L’histoire de La Marseillaise, chant révolutionnaire chanté par les Fédérés marseillais pendant leur voyage vers Paris en 1792, n’avait jamais été mise en valeur par la ville de Marseille. C’est désormais chose faite avec la réhabilitation du « Club des Jacobins » et la mise en place d’un parcours-spectacle retraçant son histoire.

memorial-de-la-marseillaise-marseilleIl s’agissait de réhabiliter le bâtiment situé 23-25 rue Thubaneau, dans le quartier Belsunce. Tour à tour, il accueillit le Jeu de Paume au XVIIe siècle, puis un théâtre et, à partir de 1790, il fût le siège du Club des Jacobins.

C’est de là que partirent les Fédérés marseillais pour le Palais des Tuileries à Paris en 1792, entonnant le chant de l’Armée du Rhin qui deviendra ensuite La Marseillaise.

A l’abandon après avoir accueilli des bains maures, l’immeuble a été complètement rénové, afin de créer un lieu de mémoire autour de l’hymne national. Il est officiellement ouvert depuis le 8 mars 2011.

Un dispositif de type « parcours-spectacle », basé sur des décors et des artifices du multimédia et du théâtre, plonge le visiteur dans un voyage dans le temps et dans l’espace.

Dans les trois salles qui composent cet espace baigné de lumière tamisée, les couleurs nationales s’affichent un peu partout et l’hymne immortel créé par Rouget de Lisle en avril 1792 est décliné en plusieurs langues. C’est dire que la dimension pédagogique et citoyenne est au centre de ce projet qui s’appuie sur de nombreux dispositifs multimédias.

Pour l’anecdote ce chant, initialement écrit pour l’armée du Rhin, deviendra progressivement la Marseillaise par l’enthousiasme conjugué d’un corps de volontaires Marseillais qui le chantèrent à tue-tête jusqu’à Paris, en juillet 1792. Déclarée hymne national en 1795, elle ne le redeviendra, après bien des interdictions, qu’en 1879 (sous la présidence de Jules Grévy).

Pour autant, la part de l’histoire est ici assez ténue et les objets d’époque bien plus parcimonieux que les fac-similés et autres artefacts technologiques.

La logique envahissante du spectacle a, néanmoins, du bon lorsqu’elle nous permet d’admirer la sublime robe tricolore que le couturier Azzedine Alaïa conçût pour la soprano américaine Jessye Norman, vedette incontestée des célébrations du bicentenaire de notre révolution, en 1989.


memorial-de-la-marseillaise-marseille-4Un musée en difficulté depuis sa création

Selon Marsactu.fr « ce projet cher à Jean-Claude Gaudin, le Mémorial de la Marseillaise, en délégation de service public depuis 2011, passe en régie directe en 2014. Dans une délibération du conseil municipal en décembre 2013, l’adjoint à la culture Daniel Hermann a proposé de récupérer en régie publique la gestion du lieu à partir du mois de mars 2014. Aucune structure privée n’a en effet candidaté pour se voir attribuer la nouvelle délégation de service public.

Pour mémoire, ce mini-musée souffre depuis sa création en mars 2011 d’une fréquentation très faible, trois fois inférieures à celle attendue. Le délégataire, Vert Marine, plus habitué à gérer des piscines et des patinoires, a dû supporter une perte annuelle de 80 à 100 000 euros ».

Le Conseil municipal de décembre 2013 a voté le rattachement du Mémorial de la Marseillaise au Musée d’Histoire de Marseille.


SOURCES marseille.fr & touma.fr – Jacques Lucchesi & Marsactu / Clémentine Vaysse
PHOTOS Dominique Milherou Tourisme-marseille.com & Vert-Marine

Dominique
Avis
Pas d'avis pour le moment. Vous souhaitez être le premier ?
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches