-Marseille.com

FICHE A SUIVRE
Dominique
Avis
Pas d'avis pour le moment. Vous souhaitez être le premier ?
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches