Arrondissement : 1er
Monument à Homère par Etienne Dantoine, Marseille

Émile Henry, La Place d’Aubagne, aquarelle, fin XIXe

Ce monument de 1803, situé au croisement de la rue d’Aubagne et de la rue Moustier, est constitué d’un socle et d’une colonne antique provenant de la crypte de l’abbaye Saint Victor. Elle est surmontée d’un buste signé Etienne Dantoine évoquant le passé grec de Marseille avec cette représentation d’Homère, poète de la fin du viii siècle av. J.-C à qui l’on doit le célèbre l’Iliade et l’Odyssée. A sa création l’oeuvre est à la fois décorative et utile, elle sert de fontaine alimentant un lavoir…mais celui-ci sera supprimé en 1898 générant trop de nuisances sonores à cause des  » disputes entre les mégères » qui fréquentent alors le lieu !

Le préfet Charles Delacroix souhaitait ériger un monument pour « les descendants des Phocéens à Homère ». Cette fontaine vient s’ajouter en 1803 à un lavoir déjà existant. Une inscription sur le piédestal, à la gloire des consuls et du préfet, a été retirée en 1814. Le lavoir disparaîtra en 1898 puis le bassin rond entourant la colonne en 1920.

Un artiste du quartier a, en octobre 2013, déguisé la statue en Homer Simpson (Hommage à Homer) redécorant toute la structure. La statue est parfois customisée par des collectifs de la rue d’Aubagne.

Né à Carpentras, Étienne Dantoine vient à Marseille en 1747 et travaille le dessin et le modelage à l’Académie de peinture tout en faisant son apprentissage chez un faïencier.

Après un séjour à Rome où il remporte le prix du Capitole, il rentre en France et exécute le Monument funéraire de Mgr d’Inguimbert (1774) placé dans le chœur de la chapelle de l’Hôtel-Dieu de Carpentras.

Il exécute ensuite le groupe monumental de la fontaine des Trois Grâces (1776) à Montpellier et à cette occasion reçoit une pension viagère accordée par la ville de Montpellier.

Il part ensuite à Paris où il se marie et revient à Marseille et s’installe rue Paradis.

Monument à Homère par Etienne Dantoine, Marseille

Des malheurs frappent bientôt l’artiste : sa femme meurt et la ville de Montpellier cesse de lui payer sa pension viagère.

Dantoine se fait remarquer aux expositions de l’an VIII (1800) et de l’an XI (1803) avec un projet de monument public représentant le Languedoc sous la forme d’un Génie reliant l’Océan et la Méditerranée, allusion au canal des deux mers.

Il expose aussi une Boule du monde sur laquelle reposent la Justice, la Sagesse et la Prudence. En 1806 il sculpte le Cénotaphe du général Desaix, composé d’une urne funéraire en marbre à sommet d’une colonne de granit, érigé à l’origine sur la colline Bonaparte, actuel jardin Pierre Puget. Ce monument a été déplacé au château Borély.

En 1799 il est reçu à l’Académie de Marseille. Après sa mort survenue le 23 mars 1809, M. Simon-Célestin Croze-Magnan rédige une note historique sur Dantoine et Giry, peintre, morts dans le courant de la même année, qu’il lit au cours de la séance publique de l’Académie de Marseille tenue le 26 août 1801.



FICHE A SUIVRE
Dominique
Avis
There are no reviews yet, why not be the first?
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches