Fin janvier 2016, l’art thérapeute Paola Cervoni a débuté avec des membres de son association Viv’arthe, le projet « Marseille Mosaïque »…l’ornementation de milliers de mosaïques d’une partie du « plus long banc du monde », le long de la Corniche Kennedy. La mairie avait donné son autorisation pour 25 bancs mais après les premières réalisations, la municipalité s’est rétractée fin mai 2016 en demandant le retrait complet de l’oeuvre ! Après négociation les mosaïques déjà posées pouvaient rester mais le projet initial ne devait pas être achevé…puis le 13 juin ce fut le dernier rebondissement de ce feuilleton avec l’accord de la mairie pour terminer les 25 bancs prévus ! Le 23 octobre 2016, 70 mètres sont désormais colorés.

le-banc-marseille-ville-mosaique-association-viv-arthe-paola-cervoni-2Après 8 années passées à Barcelone, Paola Cervoni a forcément été inspirée par les spectaculaires réalisations de l’architecte catalan Antoni Gaudí notamment dans le Parc Guell avec ses étonnantes fresques de mosaïques englobant le mobilier urbain…

Pour cette création marseillaise c’est le thème de l’amitié qui a été retenu. En effet ce concept souhaite être un lien, un projet à la fois artistique et citoyen, les mosaïques étant réalisées dans des écoles, des centres sociaux, ou encore des maisons de retraite comme celle du Chêne Vert.

Le tapis de mosaïques se réalise sur un filet vierge, puis est créé une maquette en peinture permettant de suivre le dessin en respectant les codes couleurs. Ensuite les carrelages sont coupés et limés et collés en respectant la maquette.

L’objectif ambitieux de ce projet autorisé mais non subventionné, était la réalisation d’un tapis de mosaïques d’1 mètre sur 1 mètre 49 pour couvrir 25 premiers modules de bancs, sur 600 que compte la structure complète…soit 70 mètres en tout, de l’Hôtel Pullman vers Malmousque.

Une deuxième pose de panneaux de mosaïques a eu lieu le 30 avril 2016.


Coup de théâtre

Fin mai 2016, Paola Cervoni l’instigratrice du projet lance une pétition sur le web totalisant en quelques jours près de 10 000 signatures…en effet l’artiste a reçu un appel des services de la mairie, lui demandant de tout arrêter et de tout retirer.

Elle avait pourtant l’autorisation signée de la main du maire, Jean-Claude Gaudin. Au téléphone, on lui a indiqué que c’était « un ordre hiérarchique ».

Le 8 juin Paola Cervoni déclarait sur le facebook de l’association :

« résultat de la réunion, le projet s arrête la. Juste le dernier banc manquant de la série. Pour les mosaïques en cours, Mr Chanal, directeur de l’attractivité et de la promotion de la ville s’engage à trouver une solution pour les placer quelque part. Quant aux bancs déjà posés, on ne les enlève pas, j’espérais que l’on honore l’autorisation des 25 bancs…..mais c’est non. C’est comme ça… »

Quelques jours après, finalement les mosaïques déjà posées pouvaient rester mais le projet initial ne devait pas être achevé…puis le 14 juin c’est l’annonce du dernier rebondissement de ce feuilleton qui a passionné les médias et beaucoup de marseillais…Sabine Bernasconi maire (LR) des 1e et 7e arrondissements, et les élus du secteur ont donné leur accord pour que Paola Cervoni achève son œuvre et ses 25 bancs, lors d’une réunion tenue le 13 juin 2016.

Le 23 octobre 2016 a eu lieu une nouvelle session de pose, 70 mètres du plus grand banc du monde sont désormais colorés.


Avis
Pas d'avis pour le moment. Vous souhaitez être le premier ?
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches