Arrondissement : 7ème

Ce bâtiment historique installé en 1883 sur la corniche de Marseille est un appareil unique au monde dont la spécificité est de comprendre une partie « totalisatrice », c’est à dire un intégrateur mécanique permettant de calculer facilement le niveau moyen de la mer sur une période donnée…Ce niveau moyen a été adopté comme l’altitude zéro de référence français. Les observations marégraphiques depuis 1884, à part quelques interruptions pour maintenance, constituent à ce jour une des plus longues séquences d’observations dans le monde du niveau de la mer. À ce titre elles intéressent la communauté scientifique (océanologues, climatologues, …), notamment comme paramètre dans les nombreux modèles mathématiques permettant de prévoir l’évolution du niveau des océans. Classé monument historique depuis 2002, le marégraphe avait besoin en 2018 d’une sérieuse réfection et notamment d’une révision de son instrument. La somme de 60 000 euros nécessaire sera réunie via des dons et par une aide du conseil régional.

Le Marégraphe de Marseille, le Niveau Zéro, Anse Calvo, 13007 MarseilleÀ Marseille, un premier marégraphe est établi entre 1849 et 1851 par l’ingénieur hydrographe Rémi Chazallon dans le port de La Joliette.

En 1884, la Commission du nivellement général de la France fait construire le long de la Corniche cet observatoire permanent connu sous l’appellation « Marégraphe de Marseille ». L’objectif était de fixer le « niveau zéro », l’altitude origine pour la France continentale.

Les mesures marégraphiques ont débuté à Marseille en février 1885. Après douze ans d’observation des variations du niveau de la mer, l’altitude zéro a été déterminée.

La pièce qui « fixe » ce niveau de référence est un rivet de bronze dont la calotte sphérique est constituée d’un alliage extrêmement résistant de platine et d’iridium qui a été enchâssé dans une plaque de granit elle-même scellée dans le rocher à une cote de 1,66 mètre au-dessus du niveau zéro (niveau moyen de la mer, à Marseille, dans l’Anse Calvo, entre 1844 et 1896).

Ce rivet est appelé le « repère fondamental du nivellement général de la France ».

Les marégraphes du XIXe siècle sont des marégraphes mécaniques à flotteur. Un marégraphe, c’est d’abord un puits de tranquillisation où l’eau de mer pénètre mais où l’effet de la houle et des vagues est très largement atténué.

Dans ce puits se trouve un flotteur qui suit les mouvements verticaux de la mer causés par les marées et les changements météorologiques.

Le Marégraphe de Marseille, le Niveau Zéro, Anse Calvo, 13007 Marseille

FMIB 36800 Appereil Enregistreur du Maregraphe Totalisateur de Marseille

Un câble métallique transmet les mouvements du flotteur à l’appareil enregistreur. Un ensemble d’engrenages les communique à un organe scripteur qui trace une courbe des variations du niveau de la mer en fonction du temps.

Un mouvement d’horlogerie commande le déplacement du cylindre porteur du papier. Le diagramme ainsi réalisé est appelé un marégramme.

Le marégraphe fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 28 octobre 2002. Il continue de suivre avec précision les oscillations de la mer et un technicien de l’IGN continue chaque semaine à entretenir le mécanisme et à noter les mesures du marégraphe.

Le marégraphe historique est secondé depuis 1998 par un appareil numérique équipé d’un télémètre. A Marseille, ce télémètre est un appareil à ondes radar. Il émet un court train d’impulsions et détecte le signal réfléchi. Le temps écoulé entre l’émission et la réception du signal est traduit en hauteur d’eau.

le-maregraphe-de-marseille-anse-calvo-corniche-kennedy-13007-marseille

Croquis du Marégraphe

Les données sont stockées dans une centrale d’acquisition, puis transmises en continu, par le réseau téléphonique, au Service hydrographique et océanographique de la Marine (SHOM), responsable de leur traitement et leur diffusion.

Quelques exploitations possibles des observations marégraphiques

– Applications liées au nivellement
– Unification des réseaux de nivellement
– Étude des références verticales et leurs relations (géoïde, ellipsoïde, zéro hydrographique, niveau moyen de la mer…)

Intérêts opérationnels immédiats

– Hydrographie (prédiction de marée, cartes marines, sécurité de la navigation, amélioration des modèles de marée…)
– Applications environnementales (plans de prévention des risques naturels prévisibles, systèmes d’alertes aux ondes de tempêtes et aux tsunamis, validation des modèles climatiques…)
– « Calibration » des mesures des altimètres radars embarqués sur satellite, évaluation et validation des résultats d’altimétrie spatiale
– Études scientifiques à plus long terme
– Compréhension des processus qui engendrent les variations du niveau moyen de la mer (tectonique, subsidence, hydrodynamique…)
– Étude de l’influence de la marée sur les écosystèmes littoraux
– Étude de l’évolution séculaire du niveau moyen des mers


SOURCES Wikipédia & IGN
PHOTOS ICE-Marseille & IGN
VIDÉO Septembre en mer

FICHE A SUIVRE
Avis
2
Moyenne 1 REVIEW
VOTRE NOTE:
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches