Catégorie : Ports & Marinas
Arrondissement : Autour de Marseille

Du Moyen-Âge à l’époque moderne, les hameaux de Niolon ont été habités par des agriculteurs et pêcheurs…aujourd’hui les plongeurs et les randonneurs viennent aussi profiter de ce cadre authentique situé sur la commune du Rove à environ 20 km au Nord-Ouest de Marseille, entre l’Estaque et Carry-le-Rouet. Ce charmant petit village bénéficie d’une implantation privilégiée à l’abri du mistral, au centre d’une calanque, au bord d’une eau cristalline et au cœur du parc marin de la côte Bleue avec une vue spectaculaire sur la rade de Marseille et le Frioul

Niolon, Village, Port et Calanque, Côte Bleue, MarseilleL’accès à la calanque par la route se fait par une voie serpentant à travers de la garrigue puis se scindant en deux. D’un côté l’on rejoint la Vesse de l’autre l’on accède à Niolon.

Le village est principalement constitué par le 1er centre de plongée implanté en France, l’UCPA (centre fédéral FFESSM). Il occupe un ancien fort militaire (Fort bas) construit en 1860 mais qui remonterait à l’origine à une décision de Louis XIV. En 1665, à la demande du Roi, 5 hommes et 5 femmes de Carry-Le-Rouet auraient été désigné pour débuter les travaux de la batterie basse de Niolon. Ce fut la naissance des batteries d’artillerie qui allaient encadrer la rade de Marseille.

Destinée à barrer la route du mouillage de l’Estaque, la batterie fut terminée en 1702 puis reconstruite en 1811. Elle sera appuyé par la Batterie haute de Niolon dès 1884 puis occupée par les Allemands lors de la Seconde Guerre mondiale et équipée de canons. Elle fut ensuite réaménagée en 1974 pour accueillir le centre de plongée de l’UCPA qui présente la particularité d’abriter certaines chambres dans les anciens bunkers !

Quelques habitations et commerces (restaurants, bars, auberge…) complètent le tableau.

D’autres constructions militaires, dont le Fort de Niolon construit en 1884 surplombent le village et offrent un point de vue remarquable.

Le village de Niolon de part son « Chemin des douaniers est le point de départ idéal pour des randonnées en direction soit de l’Estaque, soit de Méjean. Si vous souhaitez profiter rapidement d’un bain de mer sans marcher jusqu’aux calanques du Jonquier ou de l’Everine, le port de Niolon a la particularité de proposer une aire de baignade (non officielle) très agréable.

Les fonds sous-marins de la côte bleue sont réputés pour posséder de très beaux spots de plongées. Depuis 20 ans, de nombreux récifs artificiels ont été installés, des réserves marines ont vu le jour dont une devant la calanque. Les fonds marins sont composés de corail rouge, langoustes, galathées, poulpes, congres, nudibranches…

Fin 1982, une zone marine protégée de 85 hectares est créée sur le littoral entre le port de Carry-le-Rouet et le cap de Nantes. Toutes les formes de pêche y sont interdite, ainsi que la plongée en scaphandre et le mouillage de bateaux. En 1996, la zone marine protégée zones marines de 210 hectares est créée devant le cap Couronne, débutant à environ 50 m. de la côte, avec les mêmes interdictions.

En novembre 2015, une large zone maritime, entre La Couronne à l’ouest, l’Estaque à l’est et un point au large au sud, est classée en zone de protection spéciale (Natura 2000), sous le nom de « Côte Bleue Marine ». Les falaises de Niolon sont également classées comme site Natura 2000.

Calanque de Jonquier

La végétation naturelle autour du village est constituée essentiellement de garrigues, puis de prairies de brachypode rameux.

La végétation est clairsemée dans certaines zones arides en raison de la pente ou de l’absence de sol, plus dense et uniforme dans d’autres zones. Les anciens massifs de pins (pin d’Alep) ont été dégradés au xxe siècle par l’extension agricole, les feux de forêt et le sur-pâturage des chèvres.

Les espèces de cette végétation semi-désertique sont des arbustes (chêne kermès, romarin, argelàs, genévrier…) et des plantes herbacées méditerranéennes (hélianthème à feuilles de lavande, thym).

En raison de la végétation clairsemée, la diversité des espèces animales est réduite en comparaison d’autres massifs littorales provençaux. Les espèces d’intérêt patrimonial répertoriées sont essentiellement des animaux vivant en milieu ouvert ou rocheux : aigle de Bonelli, traquet oreillard, faucon pèlerin, martinet pâle, lézard ocellé, etc.

L’accès au village peut se faire soit par la route en  descendant jusqu’au parking de la gare de Niolon (situé à droite avant de passer sous le viaduc) soit en train via la ligne de la Côte bleue. L’accès est interdit aux véhicules de mai à août les week end et jours fériés.


SOURCES Wikipedia
PHOTOS Dominique Milherou Tourisme-Marseille.com


FICHE A SUIVRE
Avis
Il n'y a pas d'avis pour le moment. Pourquoi ne pas être le premier ?
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches