Arrondissement : 7ème

C’est dans le cadre des cérémonies commémoratives de la Libération de Marseille au Char Jeanne d’Arc, le dimanche 24 août 2014, qu’a été inauguré le Monument de la Koumia à la gloire des Goumiers Marocains morts pour la France et le Maroc et en hommage à l’ensemble des combattants ayant libéré la Ville de Marseille.

Monument de la Koumia, Marseille

C’est La Koumia, association, à but non lucratif, des anciens des goums marocains et des affaires indigènes en France qui a fait don de ce monument à la Ville de Marseille.

Cette donation se compose de cinq stèles de mêmes dimensions en grès émaillé sur un support en inox brossé, sur lesquelles sont inscrits les noms de plus de quatre cents Goumiers morts pour la France.

Cette donation est consentie dans le cadre de l’installation de ce monument dans le jardinet contigu au char Jeanne d’Arc situé sur la place du Colonel Edon dans le 7ème arrondissement de Marseille


Monument de la Koumia, MarseilleLes goumiers marocains étaient des soldats appartenant à des goums, unités d’infanterie légères de l’armée d’Afrique composées de troupes autochtones marocaines sous encadrement essentiellement français. Ces unités ont existé de 1908 à 1956.

D’abord supplétifs, puis réguliers, les goumiers se sont surtout illustrés lors de la Seconde Guerre mondiale, entre 1942 et 1945, période au cours de laquelle les quatre groupements de tabors (régiments), les tabors (bataillons) et goums (compagnies), principalement sous les ordres du général Guillaume, ont obtenu, entre 1942 et 1945, dix-sept citations collectives à l’ordre de l’armée et neuf à l’ordre du corps d’armée1, puis en Indochine de 1946 à 1954.

En août 1944, environ dix mille goumiers participèrent aux opérations de la 1re armée française dans le sud et l’est de la France. « Jamais la route des Maures n’a autant justifié son nom » écrira le maréchal de Lattre.

Les 1er, 2e et 3e GTM jouèrent un rôle important dans la libération de Marseille en août 1944 et furent cités à l’ordre de l’Armée.

À l’issue de la prise de Marseille, le général Guillaume, leur chef, prenant le commandement de la 3e DIA, confie le commandement des goums marocains à son second et camarade de promotion de Saint Cyr, le colonel Hogard. C’est lui qui les conduit ensuite dans les Alpes en automne puis dans les Vosges lors des combats meurtriers de l’hiver 1944-1945 et jusqu’en Allemagne.


SOURCES fmdl13.fr & Mairie de Marseille & Wikipédia
PHOTOS fmdl13.fr & Wikipédia

FICHE A SUIVRE
Avis
Il n'y a pas d'avis pour le moment. Pourquoi ne pas être le premier ?
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches